[FRENCH] La nouvelle équipe de héros britanniques ne connaît aucun repos. Après avoir « bouté » les Skrulls hors de Grande-Bretagne, une menace surgit au beau milieu de la ville de Birmingham. Il s’agit de Plokta, un être mystique capable de réaliser votre plus grand souhait, en échange de votre âme. Appelé en renfort par Captain Midlands, le MI: 13 se retrouve très vite débordé. Révélations, retournements de situations et amitiés naissantes… Tout un programme pour ce numéro, rudement bien mené par Paul Cornell et Leonard Kirk.

Captain Britain and MI:13 #8 [Marvel] Scénario : Paul Cornell
Dessins : Leonard Kirk.
Sortie américaine le mercredi 10/12/2008.

L’équipe est en mauvaise état. En tentant d’arrêter le danger que représentent Plokta et ses créatures sans conscience, les héros se sont retrouvés séparés. D’un côté, l’emblème du groupe, Captain Britain, se voit offrir de récupérer l’amour de sa vie. Mais, il n’est pas si facile à duper et il décide de prendre les choses en main. Enfin, a-t-il totalement le contrôle de la situation…? Ailleurs, Blade, le célèbre chasseur de vampires (et nouvelle recrue du MI: 13) doit porter secours à sa coéquipière, Spitfire. Cette dernière a révélé des pouvoirs vampiriques latents (dus à une morsure de vampire durant sa jeunesse…). Il va s’en dire que ces deux-là ne s’entendent pas comme larrons en foire, mais les événements vont les forcer à collaborer. Le tueur de vampires utilise des armes peu orthodoxes, notamment une épée faite, non pas de métal, mais de papier mâché (le papier étant des parchemins sacrés) ! À quand les boomerangs en rondelles d’ananas ?! De l’autre côté de la ville, Peter Wisdom porte secours à Faiza Hussain (l’héroïne musulmane) et à son mentor le Chevalier Noir. Ce dernier ne contrôle plus son épée d’ébène, et a failli tuer sa disciple. Wisdom va lui révéler des informations sur son arme qui vont le laisser sans voix. Va-t-il pouvoir continuer à être l’un des défenseurs de la Grande-Bretagne ? Enfin, Captain Midlands (l’équivalent britannique de Captain America), ancien héros de la Seconde Guerre Mondiale, fait un choix inattendu. Le vieil homme semble avoir perdu l’envie de se battre. Ses alliés vont en faire les frais…

Alors que la série avait commencé durant Secret Invasion, cet épisode est détaché de l’actualité Marvel. Ce n’est pas pour ça qu’il est inintéressant, bien au contraire. Paul Cornell semble maîtriser parfaitement les différents protagonistes et les nouveaux venus (tels que Blade) ont le droit à un petit rafraîchissement. Après avoir fait un léger écart, Leonard Kirk revient aux dessins de cette aventure (mais aucune raison de frapper d’anathème le dessinateur pour autant…). Son style, impeccable depuis le premier numéro, s’est encore améliorer.

[Pierre Bisson]