[FRENCH] Deuxième chapitre de l’arc et… ahemm.. disons que l’histoire ne serait pas fondamentalement mauvaise si elle s’appliquait à un nouveau personnage. Dans le cas présent, voici un gros élément de folklore qui se trouve rajouté à l’histoire de Wolverine. Une sorte de personnage mystique qui l’aurait régulièrement combattu même ces derniers temps. Tout ça sent quand même un peu la lourdeur…

Wolverine #58 [Marvel] Scénario de Marc Guggenheim
Dessin de Howard Chaykin
Sortie américaine prévue: 10 octobre 2007

Dans les comics, il y a ces ajouts qui, parfois, vont trop loin. Ces complications qui viennent se greffer sur l’origine ou la nature d’un personnage. Parfois, l’histoire en elle-même peut être sympa, bien exécutée, mais à la lecture on se dit que l’élément ainsi rajouté va être un vrai enfer à gérer par la suite, qu’il faudra soit y faire tout le temps référence soit l’ignorer systématiquement. Dans un cas ça complique, dans l’autre, le fait de ne plus y faire référence fait que l’épisode perd sa pertinence et qu’au mieux il devient une sorte de sujet de discussion pour les fans, une obscure exception à la règle. Bref, il y a dans cet épisode un personnage mystique visiblement associé à l’odyssée de Logan depuis 90 ans… Je ne peux pas dire que ca fonctionne particulièrement bien, dans le sens où ca se rajoute là où aucun besoin ne se faisait sentir. Ensuite on peut se demander pourquoi Docteur Strange, en grand mystique qu’il est, n’a pas senti l’influence de ce personnage dans l’aura de Wolverine. Bon, Ok, vous me direz qu’il s’agit du même Docteur Strange qui a croisé la Sorcière Rouge pendant des années sans se rendre compte qu’elle délirait, avant de se pointer comme une fleur pendant Disassembled pour reprocher aux Vengeurs de ne pas s’être aperçu que la magie du Chaos, ça n’existait pas… Mais bref, l’épisode est un peu cousu de fils blancs. Des personnages pro-registrations en croisent d’autres qui ne le sont pas et se font des politesses alors que dans d’autres magazines, ces mêmes héros se pourchassent. On fermera les yeux en se disant que ca ne se passe sans doute pas au même moment, que cet arc de Wolverine se passe peut-être avant… Mais en définitive il y a quand même quelque chose qui fait que la sauce ne prend pas, là où elle fonctionnait encore dans l’épisode précédent. Bien que généralement assez bon client des scénarios de Guggenheim, celui-ci me laisse sur ma faim..

[Xavier Fournier]