[FRENCH] Des monstres, des monstres, des monstres… Hulk (Bruce Banner) croise dans ce numéro spécial tout ce qu’on fait de plus classique en termes de monstres et l’approche d’Halloween n’y est sans doute pas étrangère. Si prises individuellement ces histoires se laissent lire, les avoir regroupées dans un seul numéro leur donne parfois un faux air d’uniformisation qui ne les avantage guère. Un ton plus corsé aurait été appréciable. On donnera cependant un bon point tout particulier aux dessins de Lucio Parrillo.

Hulk Monster-Size Special #1 [Marvel] Scénario de Jeff Parker, Steve Niles, Paul Tobin, Peter David
Dessins de Gabriel Hardman, Lucio Parrillo, Dave Williams.
Sortie américaine mercredi prochain (15 septembre 2008)

Jeff Parker fait un curieux choix. Non pas de confronter Hulk au Monstre de Frankenstein (ça c’est en gros le pitch thématique du numéro) mais bien de baser l’histoire dans le passé, avec un petit passage aussi surprenant que bref, en France, sur la Place des Terreaux, à Lyon… J’ai cru un instant que Bruce Banner allait pousser le bouchon jusqu’à se ruer dans le comic shop (Temps Livres) qui se trouve à dix mètres de l’endroit représenté mais non… On enchaine assez rapidement avec une aventure liée à la résurrection du monstre de Frankenstein et à l’explication de sa force surhumaine à l’époque moderne. Parker en profite pour reconnaître, au premier degré, les rapports entre Banner et Frankenstein. Mais l’histoire est un peu… disons hermétique, auto-contenue. Une fois qu’on a dit que Hulk rencontre le Monstre, on a à peu près tout dit. Ce n’est pas mal écrit ni mal dessiné mais en gros tout est dans le titre…

« Hulk By Night » est également « auto-contenue » mais Steve Niles y ajoute un peu de sel. Jack Russell (le Werewolf By Night de Marvel) engage un inconnu pour surveiller sa cage un soir de pleine lune et l’empêcher d’en sortir. L’ennui c’est que l’inconnu c’est Banner et qu’au premier signe de transformation de Russell ce cher Bruce vire à son tour au vert. Là, attention, les dessins de Lucio Parrillo sont de toute beauté… L’histoire est rapide mais efficace. Tout au plus elle souffre un peu d’être groupée dans un tel numéro thématique. Forcément, après avoir croisé le Monstre de Frankenstein, rencontrer le Loup-Garou a un petit côté « automatique » qui n’est pas le fait des auteurs…

Dans le genre bref, Goom’s Fairy Tales se pose là mais ce récit ultra-court est très efficace en son genre et il rompt le côté « catalogue des monstres célèbres de la littérature et du cinéma ». Peut-être d’ailleurs qu’il aurait été plus inspiré de le placer entre la première et la deuxième histoire.

Enfin après avoir croisé le Monster et le Loup-Garou on pouvait difficilement échapper au roi des vampires. Dracula est lui aussi « dans la place » mais au moins pour le coup la forme permet de distinguer cette dernière histoire puisqu’il s’agit d’une nouvelle écrite par Peter David.

Sur le principe de faire un spécial consacré à des rencontres entre Hulk et des monstres célèbres, pourquoi pas ? Mais on aurait aimé des histoires « qui comptent » ou peut-être un peu plus de folie. Par exemple un des récits aurait pu mettre en scène le Red Hulk – voir d’autres incarnations de Hulk, comme Mister Fixit – pour éviter la monotonie.

[Xavier Fournier]