Oldies But Goodies: Westerner Comics #25 (Fev. 1950)

Oldies But Goodies: Westerner Comics #25 (Fev. 1950)

22 décembre 2012 Non Par Comic Box

Oldies But Goodies: Westerner Comics #25 (Fev. 1950)[FRENCH] A l’Ouest rien de nouveau ? Au contraire ! Le western tait un genre bien vivant dans les annes 50 o rien n’tait interdit. Les cow-boys affrontaient parfois des monstres ou des sorciers indiens avec de vrais pouvoirs magiques. Les scnaristes ne s’interdisaient rien. Ni mme d’crire des histoires se droulant ailleurs qu’en Amrique. Malgr son nom, la revue Westerner allait ainsi s’intresser un trange bandit australien, Ned Kelly…

Ned Kelly, un criminel lambda ?Les cow-boys et les voleurs de banques n’ont pas hant que le seul Ouest amricain. Mme si on ne trouvait pas, par la force des choses, d’amrindiens dans les grandes tendues australiennes, les us et coutumes du dix-neuvime sicle taient assez similaires dans les deux pays pour qu’un comic-book amricain promettant des « rcits de l’Ouest » ne paraisse pas hors-sujet quand il s’agissait de lorgner sur cette autre contre. Ainsi, Westerner Comics #25 nous prsente Ned Kelly, que le narrateur du rcit introduit d’emble avec ce portrait terrible : « Pendant presque 15 ans, le nom terrifiant de Ned Kelly s’est rpercut d’cho en cho travers l’Australie, alors que cet aventurier rouquin la voix douce traversait les plaines et les collines, rpandant un rgne de terreur jusqu’ ce qu’il soit arrt par les forces de l’ordre ». De fait, c’est dans le poste de police d’une petite ville australienne que commence rellement l’histoire. Les hommes du poste ont entendu dire que le terrible bandit Ned Kelly se dirigeait vers la ville. Et on ne peut pas dire qu’ils sautent de joie. Un dentre eux lche: « J’espre qu’il se tiendra l’cart. ce type est un dmon ! ».

Mais bientt on vient prvenir les policiers qu’il y a des problmes la taverne du coin. Ils s’lancent l’extrieur du btiment… Et tombent dans une embuscade ! Dehors des hommes les attendent avec leurs armes dgaines. Pris par surprise, les policiers ne peuvent que reconnatre le fameux Ned Kelly, qui leur prsente le reste de son gang. Dan, son frre, mais aussi leurs deux complices, Steve Hart et Joe Byrne. Sous la menace des armes les policiers sont non seulement obligs de se rendre mais aussi… de donner la combinaison du coffre de leur poste. On y garde en effet le salaire destin aux ouvriers de la mine. Ned Kelly et sa bande sont donc en train de raliser un hold-up… Dans les locaux de la police. C’est dire si le gangster est intrpide et rus. Les policiers sont outrs et promettent Kelly qu’il « vivra jusqu’au jour o il regrettera a ! ». Sans se dmonter Kelly rpond « Peut-tre. Mais en tout cas a ne risque pas de t’arriver ! ». En effet le gangster a pour principe de ne jamais laisser de tmoin vivant derrire lui. Le gang tire sur les agents et s’en va… Sans raliser qu’ils ont laiss un survivant. Un des policiers n’est pas mort mais gravement bless. Il arrive se traner jusqu’au tlphone et donner l’alerte la police monte, les prvenant de l’attaque de Kelly.

Bientt, le capitaine de police Hare arrive avec ses troupes. Il trouve les traces des cheveux et s’en flicite : « Ca fait dix ans que je chasse Ned Kelly. Je l’aurais… mme si c’est la dernire chose que je dois faire ! ». Pendant ce temps, le gang se sait pourchass, recherch… Mais n’est pas trs mu. Ned lit une affiche qui promet une forte rcompense pour sa capture: 60.000 ! Il en ricane. Mais un de ses hommes ne trouve pas qu’il s’agisse d’une plaisanterie. Au contraire Steve Hart rflchit… Et le jour suivant, quand on lui confie la tche d’aller reprer une banque du coin pour prparer une attaque, Steve en profite pour donner un coup de tlphone au capitaine Hare puis lui donne rendez-vous; En change de la rcompense et d’une promesse de ne pas tre poursuivi, Steve Hart rvle alors la cachette de la bande…

Mais pendant ce temps Ned Kelly et les deux autres s’impatientent. Ils trouvent que leur complice met beaucoup trop de temps revenir de la ville. A moins… moins qu’il se soit laiss tenter par les 60.000 de rcompense ! Ned Kelly ne semble pas dupe des ambitions de Steve. Le trio se met en route pour la ville et aperoit Steve Hart l’entre du poste de police. C’est la preuve qu’il les a vendu. Sans piti, Kelly tire sur son ancien compagnon de route. Sauf que cette fois il le fait sous le nez du capitaine Hare et de ses hommes, c’est dire sans l’avantage de pouvoir disparatre avant l’arrive de la police. Hare ordonne ses troupes de monter cheval et de bloquer les sorties de la ville. Cette fois Kelly et ses deux compres sont coincs. En dsespoir de cause ils se rfugient dans l’atelier d’un forgeron…

Bientt, la baraque est encercle par la police. Hare ordonne aux bandits de se rendre mais Ned Kelly lui hurle qu’il devra venir le chercher. A l’intrieur de l’atelier, les trois hommes ont alors une ide: Profiter des nombreuses plaques de mtal autour d’eux afin de protger leurs corps des balles de la police. Et s’ils accrochaient ces protections sur leur torse, ils pourraient ainsi sortir et tirer sans trop de crainte d’tre touchs. Bientt, La bande trouve refuge chez un forgeronils ressemblent des « hommes-sandwich » (avec une plaque de mtal l’avant, une autre l’arrire) et peuvent sortir dans la rue. Le premier rflexe des policiers est de tirer mais ils se rendent vite compte que leurs adversaires sont, dans les faits, l’preuve des balles. Heureusement pour les policemen les deux complices de Ned Kelly se gnent mutuellement et tombent terre. Trop lourdement harnachs, ils ne peuvent se relever et sont donc rapidement fait prisonniers.

Mais Ned Kelly est encore debout, lui. Le capitaine Hare lui ordonne de se rendre mais le bandit est l’abri derrire sa protection de mtal, en position dominante alors qu’Hare se tient derrire un arbre. Pourtant on saute directement de cette situation o Hare est en mauvaise posture une case finale o un autre policier flicite le capitaine pour la capture de Ned Kelly. Il y a des chances que l’histoire faisait initialement une page de plus et qu’elle ait t courte pour tenir dans ce numro. De fait, Hart explique en une seule bulle la fin de l’histoire : « Je l’ai attrap en lui tirant dans les jambes ! Kelly sera pendu une potence pour ses crimes ! Pendant 10 ans il s’est moqu de la Justice mais la fin il a perdu !

Voici une curieuse petite histoire de bandits blinds, qui se distingue d’une certaine manire par la manire non-spectaculaire dont elle est mise en scne. Mais si je vous parle plus particulirement de ce rcit, c’est que l’histoire est… relle ! Ned Kelly (1855-1880) est un bandit qui a vraiment exist au dix-neuvime sicle et qui, tout en tant un pilleur de banques assez sanguinaire, est rest dans la culture australienne comme une sorte de « Robin des Bois » d’ascendance irlandaise tenant tte la police et aux institutions encore lies la communaut d’origine anglaise. L’histoire de Ned Kelly est absolument hallucinante, dans le sens o on pourrait le qualifier de premier « Super-Vilain du Rel ». En fait, tous les vnements raconts dans Westerner Comics #25 sont rels mais diminus, comme si le dessinateur Rudy Palais avait t mal document ou avait voulut diminuer certains aspects pour les rendre plus ralistes. Par exemple on notera la prsence de tlphone comme objets assez communs (le poste de police en a un, mais plus tard Steve Hart en utilise un autre), alors que Ned Kelly a t fait prisonnier dbut 1880, une poque o on risquait pas de voir le type de tlphone reprsent par Palais. Divers autres lments sont considrablement rtrcis ou modifis (par exemple le vrai Steve Hart n’est pas le Judas qui a vendu Ned Kelly, il a fait partie de la bande jusqu’au bout et tenu tte la police). Mais surtout le dessinateur est compltement pass ct de ce qui fait l’intrt de Ned Kelly pour tout lecteur de comics : Les armures !

Au demeurant, le Ned Kelly que nous prsente Westerner Comics #25 pourrait passer pour un anctre rel du cow-boy sans nom incarn Clint Eastwood dans « Pour une Poigne de Dollars » (dans ce film, le hros se protge des tirs avec une plaque de fonte) et par consquent de Marty McFly dans Retour vers le Futur III). La vrit, cependant, va bien plus loin que a. D’abord il ne s’agit pas d’une sorte d’ide de la dernire chance, dans l’atelier d’un forgeron. Au contraire le gang Kelly procda plusieurs attaques avec des costumes qu’on croirait sortis d’un… comic-book : Les quatre complices (puisque Steve Hart n’a pas trahi) ont bien utilis du mtal pour se protger. Mais ils ne se sont arrts assembler des plastrons. Pour la bonne et simple raison que dans ce cas il aurait suffit que la police leur tire dans la tte.

Non. Ce que le gang Kelly a construit, ce sont quatre armures grossires qui leur protgeaient le tronc et la tte (grce un casque). Les gangsters n’avaient cependant pas les ressources pour se protger les articulations o les jambes. C’est grce a que Ned Kelly fut captur, non pas par un certain Hare mais par un sergent Steele (une variation du mot Steel, soit « acier » en anglais, a ne s’invente pas). De nos jours les quatre armures du gang Kelly sont encore conserves dans un muse australien et on peut voir quel point elles sont plus labores que les simples plaques de mtal reprsentes dans Westerner Comics #25.

L’affaire de Ned Kelly (surnomm par la suite le « Iron Bandit ») donna lieu toute une littrature. Il y avait tous les lments du « roman de prairie », avec en plus des aspects marquants et spectaculaires (les attaques sanglantes de Kelly mais aussi ces fameuses armures). Il y eu mme des films muets consacr au bandit ds 1906. Parmi de nombreux autres films ou documentaires, on notera qu’en 1970 le rle du bandit fut tenu par Mike Jagger. En 2003, c’est Heath Ledger qui incarna Ned Kelly dans un long-mtrage.

Pour nous remettre dans le contexte de Westerner Comics #25, le souvenir de Ned Kelly tait arriv jusqu’en Amrique travers quelques livres mais aussi des films. Vers 1950, cette histoire refit surface (peut-tre l’occasion d’un article de journal ?) car soudainement les auteurs de comics semblrent trs au fait de l’existence de Ned Kelly (mme si, comme le prouve Westerner #25, ils ne connaissaient pas forcment les dtails).

Assez rapidement l’ombre de Kelly s’infiltra alors dans d’autres rcits qui, cette fois, ne se voulaient plus biographiques. Les auteurs prfraient sans doute s’inspirer du bandit australien pour mieux inventer une histoire suppose s’tre passe… en Amrique. Pour preuve, dans Dead-Eye Western #11 (aot 1950, soit quelques mois peine aprs Westerner #25), on voit dbarquer les… Iron Men ! Les Texas Rangers pourchassent un bandit nomm Larn Cruger et sa bande, qui ont l’ide d’utiliser des armures de mtal pour leur crime. Et l, pour le coup, si l’histoire est rcrite pour transposer un Ned Kelly rebaptis aux USA, on peut voir que le dessinateur s’est document. Les armures des Iron Men sont trs clairement bases sur celles utilises par le gang Kelly, le design tant identique… A partir de l, Ned Kelly et ses imitateurs de 1950 allaient donner naissance un mini-genre, celui des « bandits de l’Ouest en armure », qui allait refaire surface de manire encore plus marquante dans Tim Holt #32 (1952), avec la cration d’Iron Mask, que nous avons dj trait dans une autre de ces chroniques.

L’hritage de Ned Kelly ne s’arrte pourtant pas l, pas plus qu’il se limite inspirer une demi-douzaine de bandits de mtal dans les annes 50/60. On retrouve de manire plus moderne un autre personnage inspir de cette histoire. Dans ses pisodes de Batman, le scnariste Grant Morrison a ramen le Club of Heroes, une quipe publie pour la premire fois dans les annes 50 et compose d’quivalents « internationaux » de Batman, parmi lesquels un hros australien nomm le Ranger. Plus tard, dans le cadre de la saga Batman R.I.P., Morrison poussa les choses plus loin. S’il y avait un Club of Heroes, il tait logique qu’il y ait un Club of Villains avec des personnages qui taient, au moins un certain niveau les « Jokers » des hros concerns. Morrison cra donc un ennemi jur du Ranger, le Swagman (qu’on pourrait traduire par « L’homme au plastron »), qui porte une armure en tout point similaire celle du vrai Ned Kelly [1]

C’est un double hommage. D’une certaine manire il s’agit de reconnatre l’existence du criminel australien mais de l’autre il c’est un clin dil puisque linterprte moderne du Joker, Heath Ledger, avait galement jou le rle de Kelly. La dynastie du « Iron Bandit » court toujours… Sans que la plupart des lecteurs de comics ralisent que cette figure des racines relles…

[Xavier Fournier]

[1] Certains dialogues de Batman R.I.P. laissent penser que l’homme en armure s’appelle Spring-Heeled Jack alors qu’il s’agit en fait d’une rfrence un autre personnage, li au folklore anglais (et sans doute suppos tre l’quivalent du Joker pour les hros Knight et Squire).