Oldies But Goodies: Fly-Man #31 (1965)

Oldies But Goodies: Fly-Man #31 (1965)

13 octobre 2012 Non Par Xavier Fournier

[FRENCH] Aprs avoir t un acteur important du monde des super-hros pendant le Golden Age, Archie Comics avait tent d’y revenir la fin des annes 50, avec des rsultats mitigs. Pour vraiment matrialiser une nouvelle gnration de hros, il faudrait crer une quipe lorgnant sur la Justice League ou, surtout, sur les Avengers : Les Mighty Crusaders.

En 1940 Archie (alors connu sous le nom de MLJ) Comics avait dmarr trs fort dans le genre-super-hroque. Sans pour autant vraiment rivaliser avec les ventes d’un DC Comics ou d’un Fawcett, l’diteur avait lanc quelques figures mmorables comme le Shield originel, le Black Hood ou le Hangman. Archie ne pouvait pas prtendre avoir une position de leader sur le march mais au dbut des annes quarante, la socit avait clairement une gamme plus imposante, plus riche, qu’un Timely/Marvel (qui, en dehors de Sub-Mariner et Human Torch, avait surtout un cheptel de hros phmres). En un sens, Marvel ne s’imposerait dans la dure qu’en copiant les recettes d’Archie/MLJ, Captain America tant essentiellement une copie du premier Shield (et pas seulement au niveau du bouclier). Dans l’aprs-guerre, MLJ s’tait rendu compte de la perte de vitesse des super-hros et avait tout mis sur un autre genre : les aventures du jeune tudiant Archie, ternellement hsitant entre les charmes des jolies Betty et Veronica. Le succs d’Archie (le personnage) avait t tel que l’diteur avait dcid de se rebaptiser pour mieux tre identifi.

Mais vers la fin des annes 50, la socit avait not l’mergence d’une seconde gnration de hros chez DC. Archie avait dcid de se repositionner nouveau sur ce crneau et avait demand Joe Simon de superviser plusieurs titres de hros costums (Le dessinateur Jack Kirby intervenant sur les premiers numros). Deux, en fait, pour commencer. Adventures of the Fly et Double Life of Private Strong. Ce dernier tait un nouveau Shield. S’inspirant de ce que DC avait fait avait fait avec Flash, Simon utilisa donc un nom connu (le Shield) pour crer un nouveau hros (Lancelot Strong). Mais le hros tait trop surpuissant. Au point que ses pouvoirs ressemblent ceux de Superman. Et Lancelot Strong ayant un costume rouge et bleu, DC Comics ne fut pas long ragir, menaant d’un procs. Pris la main dans le sac, Archie dcida d’arrter Double Life of Private Strong en catastrophe, au bout de deux numros. Restait Adventures of the Fly mais la position de Joe Simon tait fragilise. Sans Lancelot Strong il ne supervisait plus vraiment une gamme. Mais Simon s’entendait mal avec la famille Goldwater (John Goldwater tait le « J » de l’antique MLJ Comics et le propritaire de la firme). Joe Simon cessa donc d’crire la srie avec Adventures of the Fly #4 (Janvier 1960), remplac par le scnariste Robert Bernstein. Pour tre honnte, The Fly avait perdu une grande partie de son intrt ds le #2, aprs que Jack Kirby ait cess d’assurer les dessins. Bernstein, frquent collaborateur de DC Comics, n’avait rien d’un dbutant. Il avait fourni des histoires solides de Superboy ou Superman (entre autres choses). Mais le rgime ditorial dict par John Goldwater semblait imposer une certaine navet des histoires. Il serait faut de dire qu’aprs le dpart de Simon rien ne se passa sur la srie. Malgr quelques ides marquantes de Bernstein (par exemple la cration de Fly-Girl, la partenaire de The Fly), le tout tait souvent sabr par des dessins de pitres qualits et une ambiance gnrale assez granguignolesque. Mais dans un premier temps… le stratagme fonctionna !

La plupart des chroniqueurs que The Fly n’eut jamais la popularit d’un Flash ou d’un Green Lantern. En fait c’est faux ! Le site Comichron (qui archive les chiffres de circulation et de ventes des comic-books amricains) fait tat d’une moyenne de 240452 exemplaires couls par numro d’Adventures of the Fly vers 1960 (http://bit.ly/hqr4i0). A la mme poque Green Lantern est diffus 255000 exemplaires, ce qui fait donc de The Fly un concurrent notable des hros de DC. D’autant qu’il clipse Wonder Woman (230000 ex.) ou mme les Challenges of the Unknown (235000). Ce qui laisse rveur sur la carrire qu’aurait pu avoir The Fly si John Goldwater avait fait l’effort de dbaucher un dessinateur notable (mettons Gil Kane par exemple). Priv d’une direction ditoriale forte, The Fly allait cependant pricliter. D’autant qu’un autre concurrent allait grignoter des parts de march. En 1960 (avant la cration des Fantastic Four), la plus forte revue Marvel (Tales of Suspense, alors dpourvue de super-hros) ne s’coulait qu’ 184895 exemplaires. Mais la situation allait vite s’inverser. Au point qu’en Octobre 1964 (Adventures of the Fly #30), Archie Comics dcida de changer son fusil d’paule. La revue fut mise en sommeil quelques mois pour repenser la formule. Cette fois il ne s’agirait plus de copier DC mais de lorgner sur Marvel, dont les super-hros venaient de le doubler. S’il faudrait encore quelques annes avant que les ventes de Marvel menacent rellement celles de DC, les super-hros de Stan Lee, Jack Kirby et de Steve Ditko dpassaient sans doute dj largement les ventes d’Adventures of the Fly. Les rsultats de Marvel cette poque sont peu clairs mais Comichron rapporte pour 1964 (http://www.comichron.com/yearlycomicssales/1960s/1964.html) des circulations moyennes de 205075 exemplaires pour Journey into Mystery (qui accueillait Thor), 207065 pour Tales of Suspense (Iron Man), 207365 pour Tales To Astonish (Giant-Man et Hulk) et 215090 pour Strange tales (Human Torch, Doctor Strange). Les ventes de Fantastic Four, Avengers et Spider-Man la mme poque ne sont pas connues avec certitude mais elles taient forcment suprieures celles d’un Strange Tales. Par comparaison, Adventures of the Fly tait tomb une circulation de 197748 ex. On comprendra donc qu’Archie, premire victime de l’lvation de Marvel, ait voulu reprendre sa position sur le march des super-hros.

D’autant que John Goldwater avait des raisons d’tre irrits par les hros Marvel de 1963-1964… Il avait pu voir le retour de Captain America ( l’origine un plagiat de son premier Shield) alors que Lancelot Strong, son propre hros patriotique avait t renvoy dans les cordes. Spider-Man ou Ant-Man venaient lorgner sur les plates-bandes de The Fly. A plus forte raison si on considre que ds 1961 The Fly avait pu profiter de l’aide d’une Fly Girl. Il y avait de quoi s’touffer, en 1963, en voyant dbarquer The Wasp aux cts d’Ant-Man ! Le pch originel venait donc assurment de l’autre ct. Marvel avait publi et runi un certain nombre de concepts qu’on trouvait dj chez Archie. En voyant paratre Avengers #1 en 1963, Archie avait dj de bonnes raisons de penser que la runion de hros issus de Tales of Suspense, Journey Into Mystery et Tales To Astonish allait vendre plus que les titres individuels concerns. Avec en plus le retour de Captain America dans Avengers #4, rejoignant des personnages comme Ant-Man et The Wasp, Archie avait donc toutes les raisons de voir dans les Vengeurs une sorte de miroir du Shield originel, de the Fly et de Fly Girl. La position de l’diteur n’tait pas tant de copier Marvel que de rapproprier certaines choses. Marvel tait en de construire avec succs son propre univers avec certains archtypes qui existaient dj chez MLJ/Archie. Goldwater et ses collaborateurs pouvaient donc lgitimement penser utiliser leurs « versions originales » pour rtablir la donne. Mais il n’tait pas possible de lancer directement un quivalent des Vengeurs faon Archie. Marvel avait commenc par (re)lancer une bonne douzaine de hros avant d’en venir aux Avengers. Archie n’avait plus qu’une poigne de titres super-hroques (En dehors d’Adventures of the Fly, on trouvait galement Adventures of the Jaguar) tandis que certains archtypes (comme le hros patriotique maison, le Shield) n’avaient pas montr le bout de leur nez depuis des annes. Il faudrait donc en passer par une phase de rintroduction…

En mai 1965, les lecteurs d’Archie eurent donc la surprise de voir revenir la srie de The Fly dsormais rebaptise Fly Man (sans doute pour mieux se rapprocher de Spider-Man, Ant-Man ou Giant-Man). Si le hros changeait peu en apparence, ses capacits avaient chang. The Fly/Fly Man avait toujours eut des pouvoirs assez mal dlimits. Sans doute parce qu’ l’origine Joe Simon l’a cr en comprimant diverses projets (au dpart de sa conception il s’agissait d’un hros nomm Silver Spider). On le voit ds le dbut, en 1960, avec des pouvoirs redondants. Par exemple The Fly peut marcher sur les murs… Mais il peut aussi voler ! A quoi bon, alors, marcher sur les murs ? De la mme faon les proprits du pistolet du hros sembleront parfois contradictoires. Et c’est sans compter certaines capacits du hros que Robert Bernstein mais aussi Jerry Siegel (scnariste qui interviendra vers la fin d’Adventures of the Fly) ajouteront selon l’envie du moment. Mais sur la couverture de Fly Man #31, ce qui retient immdiatement l’attention du lecteur, c’est l’apparition d’autres hros costums. Au premier plan Fly Man se lamente qu’il est seul contre tous (il est en train de se faire attaquer par la bande de son ternel adversaire, le gnome Spider) et que sa carrire super-hroque touche sa fin. Pas vraiment un message de « winner » pour relancer une srie. Heureusement pour Fly-Man, trois hros surgissent pour l’aider. Un hros volant, Comet, arrive la rescousse tandis qu’un autre, Black Hood, se laisse descendre au long d’une corde. Enfin, surgissant d’une bouche d’gout (l aussi, ce n’est pas vraiment un symbole de « winner ») on voit le Shield dans une variation de son costume des annes 40. Tous se prcipitent pour aider leur confrre. A l’intrieur la premire page reprend au dialogue prs l’image de la couverture. Mais le narrateur prsente les « amis super-hros de Fly Man » en expliquant qu’il s’agit de croiss de la justice et que l’histoire qu’on va lire est sans doute « l’vnement le plus excitant de la dcennie ». On verra que ce n’est quand mme pas tout fait le cas. Car pour l’occasion Archie a confi l’criture Jerry Siegel, le crateur de Superman. Une rfrence, c’est certain, mais aussi un auteur rouill, qui n’est plus en phase avec la jeunesse des annes 60 et qui en est rduit essayer de trouver un ton intermdiaire entre ce que Goldwater avait dj impos sur Adventures of the Fly et une caricature de ce qu’on peut trouver chez le Marvel de l’poque (par exemple les chamailleries incessantes entre hros). Les dessins taient de Paul Reinman, pas vraiment le dessinateur le plus dynamique qu’on puisse trouver l’poque.

La touche de Siegel est cependant manifeste ds le dpart, avec une scne qui montre le criminel Spider en train de s’vader de prison. Spider est chauve et s’chappe grce un fantastique gadget digne de Fantmas : Un camion quip de tentacules. Mais si on y regarde bien, le Spider de Siegel est peu de choses prs identique Lex Luthor, l’adversaire de Superman. A son bureau, l’avocat Tommy Troy apprend la nouvelle par la radio. Spider en libert ? Pas question ! Troy frotte alors son anneau magique en s’criant « Je souhaite devenir… The Fly Man ! ». Aucune explication quand au changement de nom du personnage. Mais le sort reste actif et Tommy est immdiatement revtu du costume vert et jaune, avec deux petites ailes transparentes qui surgissent du col.

Exemple symptomatique de la simplification outrancire des histoires d’Archie : Ds la case suivante Fly Man sapproche du camion de Spider (comment le hros savait-il o le trouver ? Mystre !). Il annonce alors son adversaire qu’il est venu pour lui offrir un retour gratuit la case prison. Pas impressionn, Spider actionne alors une sorte de sige jectable qui le projette comme un homme-canon. Spider part comme un missile vers une des grottes de la montagne voisine, o sa chute est ralentie par un filet spcialement prvu cet effet. L aussi la simplification scnaristique est l’uvre. Pour que ce dispositif existe et soit efficace, Spider aurait du prvoir quel moment prcis Fly Man allait le rejoindre et quand il faudrait actionner son jection (2 minutes plus tt ou plus tard, le criminel n’aurait sans doute pas t dans l’axe de la grotte). Encore mieux que a : Spider prend le temps d’enfiler son uniforme de super-vilain puis actionne un levier qui transforme toute la surface de la montagne en une sorte de galerie des miroirs. L’astuce a pour effet de gnrer des illusions d’optique et de faire croire qu’il y a plusieurs Spider dans la montagne. Fly Man ne sait pas lequel poursuivre. Mme en rentrant dans une caverne, il ne voit que des reflets de son adversaire. Incapable de retrouver la trace du criminel, Fly Man s’en va en promettant qu’ils se retrouveront. C’est une situation pour le moins particulire puisque le hros sait donc o se trouve le QG de Spider (la montagne) mais renonce, de guerre lasse, de le poursuivre.

Mais bien sr Fly Man sait que Spider ne restera pas longtemps cach. Le jour suivant, effectivement, un vaisseau en forme de patte gante, pourvue de griffes, traverse le ciel de la ville. Et il porte le logo de Spider. Fly Man arrive donc immdiatement. D’autant que la patte en a visiblement aprs une grande foire qui se tient ce jour-l. L’engin pourrait d’un coup dtruire les lieux. Heureusement Fly Man n’a pas comme seul pouvoir le fait de voler. Il peut aussi se transformer en…gant. Ce qui est pour le moins curieux quand on parle d’un hros dont les pouvoirs sont, en thorie, bass sur les mouches. Par le simple pouvoir de sa pense, Fly Man grandit et devient un colosse haut de plusieurs dizaines de mtres. Il lui est alors facile de dtruire l’engin envoy par Spider, en se promettant d’en faire de mme avec toute autre invention que son adversaire pourra utiliser. A l’vidence, quand on voit ce Fly Man gant, on ne peut que faire le rapprochement avec le Giant-Man des Avengers. Sauf que. L aussi les choses sont un peu plus compliques qu’il y parait. Ce pouvoir de croissance de Fly Man est trs probablement inspir d’Adventures of the Fly #24 (fvrier 1963), qui contenait une histoire de Robert Bernstein intitule « The Mystery of the Giant Fly ». Dans ce rcit un adversaire de The Fly crait un double malfique du hros, mais ce double tait « surcharg » de puissance pour pouvoir faire face non seulement The Fly mais Fly Girl. Sous l’effet de cette puissance supplmentaire, le Fly malfique enflait et devenait un gant. Henry Pym (Ant-Man) n’a utilis les pouvoirs de Giant-Man qu’ partir de novembre 1963, des mois aprs le « Giant Fly » de Bernstein. Du coup on se trouve l encore dans une situation o Archie, tout en se rapprochant de Marvel, ne fait qu’utiliser des lments lancs auparavant. Pour en revenir la victoire de The Fly contre Spider, elle est de courte dure : Le gnie criminel avait prvu la contre-attaque du hros et il a lectrifi sa griffe. Le hros est paralys, incapable de lcher prise, et imagine alors que sa dernire heure est arrive.

Mais heureusement un lment imprvu vient bousculer les plans de Spider. Un super-hros volant surgit. Il vtu d’un costume orange et vert mais surtout d’une sorte de casque colonial caractristique, dcor d’un motif arc-en-ciel. Le nouvel arrivant dsintgre alors le vaisseau de Spider, expliquant dans un jargon pseudo-scientifique qu’il vient de le « dsatomiser avec les rayons de puissance mis par les projecteurs miniatures » contenus dans ses gants. Fly Man croit reconnatre son sauveur. Et ce dernier le lui confirme : Oui, il est bien The Comet, puissant crois venu de la plante Altrox, qui aidait les terriens il y a plusieurs annes. Mais il explique alors que puisqu’il vient de renoncer son trne sur Altrox, il sera dsormais plus libre de son temps et qu’on le reverra plus souvent sur Terre. Jerry Siegel avait introduit cette version extra-terrestre de The Comet dans The Adventures of the Fly #30 (octobre 1964), dans une histoire de Fly Girl. Ce qui explique que Fly Man puisse le reconnatre. Il en aura entendu parler par sa partenaire. Sorti de l il s’agit surtout d’une rinvention d’un hros du Golden Age. Le premier Comet d’Archie n’tait absolument pas un extra-terrestre mais John Dickering (un justicier avec une visire proche de celle de Cyclope, lui aussi pourvu d’un regard dsintgrateur). Dickering avait trouv la mort dans Pep Comics #17 (dans des circonstances prparant la venue d’un autre hros, le Hangman), en juillet 1941.

En apparence les deux Comet sont aussi diffrents que les deux premires versions de Flash (respectivement Jay Garrick et Barry Allen) de DC ou que les deux Human Torch de Marvel. Siegel, en tout cas, se comporte comme si John Dickering n’avait jamais exist. Mais par la suite les scnarios se prendront un peu les pieds dans le tapis. Certaines allusions laisseront entendre que le Comet venu d’Altrox tait actif ds les annes quarante. Si bien que, pour en finir avec les contradictions, quelques annes plus tard on expliquera qu’il n’y a qu’un Comet, pas deux: En 1941, aprs sa « mort », le corps de John Dickering a t transport sur la plante Altrox. La science y tant plus avance, on l’a sauv et quip d’une nouvelle technologie. Et visiblement Comet est devenu le roi de la plante. Mais en 1964 ces subtilits sont loignes de l’esprit de Siegel, qui traite son Comet comme un homme neuf. On notera que, comme pour la cration de Superman, la notion d’extraterrestre entre en jeu. Mais dans les deux cas Siegel s’intresse assez peu la culture d’origine des hros. Tout comme Krypton tait expdie en deux ou trois cases dans la premire version de Superman (l’mergence de son folklore kryptonien intervient aprs que Siegel soit parti de la srie), Altrox est peine mentionne, le scnariste ne faisant pas mine de s’y intresser. En fait, tel qu’il apparait en 1964, le Comet est une sorte d’hybride entre Tony Stark et Green Lantern. Comet n’a pas d’armure proprement parler mais les gadgets que contiennent son costume sont assez proches des performances d’Iron Man. Et le moustachu Comet est le portrait crach de Stark…

Comet est ne s’attarde pas sur les lieux et disparait vite. Par la suite Fly Man reprend ses activits super-hroques et doit intervenir dans le Pacifique pour empcher une ruption de raser un village. Malheureusement pour lui, Fly Man ne peut pas tre partout. Pendant qu’il est occup ailleurs, trois hommes de Spider (Boppo le Puissant, Flipsy le Terrible et Basher le Dynamique) ont tout le temps de perptrer un hold-up. Mais alors que le gang prend la fuite, ils sont observs par… une mouche, qui dcide (ne riez pas…) d’envoyez un message tlpathique Fly Man. Bientt ce sont des insectes en tous genres qui donnent des indications au hros sur le cheminement de la voiture du gang. Des insectes, y compris, en gros plan… une fourmi. Histoire de nous montrer que non seulement Fly Man peut changer de taille comme le Giant-Man de Marvel mais qu’il peut galement commander, lui aussi, aux fourmis (entre autres races). De loin, Spider observe Fly Man. Le criminel ricane : Le hros ne peut se servir de ses pouvoirs qu’une heure par jour ! Et aprs toutes les motions rcentes, Fly Man devrait rejoindre Boppo, Flipsy et Basher juste au moment o il perdra ses pouvoirs ! De son ct le hros est lui aussi conscient de cette limite. Mais il se dit « Mes pouvoirs sont presque arrivs leur limite mais je veux coffrer la fin de la journe ».

Mais c’est une trs mauvaise ide. A peine est-il entr dans le repaire des trois gangsters de Spider (en marchant au plafond) que ses pouvoirs le trahissent. Fly Man tombe… comme une mouche au sol (bien que la perte de ses pouvoirs ne s’accompagne pas de la disparition de son costume, son identit est donc protge). Il n’est donc plus qu’un humain normal, devant lutter contre trois brutes paisses. Fly Man est finalement assomm et, comme les trois bandits sont d’anciens acrobates de cirque, ils arrivent former une sorte de chane humaine pour jeter le hros sur le passage d’un train. Le hros git sur les rails alors qu’une locomotive approche. De loin, les adversaires de Fly Man se rjouissent dj de sa fin.

Mais nouveau un autre hros joue au « trouble-fte ». Le Shield, hros qu’on n’avait plus revu depuis les annes 40, saute sur la voie et emporte Fly Man, toujours inconscient, avant qu’il puisse tre cras. Les gangsters tentent bien de leur tirer dessus. Mais sans rsultat. On nous explique alors que le costume du Shield attire magntiquement les balles vers son torse. Et comme il porte un costume pare-balles, personne ne peut le blesser ou blesser quelqu’un proche de lui. L o c’est tonnant, c’est que c’est une modification des pouvoirs du Shield originel, qui tait vraiment indestructible. Mais aprs la msaventure de Lancelot Strong, Archie a peut-tre prfr redfinir les pouvoirs du Shield pour les rendre moins proche de ceux de Superman (un comble puisque Siegel tait l’criture). Alors que Fly Man est toujours sonn, le Shield bondit sur les trois gangsters et les assomme… d’un seul coup de poing. Entirement revenu lui, Fly Man demande avec reconnaissance au Shield o il tait pass toutes ces annes. Parce qu’aprs tout c’est un retour digne de celui de Captain America… Mais le Shield, qui ne semble pas avoir vieilli, botte en touche. Il prfre ne pas aborder le sujet. Il apparatra dans d’autres pisodes qu’il n’est pas Joe Higgins (le Shield de 1940) mais son fils, Bill Higgins, qui a pris la relve. Une nouvelle fois Spider s’est donc fait voler sa revanche… L’ennemi de Fly Man, toujours planqu dans son QG, dcide de remettre au lendemain sa prochaine tentative (ce qui est idiot puisqu’il sait qu’ l’instant T les pouvoirs de The Fly sont puiss).

Le lendemain Fly Man reoit un nouveau message tlpathique. Des insectes le prviennent que leur fort est en train de bruler. Fly Man se prcipite sur les lieux de l’incendie et dcide de se rduire jusqu’ une taille minuscule pour tre « au mme niveau que ses amis ». Les insectes lui expliquent qu’ils sont rassurs de le savoir l. Fly Man commence battre des ailes et les ondes de chocs sont suffisantes pour souffler l’incendie. Imaginez un peu si, au lieu de se rduire une petite taille, Fly Man avait utilis son pouvoir pour grandir. Ses ailes auraient sans doute teint le feu encore plus vite. Mais ni le hros ni l’auteur ne semblent le raliser. Mais Fly Man a d’autres soucis plus immdiats. Un avion le survole et lance une bombe qui vient se ficher dans le sol. Sans surprise la bombe porte le logo de Spider. En fait c’est une bombe atomique qui a la particularit de drainer l’nergie de tous les tres vivants. Fly Man se sent donc faible. Trop faible pour pouvoir manipuler la bombe, qui vient d’actionner un compte rebours. Il faut dire qu’on sombre nouveau dans l’illogisme. Quitte lancer une bombe atomique sur Fly Man est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu qu’elle explose au moment de l’impact plutt qu’avoir mettre au point un complexe systme de drainage d’nergie ? Pourquoi ne pas tout faire exploser directement de manire tre dbarrass sans dlai de Fly Man ? Tout simplement parce que, sur le plan scnaristique, ceci laisse le temps d’une troisime intervention d’un autre hros…

La bombe atomique retardement est dtruite par un rayon laser, mis par… le cheval robot de Black Hood. Tout comme Comet ou le Shield, Black Hood tait un personnage dit par MLJ/Archie dans les annes 40. Il s’agissait d’un simple policier, Kip Burland, qui avait adopt une identit masque pour combattre un criminel nomm the Skull et qui avait par la suite continu de jouer au super-hros jusque dans l’aprs-guerre. La diffrence avec le Shield ou Comet, c’est que Black Hood tait revenu ds 1960 (Adventures of the Fly #7) comme un alli occasionnel de The Fly. Au lieu d’tre simplement un aventurier masqu sans pouvoir ou gadget particulier, Black Hood chevauchait dsormais un cheval robot (assez caricatural) quip de tout un arsenal et surnomm Nightmare. Archie l’avait ensuite utilis dans quelques histoires d’une page o Black Hood expliquait aux lecteurs… les prceptes du karat. On l’avait encore revu en 1964 aux cts de The Fly. Et l, pourtant, aprs avoir fait chou la bombe (et fait battre en retraite l’avion qui l’avait lanc), Black Hood demande Fly Man d’expliquer au monde entier qu’il (le Black Hood) est de retour pour combattre tous les malfaiteurs. Bien sur cette intervention dclenche une nouvelle fois la colre de Spider. Mais la population est heureuse de savoir que, par les temps qui courent, tant de super-hros sont de retour pour protger le monde.

D’ailleurs le lendemain un message apparait dans le ciel, encourageant les hros se runir pour former les Mighty Crusaders (les « Puissants Croiss »). Comet, Black Hood et Fly Man se rendent donc au point de rendez-vous (une fte foraine), o ils rencontrent le Shield. Mais ce n’est pas lui qui a envoy le message. Sur le coup les hros pensent que l’appel provient sans doute d’un autre collgue (aprs tout Archie Comics disposait encore de Fly Girl, du Jaguar et de quelques autres personnages mineurs). Et en attendant cet hypothtique cinquime larron, le Shield explique que ce serait effectivement une bonne ide de s’allier : l’organisation de Spider est trop complexe combattre pour un seul d’entre eux. Le Shield insiste donc sur le fait qu’il est pour la cration des Mighty Crusaders. Mais, surprise, Fly Man fait une objection. D’abord il est contre ce nom, qu’il trouve ridicule et tout droit sorti d’un comic-book. Ensuite, il n’est pas convaincu que les autres sont assez puissants pour travailler avec lui (vu comment ils lui ont sauv la vie ces derniers jours, c’est d’une ingratitude totale). Fly Man va jusqu’ les traiter d’has been. Trs vite, le ton monte et les hros en viennent aux mains. On sent bien que Siegel tente d’imiter les scnes de chamailleries propres Marvel (les disputes entre la Chose et la Torche Humaine ou encore le dpart d’Hulk ds Avengers #2). Mais il y manque l’humour faon Marvel. Les hros Archie se sautent la gorge de manire totalement artificielle et sans grande raison. Mais bientt le Shield s’tonne que Fly Man n’utilise pas ses pouvoirs contre eux, pour se dfendre. Le hros-mouche explique alors qu’ayant beaucoup patrouill avant de venir il a pass sa limite pour la journe. Comet, Black Hood et Shield sont dgots. C’est ca le hros qui leur reprochait de ne pas tre assez puissants ? Vexs, ils s’en vont en ne voulant plus rien avoir faire avec lui. Fly Man leur hurle alors que s’il avait encore ses pouvoirs il leur ferait regretter leurs paroles. Mais aprs leur dpart il s’en veut un peu d’tre mont sur ses grands chevaux et se promet ( voix haute) de s’excuser auprs d’eux la prochaine fois qu’il les rencontrera.

Mais une voix s’lve dans la fte foraine, pourtant en apparence totalement dserte. Elle interrompt Fly Man et objecte qu’il n’y aura pas de prochaine fois. Le hros se retourne mais ne voit rien de spcial, si ce n’est un mannequin habill comme un clown. Lequel mannequin ne tarde pas s’animer. C’est Spider lui-mme qui a utilis ce dguisement pour s’approcher de Fly Man. Il pointe alors une arme vers le hros et celui-ci, sans ses pouvoirs, n’est pas en mesure de contre-attaquer. Spider s’exclame « Oui, tu vas mourir Fly Man ! Mais avant de te dtruire avec des balles, je vais avoir le plaisir de te massacrer avec mes poings ! Dans ton tat de faiblesse, ce sera facile ! ». Et effectivement pendant quelques cases Fly Man reoit coup sur coup pendant que Spider ricane, lanc dans un monologue au sujet de la gloire qu’il va retirer de la mort du hros. Mais ce dernier se redresse. Soudainement il n’a plus du tout l’air faible. Et il explique alors qu’il jouait la comdie. Et Fly Man utilise alors un autre de ses pouvoirs, la capacit de tisser des fils d’acier (hm… on n’est pas trs loin de la toile de Spider-Man) pour ligoter Spider. Le brigand s’interroge. Fly Man est encore en tat de tisser ? Mais il avait perdu ses pouvoirs pour la journe pourtant ! Fly Man explique que a faisait aussi partie de la comdie. Tout comme la dispute avec les autres hros qui, aprs un signal de Fly Man, ne tardent pas revenir. Tout tait faux. Les quatre justiciers avaient anticip le traquenard de Spider. En fait, grce sa connexion avec le monde des insectes, Fly Man avait t prvenu par une vraie araigne, ds son arrive sur les lieux, que le pantin habill comme un clown tait en fait Spider. Fly Man a ensuite dclench la bagarre avec ses quipiers pour mieux pouvoir leur glisser son plan l’oreille.

Mais mme s’il s’est fait avoir, Spider reste un adversaire bien quip. Ses gadgets lui permettent de se librer du cocon de mtal qu’a tiss Fly Man. Et une autre de ses inventions le rend invisible (ou bien le tlporte, ce n’est pas trs clair). Cette fois Spider s’est chapp. Mais le Shield revient la charge avec l’ide de dpart : « Pourquoi est-ce que nous ne formerions pas le club des Mighty Crusaders ? ». Rserv, Fly Man lui dit qu’il faut y rflchir jusqu’ ce qu’ils rencontrent nouveau. On enchane avec une vue du public et des unes de journaux, tandis que « le monde entier se demande quelle sera la rponse ». Comprenant que l’officialisation de l’quipe est l’ordre du jour, le Spider, revenu dans son QG, est ptri de honte. C’est lui qui a lanc l’ide d’une runion des Crusaders (via le message dans le ciel). Mais il ne pensait pas qu’ils le feraient vraiment. Spider dcide de demander ses hommes de lui botter les fesses pour le punir (l encore c’est un tmoignage du ton plus gamin des histoires d’Archie par rapport Marvel ou DC). L’histoire se termine sur les quatre hros qui rflchissent mais ne sont pas encore totalement certains de leur choix. Spider, planqu derrire eux, dans une poubelle, souffle alors au lecteur de voter « non » pour la formation de ce groupe. Ce qui est bien sr une manire de dire qu’il faut voter pour, puisque le mchant Spider est contre….

La conclusion (et la rvlation que la dispute entre hros tait orchestre) excuse dans une certaine mesure le ton assez peu subtile de Siegel au niveau du scnario et des dialogues. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Cette scne de bagarre restera reprsentative de la manire de grer les Mighty Crusaders l’poque. Ds Fly Man #32 ils se rencontreraient nouveau (cette fois en compagnie de Fly Girl qui deviendrait le cinquime membre du groupe) et se sauteraient la gorge tout aussi facilement parce qu’ils sont incapables de s’entendre sur le nom de l’quipe. Fly Man veut conserver Mighty Crusaders mais Comet est contre et la dispute est en train d’enfler quand ils sont attaqus par un autre adversaire. A force de rechercher des motifs de dispute, le scnario donne la longue un go dmesur et vain aux personnages, sans vraiment construire une dynamique. On aurait pu imaginer, par exemple, qu’un triangle amoureux se forme entre Fly Man, Fly Girl et un autre membre de l’quipe (un peu la manire du triangle Cyclope/Angel/Marvel Girl de l’poque). Mais il n’en est rien et les Crusaders se comporteront comme des hros hyper-susceptibles.

Dans Fly Man #33, on passerait encore un cap quand les Crusaders recruteront deux nouveaux membres, Hangman et le Wizard… qui les trahiraient avant la fin de l’pisode parce que finalement ils prfrent la vie criminelle. On sent bien l’influence d’pisodes de Marvel, comme l’alliance entre Hulk et Sub-Mariner ou la premire apparition de Wonder Man (quand il trahit les Vengeurs). Mais, chez Archie, les choses sont excutes de telle sorte que les Crusaders passent pour des personnages qui n’ont pas le moindre sang froid. Au point qu’il est difficile de ne pas les trouver ridicules. D’autant que le scnario sera riche en deus ex machina totalement dlirant. Par exemple la fin de Fly-Man #32, les Crusaders sont coincs dans une base sur le point d’exploser. C’est le moment o le Shield (Bill Higgins) annonce : « J’ai une confession vous faire : Je suis capable de me dplacer d’un endroit un autre en faisant usage de tlportation ! Je peux tous nous tirer d’affaire mais si j’utilise la capacit maximale de ce pouvoir je ne serais plus jamais capable de me tlporter !« . C’est un peu comme ci Captain  America disait aux Vengeurs «  propos, je ne vous en ai jamais parl mais je peux me tlporter. Par contre attention ca ne marchera qu’un fois et je ne vous expliquerais jamais d’o m’est venu ce pouvoir inexpliqu…« . Pas vraiment le haut du panier en matire de crdibilit interne…

Aprs ces trois pisodes « constitutifs » de l’quipe dans la srie Fly Man, les Mighty Crusaders auraient droit leur propre titre ds novembre 1965. Mais l’ensemble de la manuvre n’aurait pas le rsultat escompt. La srie Mighty Crusaders ne durerait que sept numros (une vritable claque pour l’poque). La revue et le groupe seraient vite envoys dans les limbes par Archie Comics prfrant se retirer des super-hros pour se concentrer sur les aventures d’Archie (le hros, pas l’diteur), beaucoup plus rentable (en 1966 la srie Archie s’coulait presque 500.000 exemplaires, contre seulement 340155 pour Spider-Man).

Si les Mighty Crusaders furent un chec, l’exemple d’une tentative o la formule l’emportait sur la crativit, il n’en demeure pas moins que l’quipe laissa plus de traces qu’on pourrait le croire. D’abord, depuis, Archie a pratiquement ramen les Crusaders au moins une fois par dcennie ( l’exception des 70’s) pour des tentatives de relance. La dernire en cours, les New Crusaders, voit les enfants de ces hros s’entraner sous la supervision de Joe Higgins (le Shield originel). Mais l’hritage des Crusaders allait se rpandre aussi ailleurs. Marvel allait prendre soin de qualifier ses Vengeurs de « Mighty Avengers ». Puis en 1968 Henry Pym allait changer de nom de code et d’quipement. Renonant ses pouvoirs de croissances qui faisaient de lui Giant-Man/Goliath, Pym allait adopter l’identit nouvelle de Yellowjacket, un personnage commandant un ensemble d’insectes plus large (y compris les abeilles) et donc les paulettes rappellent srieusement les ailes de Fly Man. Dans les annes 70, les Crusaders allaient tre le nom de deux groupes utiliss dans un crossover clandestin entre Marvel et DC. Dans les aventures des Invaders de Marvel, les hros de la srie affrontrent des Crusaders qui taient en fait une parodie des Freedom Fighters de DC). Et dans les pages des Freedom Fighters de DC, les personnages luttrent contre des Crusaders qui taient un pastiche des Invaders de Marvel.

Le driv le plus important des Mighty Crusaders reste cependant un scnario jamais finalis d’Alan Moore, qui est ni plus ni moins que l’ide initiale de Watchmen. Moore avait en effet d’abord pens son projet avec les personnages de MLJ/Archie en tte (avant de l’adapter aux anciens hros de Charlton). Le meurtre initial qui lance la srie depuis tre celui du Shield (Bill Higgins, le Shield qui cofonde les Mighty Crusaders) dont on devait trouver le cadavre en train de flotter dans un port. Dans la version finale de Watchmen il reste d’ailleurs une trace de l’influence des personnages d’Archie. Si l’ensemble de Watchmen repose sur deux gnrations de hros (celle du Golden Age reprsente par les Minutemen et l’re contemporaine avec les Watchmen), l’histoire de Moore et de Gibbons fait tat d’une quipe intermdiaire, les Crimebusters, suppose avoir exist dans le milieu des annes soixante et s’tre spare presque aussitt, en 1966 (date de la fin de parution des Mighty Crusaders). Moore et Gibbons montrent alors un hros ringard, Captain Metropolis, qui tente d’organiser les Crimebusters mais sans succs, mais sans succs, une dispute avec le Comedian dsintgrant pratiquement d’office tout espoir de collaborer. Captain Metropolis est visiblement bas pour une bonne partie sur le 3me Shield (Bill Higgins). Quand aux Minutemen, un des membres les plus emblmatiques est Hooded Justice, qui intgre divers lments du Hangman et de Black Hood.

L’existence (jamais finalise) de ce proto-Watchmen dmontre bien quel point l’ide de base des Mighty Crusaders n’tait pas si ridicule. Il y avait de la place chez Archie pour un groupe du mme type que les Avengers, qui aurait pu ensuite avoir son propre destin. Hlas, la direction ditoriale btifiante de Goldwater et le scnario dpass de Siegel auront eut raison de l’entreprise. Le paradoxe final tant que cette brve renaissance des hros Archie est reste dans les mmoires comme une copie unilatrale des personnages Marvel. Alors qu’ l’vidence, comme nous l’avons vu, les personnages d’Archie sont la base de plusieurs concepts qui ont fait Marvel. Sans le Shield ou Fly Man, Marvel aurait-il pu inventer Captain America, Yellowjacket et the Wasp ? Sans doute que non. Mais en dfinitive l’Histoire est crite par les vainqueurs. Et, de ce fait, les Mighty Crusaders restent donc dans l’ombre des Avengers…

[Xavier Fournier]