Avant-Premire VO: Review Titans #7

15 janvier 2017 Non Par Xavier Fournier

Les courses entre Flash et Superman font partie du folklore de DC Comics depuis les annes 60. C’est un cas de figure, un exercice de style vers lequel on revient priodiquement, en dterminant rarement un gagnant (encore que Superman n’accdant pas la Speed Force…). Mais cette fois, c’est diffrent. Ce Superman-l et ce Flash-l ont un pass commun. C’est le moment de comparer leurs notes…

Titans #7 [DC Comics]
Scnario de Dan Abnett
Dessins de Lee Weeks
Parution aux USA le mercredi 11 janvier 2017

Donna Troy, Arsenal et Wally West sont en train de neutraliser un super-vilain lambda, caricatural, dans un combat jou d’avance quand ils sont rejoints par Superman, qui passait par l. Le temps, peine, d’changer deux ou trois phrases et le surhomme s’en va dj… Sauf que Wally ralise ce moment-l un « dtail » qui a pour lui toute son importance. Superman se souvient de lui… chose qui n’est pas courante depuis Rebirth. Et c’est donc l le « moteur » trs spcial de la course. Ralisant qu’il y a quelqu’un d’autre que lui qui se souvient de l’univers DC tel qu’il tait avant Flashpoint, Wally s’lance la poursuite de Superman, en esprant que ses espoirs vont se vrifier. On le disait en ouverture, les courses Superman/Flash (ou Flash/Superman selon votre prfrence) sont une figure de style tellement installe que la couverture place le lectorat de DC dans un tat d’esprit bien prcis, en terrain de connaissance… et qu’on en oublie presque la dimension la fois personnelle et universelle de cette rencontre.

« … This reminds me of the old days. »

Voici un numro autonome, ce qui implique qu’il est assez facile suivre, mme si vous n’avez pas lu le premier arc de la srie Titans (par contre c’est sans doute plus compliqu si vous ne savez pas qui est ce Superman et comment il peut exister dans cet univers. Mais il est tellement courant dans divers titres DC de ces derniers mois que cela ne devrait pas tre un gros obstacle). Le fait d’utiliser Lee Weeks pour l’occasion peut paratre une rupture de style abrupte par rapport aux dessins du premier arc. Mais dans le mme temps Weeks apporte l’histoire un certain standing, une manire pose d’changer les dialogues. Il donne de la hauteur la rencontre. L o Brett Booth, qu’on apprcie ou pas son style, dessine rarement des personnages au repos. Booth aurait sans doute reprsent trs bien la phase course mais aurait t plus la peine avec les changes qui prcdent et qui suivent. Mme chose pour les coulisses de la construction du nouveau Q.G. des Titans. En toile de fond, Rebirth souffle fond dans ces pages, l’diteur continuant son mea culpa de manire explicite, les personnages poussant la chose jusqu’ voquer le fait qu’ils ont t « dits ». Il y a «  boire et manger » dans ce numro. Si vous tes centrs sur les seuls Titans, l’quipe continue de trouver ses marques, de s’installer, et dmarrer de nouvelles intrigues (comme ce qui arrive au couple Duncan). Si c’est l’aspect Rebirth qui vous intresse (et d’ailleurs vous n’tes pas oblig d’tre plus spcialement l’un que l’autre), cet pisode est sans doute ce jour une des suites les plus directes du one-shot DC Universe Rebirth du printemps dernier…

[Xavier Fournier]