[FRENCH] Retour sur les origines d’Eddie Brock. Eh oui, avant de devenir un monstre assoiffé de sang, dévorant ses victimes (actuellement membre des Thunderbolts) et associé à McGargan, le symbiote extra-terrestre avait fusionné avec Eddie Brock. Racontée brièvement dans diverses séries, la vie d’Eddie n’avait jamais été vraiment explorée. Zeb Wells corrige le tir. Le choix d’Angel Medina aux crayons est également intéressant. L’artiste s’étant pendant longtemps illustré sur Spawn (chez Image) avant de débarquer sur la défunte série Sensationnal Spider-Man. Spawn étant aussi un anti-héros, associé à un costume symbiote, le dessinateur n’est donc pas en terrain inconnu.

Venom : Dark Origin #2 [Marvel]

Scénario de Zeb Wells
Dessins d’Angel Medina

Sortie américaine le 4 septembre 2008

Après avoir abordé l’enfance et la vie d’adolescent d’Eddie Brock dans un premier épisode, Zeb Wells nous conte ici l’ascension et la déchéance du jeune journaliste. Nouveau et ignoré de tous, Eddie a du mal à se faire un nom au sein du prestigieux Daily Globe. Il a besoin d’une histoire « croustillante ». Quoi de mieux qu’un coup de fil du nouveau serial-killer qui terrorise New York ?! S’en suit une vague d’articles en première page, signés Eddie Brock, bien sûr. Il n’en faut pas plus à Brock pour « se monter la tête » et rêver du Prix Pulitzer. Malheureusement pour lui, Spider-Man (qui lui a pourtant sauvé la vie dans le précédent numéro) vient perturber ses plans. Fini la gloire… Eddie s’en relèvera-t-il ?

Eddie Brock ne faisait plus beaucoup parler de lui ces derniers temps. Mais son retour dans Amazing Spider-Man était parfait pour explorer son passé. L’évolution du jeune Eddie semble logique et on comprend mieux ses excès par le passé. Ambitieux, profiteur et menteur, Eddie a tout pour basculer du mauvais côté. Cependant, sa bonne humeur et son don pour embobiner les gens le font passer pour un gars sympathique. Ainsi, tout n’est pas si sombre dans sa vie, il a trouvé l’amour en la personne d’Ann (déjà apparu dans la mini-série Venom : Sinner takes it all de 1998 et qui est devenue afro-américaine depuis sa dernière apparition ?!). Notre « héros » cherche avant tout la reconnaissance de ses proches : son patron, sa copine et surtout son père. Il est prêt à tout pour celà… Zeb Wells a, pour le moment, saisi l’essence du personnage. Il a une marge de manœuvre assez réduite, car l’histoire d’Eddie existe déjà. Mais il arrive pourtant à intégrer des éléments qui font de cette mini-série un incontournable pour les fans de Venom.

De plus, Angel Medina est à l’aise. Son style à la fois démesuré (certaines proportions laissent parfois perplexes) et sombre colle parfaitement à l’ambiance. Le dessinateur connaît bien ce genre de personnage perturbé. Il va nous falloir attendre un peu pour admirer sa version de Venom en action…

[Pierre Bisson]