Oldies But Goodies: U.S.A. Comics #1 (Août 1941)[FRENCH] Après le feu, la glace ! La semaine dernière je vous parlais des débuts d’Human Torch chez Timely/Marvel Comics. Pour ce 111ème Oldies But Goodies, on reste chez le Marvel du Golden Age mais pour scruter en détail la première apparition du héros polaire Jack Frost et y trouver quelques pépites…

Je vous ai déjà parlé dans cette rubrique d’U.S.A. Comics, revue de l’éditeur Timely-Marvel qui occupait (au moins dans les premiers épisodes) une place à part dans la gamme de cette société. Tout s’y passait comme si on avait délibérément décidé de créer des « clones » ou en tout cas des personnages qui utilisaient des recettes ayant fait leurs preuves dans d’autres titres à succès de la maison. Ainsi on trouvait divers héros patriotiques qui occupaient un peu le « spot » de Captain America. Plus loin on faisait connaissance avec le chef d’une nation « troglodyte », Rockman (celui-là même qu’on revoit de nos jours dans la maxi-série The Twelve) qui occupait un peu la place de Sub-Mariner dans les années 40 (cette même capacité à envoyer ses armées à l’aide de la surface pour lutter contre les saboteurs). On trouvait aussi le Whizzer (le « Bolide ») qui, lui, n’était pas un dérivé du modèle Marvel mais lorgnait ouvertement sur le premier Flash de DC, au moins en termes de typologie. Restait, pour finir la revue, à occuper un dernier spot de la recette Marvel, à savoir celui de « l’élémentaire » tel pouvait l’être Human Torch dans Marvel Mystery Comics. Et comme un autre héros basé sur le feu aurait sans doute été un peu voyant, le jeune scénariste Stan Lee, dont c’était une des premières créations, proposa donc l’opposé : la glace.

Première apparition de Jack Frost. Notez comment la grande colonne de glace, entourée d'un halo, fait penser à la traînée de feu d'Human Torch...L’épisode originel de Jack Frost commence donc le grand Nord, où un voyageur égaré, malmené par les conditions climatiques, laisse échapper un faible appel à l’aide bien qu’il soit loin de toute trace de civilisation. Son appel désespéré ne reste pas cependant sans attirer l’attention. D’un proche iceberg surgit soudain une silhouette blafarde, étonnée d’entendre une voix humaine pour la première fois depuis des siècles. La « voix off » du commentateur nous présente l’inconnu comme étant Jack Frost. Le scénariste insiste même sur ce nom quatre fois dans la première page histoire que nous comprenions bien de qui il s’agit. A l’évidence, ce n’est donc pas un nom que le voyageur peut lui avoir inventé ou un surnom motivé par l’aventure en cours mais une appellation déjà établie en d’autres temps, peut-être à cette époque reculée, il y a quelques siècles, où Jack Frost se souvient avoir rencontré des humains. Frost est vêtu d’un slip blanc mais sa peau n’est pas plus colorée, comme si elle était couverte d’écailles de glace. Pieds nus, il se laisse glisser vers le voyageur, se déplaçant un peu comme s’il faisait du ski… sans ski. Il demande alors à l’homme pourquoi il est venu lui demander de l’aide dans son « domaine ». Rien ne viendra jamais détailler ce qu’est le « domaine » (parfois aussi défini comme le « royaume » de Jack Frost) ou quel est son périmètre. Jack Frost est il vraiment « roi » de quelque chose ? Contrairement à Sub-Mariner on ne voit aucun sujet ou serviteur de Jack Frost. Remarquez bien, par contre, que Jack a dit que c’était la première fois depuis des siècles qu’il entendait une voix humaine. Il n’a rien dit sur des voix autres humaines… Et finalement on en sait assez peu de l’iceberg dont il s’extirpe. Peut-être qu’il y a une sorte de « palais des glaces » là dessous, avec d’autres êtres « polaires ». A ce stade, tout peut fonctionner. La seule chose de sure c’est que Jack Frost vit dans le froid en slip et que si on en croit son commentaire, il est vivant depuis plusieurs siècles…

Intéressons-nous au « visiteur » de Jack Frost, cet homme mourant que le héros recueille dans ses bras. Il s’agit du Docteur Forbes, qui a découvert de l’or en Alaska. Un certain Mike Zelby lui a tiré dessus, le blessant mortellement. Dans son dernier souffle, Forbes demande à Jack Frost de sauver sa fille, qui vit à New York (et on en déduira qu’elle est menacée par Zelby). Devant le cadavre, Jack Frost se lance alors dans un monologue… « J’ai entendu que le crime fleurissait dans le monde et voici qu’il touche mon pays. Je vengerais celui-ci et empêcherais qu’il y en ai d’autres ». La phrase étrange quand on la compare aux quelques cases qui précédaient. Il y a quelques instants il disait ne pas avoir entendu de voix humaine depuis des siècles et le voici qui parle d’avoir entendu dire des choses sur le monde extérieur. Si on doit interpréter sa phrase au premier degré, Jack Frost est donc tenu au courant du sort du monde par un intermédiaire quelconque. Bien plus récemment Roy Thomas a utilisé Jack Frost comme membre fondateur de la Liberty Legion (dans une scène se déroulant en 1942) et l’homme des glaces répondait à un appel radio de Bucky. On peut donc en déduire qu’en 1942 au moins Jack Frost écoutait la radio (ce qui suppose de la technologie et du courant dans son « royaume ». Mais comme en 1941 cela fait des lustres qu’il n’a pas entendu de voix humaine, la radio n’est visiblement pas encore installé dans son iceberg. Donc qui sert d’intermédiaire ? Soit Jack Frost a des « émissaires » qu’il envoie dans le monde… Soit (et c’est ma théorie préférée) on pourrait partir du principe que s’il n’entretient aucun rapport avec les humains il a des liens avec les autres races « non-humaines » de l’univers Marvel (Atlantéens, Eternals…) qui lui racontent ce qu’il en est. Quoi qu’il en soit, Jack Frost est assez au courant des choses pour savoir d’emblée ce qu’est « New York » et prendre la route sans hésitation. Après avoir congelé le cadavre de Forbes dans un grand cube de glace, Jack Frost s’envole, « porté par les vents du Grand Nord » (en gros il peut donc voler selon le même système que la Tornade des X-Men, bien qu’ensuite on fera très peu allusion à cette capacité).

Premiers contacts entre Frost et la police... Dans une ambiance pas franchement amicale...

Pendant ce temps, à New York, les forces de police se doutent bien que Zelby a tué Forbes dans le Nord mais ne peuvent rien prouver. C’est à ce moment que le Commissaire Brian et son second ressentent une impression de grand froid. En fait, Jack Frost vient de s’introduire dans le bureau par la fenêtre (comment un être venu du pôle nord sans contact avec la race humaine saurait-il trouver directement le bon bureau de police où on enquête sur l’affaire qui l’intéresse ?) et leur propose ses services pour les aider à combattre le crime. Mais les deux policiers ont bien du mal à le prendre au sérieux. Pour eux, Jack Frost n’est qu’un ahuri en slip. Le maître de la glace est vexé comme un pou et commence à leur prouver ses pouvoirs en gelant la cigarette du Commissaire et créant des stalactites qui font pleuvoir des gouttes humides dans la pièce. Maintenant les deux hommes le prennent au sérieux mais le considèrent comme un dangereux lunatique. Jack Frost créé alors une stalactite supplémentaire pour « signer » son passage, où il écrit ses initiales (J.F.) ce qui au passage entérine le fait qu’il est a l’aise avec l’anglais. Non seulement son nom est anglais, non seulement il sait le parler et le comprendre mais en plus il signe naturellement en anglais. Ensuite, Frost « disparait » purement et simplement de la pièce sans vraiment que le scénario ou le dessin détaille comment. On comprendra à demi-mots que Jack Frost a le moyen de polir la glace qui compose son corps. Car il ne semble pas être recouvert de glace mais bien *composé* de glace, comme le prouvent plusieurs cases où on voit le décor à travers son corps, prouvant qu’il n’y a rien d’autre que de la glace.

Jack Frost... tiens, son slip (d'abord blanc) a changé de couleur en cours de route...Déguisé dans des vêtements humains, Jack Frost ne tarde pas à trouver l’appartement de Zelby, où celui-ci retient prisonnière la fille Forbes. On s’interrogera une nouvelle fois sur les capacités miraculeuses d’enquêteur de Frost, qui s’oriente si facilement dans une ville qu’il ne connait pas, au point de trouver le repaire du bandit aussi facilement qu’il avait trouvé le bureau du commissaire. Une fois dans la place, c’est un jeu d’enfant pour le héros de libérer la belle blonde. Non seulement il a ses capacités « glaciaires » mais il prouve qu’il est un très bon bagarreur. Le coup de grâce vient quand Jack Frost terrasse les gangsters avec son souffle, qui non seulement est froid mais aussi puissant qu’une turbine. Les bandits sont vite « refroidis » et la jeune femme se rue dans les bras de son sauveur… Avant de réaliser qu’il est glacé. Derrière eux, Mike Zelby tente de les piéger en lançant un incendie (auquel les pouvoirs de Frost seraient sans doute très sensibles). Jack Frost et sa nouvelle amie arrivent cependant à s’enfuir, tandis que Zelby est pris à son propre piège, coincé dans l’incendie. Bizarrement, c’est mademoiselle Forbes (visiblement peu rancunière pour la mort de son père) qui demande alors à Frost d’utiliser ses pouvoirs pour sauver Zelby. Le héros polaire refuse tout net. Pour lui, Zelby a totalement mérité ce qui lui arrive. La jeune femme fait alors remarquer à Frost que s’il ne le sauve pas alors qu’il le peut, c’est comme s’il l’avait tué lui-même. Rien n’y fait. Le roi du froid a visiblement un définition de la justice très « ancien testament » et estime ne devoir aucune pitié à un bandit. La police, arrivant sur les lieux, est du même avis que la jeune femme. Maintenant Jack Frost est considéré comme un assassin. Furieux devant tant d’ingratitude, Jack Frost disparait à nouveau, confirmant au passage la théorie selon laquelle il devient invisible a volonté et laissant à nouveau ses initiales dans la glace. Mais il prévient qu’il a changé d’avis. S’il ne peut collaborer AVEC la race humaine alors la prochaine fois il sera CONTRE elle. Les humains se sont découvert un nouvel adversaire…

Jack Frost quitte les humains en très mauvais termes...

Clairement, si au niveau des pouvoirs c’est une sorte d’anti-Human Torch, pour ce qui est de la mentalité Jack Frost doit tout à Sub-Mariner. Son hostilité serait cependant plus localisée que celle du Prince des Mers. D’abord Jack Frost ne peut rester sans rien faire quand il constate un meurtre impuni. Dès U.S.A. Comics #2 il prendrait donc l’habitude de résoudre quand même des enquêtes même s’il est conscient à chaque fois que la police lui mettra tout sur le dos. Et dans U.S.A. Comics #4, voyant un couple réunit qu’il vient de sauver, Jack Frost finira par comprendre que certains humains sont des gens biens (encore qu’entretemps Stan Lee avait écrit une nouvelle dans U.S.A. Comics #2 dans laquelle on apprenait que Jack Frost faisait partie d’une sorte de cercle de héros, sorte de JSA embryonnaire réunissant tous les personnages publiés dans U.S.A.). Bien plus tard, Roy Thomas (dans la création de la Liberty Legion dont je parlais plus tôt) entérinerait qu’à partir de 1942, malgré un tempérament hautain et colérique toujours digne de Namor, Jack Frost s’était un peu calmé, qu’il n’était sans doute plus chassé par la police et qu’il agissait désormais en ami de l’Amérique et ennemi des forces de l’Axe.

Une habitude de Jack Frost... laisser les gisants figés, à la verticale, dans des blocs de glace. Une scénographie que Stan Lee réutiliserait en 1964.Tout ça est très sympathique… Un des premiers héros de Stan Lee, c’est toujours intéressant à étudier. Mais surtout, surtout… C’est le début de l’histoire qui renferme une « pépite » étonnante. Ne passez pas devant cette image du Docteur Forbes congelé par Jack Frost sans remarquer une chose. « Jack Frost » est l’un des premiers scripts écrits par le jeune Stan Lee. Celui-là même qui ramènera bien plus tard Captain America dans Avengers #4, congelé… dans un grand bloc de glace similaire, placé également à proximité du Pôle Nord (ce fait serait confirmé en 1991 dans Captain America #384, qui expliquerait de plus que Jack Frost était peut-être de descendance asgardienne, un rejeton « nain » des Géants du Froid). Et d’autres épisodes de Jack Frost dans les années 40 prouvent que le héros avait pour habitude d’enfermer des corps dans des blocs de glace (il le refait dès U.S.A. Comics #2). En 1964, en faisant revenir Captain America, Stan Lee reproduisait de manière plus ou moins inconsciente une scène qui avait été la marque de fabrique d’une de ses premières créations. A partir de là, il n’était pas incohérent de penser que Jack Frost pouvait avoir un rôle jamais révélé dans les décennies d’hibernation de Captain America. Mais la piste n’a jamais vraiment été explorée autrement que dans Captain America #384 qui établi que de nos jours Jack Frost est prisonnier dans l’estomac d’une sorte de ver mythique des glaces. Une mise au placard peu élégante pour un personnage qui n’est pas qu’un simple « Iceman du Golden Age »…

[Xavier Fournier]