Oldies But Goodies: All-Select Comics #1 (1943)[FRENCH] Captain America ne sait pas voler. En tout cas pas officiellement, pas dans la mémoire collective des fans de comics. Encore que. Dans les années 40, il y a bien un épisode où le patriote masqué et son auxiliaire, Bucky, se sont essayés à traverser les airs et en rencontrant, dans la foulée, des adversaires aux noms familiers : Ni plus ni moins que le Vulture et ses Batmen…

All-Select Comics #1 (1943)En 1943, Marvel Comics (qui portait à l’époque le nom de Timely) en avait terminé avec son explosion super-héroïque. Comprenez-par là que la majeure partie de ses super-héros lancés dans la période 1939-1942 (Father Time, Black Marvel, Blue Diamond…) avaient été renvoyés aux oubliettes et que l’éditeur avait choisi de se recentrer sur les quelques personnages les plus commerciaux, c’est à dire le trio Captain America, Sub-Mariner et Human Torch et leurs dérivés (les Young Allies) ainsi que quelques personnages secondaires (Whizzer, Patriot, Angel…) gardés surtout pour jouer les bouche-trous et éviter une trop grande répétition. Passé un certain cap, les revues de Marvel allaient adopter un casting qui, la plupart du temps semblait identique. La Torche, Namor et Captain America apparaissaient sur la majeure partie des couvertures, le plus souvent unis dans un effort collectif pour repousser des adversaires nazis ou japonais. Assez curieusement (à l’exception de deux textes publiés dans les premiers temps d’All-Winners Comics qui voyaient les débuts des « All-Winners ») Marvel n’aurait pas réellement l’idée de réunir tout ce beau monde avant la fin de la seconde guerre mondiale. Mais les couvertures de l’éditeur, elles, semblaient promettre une suite sans fin d’alliances entre Cap, Namor et Human Torch. Autant d’exploits dont le lecteur en était réduit à penser qu’ils avaient du se passer « hors-champs », que les trois héros (et leurs sidekicks Toro et Bucky) devaient se rencontrer régulièrement mais que, pour une raison ou pour une autre, l’éditeur ne voyait pas l’utilité de leur raconter ces aventures sans doute extraordinaires. L’important (pour ce qui nous intéresse aujourd’hui), c’est que les revues Marvel avaient tendance à se ressembler de plus en plus, qu’on trouvait Captain America un peu partout et pas seulement dans la revue portant son nom. Ce qui ne veut pas dire pour autant que ces aventures de Cap en dehors de son titre étaient forcément secondaires ou moins imaginatives… Ainsi, avec « The Case of the Mystery of the Human Bats« , All-Select Comics, lancé selon la recette que nous venons de décrire, allait ainsi muscler la galerie d’adversaires du héros avec une véritable armée d’hommes volants…

Captain America contre les BatmenTout commence quand les militaires Steve Rogers (alter-ego de Captain America) et Bucky (alter-ego de… Bucky) sont de corvée. En tout cas Steve (souvent brimé par le sergent qui dirige son détachement) est en train d’éplucher des patates. Bucky se précipite vers lui en tenant une sorte de tract, qu’il a trouvé on ne sait où. Un texte y annonce que la mort va bientôt frapper, que le maire Allen sera le premier à mourir et que d’autres officiels ne tarderont pas à le suivre. Et le tract, signé par un certain « Vulture » (« Vautour », est surtout une menace à l’attention de Captain America, lui promettant le pire si jamais il se mêle de cette affaire. Comme bien souvent dans les comics de cette époque les criminels ne brillent pas spécialement par leur intelligence puisque, s’ils n’avaient pas écrit un tract à l’attention de Captain America, ce dernier serait incapable de deviner que quelque chose se prépare. Diffuser un tract pour lui dire de ne pas se mêler d’un meurtre sur le point de se produire est encore la meilleure manière de s’assurer que le héros va flairer la piste.

Mais alors que les deux héros sont en train de lire la lettre, ils sont surpris par le sergent Duffy qui leur avait donné la corvée de patate. Convaincu que Steve tire-au-flanc, le gradé décide de lui donner une tâche encore plus difficile. Puisque les patates ne sont pas assez bonnes pour lui, Duffy décide de l’obliger à nettoyer le sol de la caserne. Furieux, Steve Rogers s’acquitte de sa tâche, non sans trouver une litanie de noms d’oiseaux pour Duffy (un comportement assez peu caractéristique, d’habitude Rogers gardait son sang-froid et était plutôt du style à rire intérieurement du fait que Duffy ne réalisait pas son secret). Bucky, lui, n’ pas eu droit à la punition. Il est toujours avec son tract et dis à son mentor « Laisse tomber ça, Steve ! Qu’est-ce qu’on fait pour ce Vulture ? ». A ces mots, l’autre n’y tient plus. Il se redresse et retire son uniforme, laissant apparaître la tenue de Captain America : « Allez, viens Bucky, on part à la chasse au vautour ! ».

Cap va à la chasse au vautour...Captain America et Bucky se précipitent alors au bureau du maire pour vérifier qu’il n’est pas en danger. Ils le trouvent en bonne santé. Vulture n’a pas encore frappé. Captain America explique alors au notable : « Aucun agent nazi ne nous fera peur ! Bucky et moi-même allons aider la police à monter la garde cette nuit ! ». Et ainsi la soirée passe sans incident majeur. Les deux super-héros et les policiers jouent les sentinelles dans le couloir menant à la chambre du maire. Et personne n’y pénètre. Finalement comme à l’aube rien n’est arrivé, Captain America constate que tout ça a été une perte de temps. Il décide alors d’aller dire au revoir au maire avant de partir. Mais quand il ouvre la porte de la chambre, elle est vide ! Le maire a disparu ! Et personne n’a vu le coup venir ! Le Vulture a réussi !

Bientôt, c’est un déluge de nouveaux tracts qui apparaissent dans la ville. Le Vulture prévient que la prochaine fois il s’emparera d’un banquier nommé Nelson. Cette fois Captain America décide de ne pas prendre le moindre risque. Il installe Nelson dans un appartement en haut de la plus haute tour de la ville. Avec un nom comme « Vautour », on peut déjà deviner pourquoi la précaution de Captain America est totalement inutile. Soyons compréhensifs envers le héros. Vulture est un nom assez générique, un peu comme un « charognard », dans le langage populaire, ne représente pas forcément au premier degré quelqu’un qui se nourrit de cadavres mais bien un profiteur. Ce n’est pas parce que l’adversaire s’appelle Vulture que le héros doit forcément en déduire qu’il vole. Mais dans le contexte de l’histoire le lecteur, lui, peut commencer de s’en douter. Le Protéger le maire ? Une promesse vaine...lendemain, Captain America et Bucky trouvent l’appartement vide avec une note… Leur expliquant que les deux prochaines cibles sont le Général Cannon et le Commissaire Varner. Cette fois-ci Captain America renforce sa surveillance. Seul Bucky et un soldat veillent hors de la tente du général. Mais Cap est à l’intérieur, en compagnie du militaire menacé. Il ne le quittera pas des yeux…

Mais, à un moment, les choses sont tellement calmes que Bucky s’ennuie ferme et ne résiste pas à l’envie de jeter un œil à l’intérieur de la tente. Mais là, surprise : Elle est presque vide ! Il ne reste plus que Captain America, inconscient. Le général, lui, a disparu ! On pourra se demander pourquoi et comment des agents nazis sont arrivés à neutraliser Cap, sans profiter de son inconscience pour l’achever ou le kidnapper à son compte. Peut-être une preuve d’insolence ? Un signe que le Vulture ne craint pas Captain America et ne le considère pas comme une menace ? De toute manière, c’est rapidement la panique dans tous les USA car, après avoir Protéger le général ? Un autre échec...enlevé quelques notables, le Vulture passe à une opération de plus grande échelle, détruisant en une seule nuit quatre ponts, six trains, une usine de munitions…

Revenu à lui et sorti de l’hôpital, Captain America ne se souvient pas de ce qui s’est passé. A part une chose : Il a été frappé par derrière. Bucky et lui décident alors de retourner inspecter la tente pour essayer de reconstituer l’attaque. Bientôt, c’est Bucky qui remarque au sol une empreinte de pied… aux doigts palmés. Regardant l’empreinte, Cap s’écrie « C’est un danger volant ! » mais Bucky ne comprend pas ce qu’il veut dire. L’adulte explique donc son raisonnement : « Ca doit être quelque chose qui vole mais qui, cependant, est humain. C’est tout ce qu’on sait. Mais cette fois nous surveillerons le ciel ! ». Le lecteur restera sans plus d’explication sur le cheminement du héros. Sans doute faut-il croire que ce pied palmé, ressemblant à celui d’un canard, a donné naissance à la théorie de Cap. Mais On verra un peu plus loin qu’il ne s’agit pas d’un canard…

Il reste encore une cible que Vulture n’a pas attaquée : Le commissaire Varner. Cette fois Captain America et Bucky ne se donnent pas la peine de s’installer dans la même pièce que lui. Ils préfèrent prendre place sur le toit de son appartement. Et bientôt, en pleine nuit, ils voient une grande silhouette ailée traverser le ciel. L’inconnu, habillé de vert, se pose sur le toit et porte une sorte de dague. Mais cette fois Captain America est prêt et c’est lui qui profite de l’effet de surprise : « Nous nous rencontrons enfin, Vulture ! ». Il suffit d’un coup de poing de Cap pour assommer l’homme en vert. Voilà la réponse : Chacune des attaques précédentes était menée depuis le ciel, le seul endroit qu’on ne surveillait pas. Et l’assassin, sous sa tenue verte, est une sorte de monstre à la peau grise et aux oreilles en pointe. Bientôt la police arrive mais le scénario s’accélère sans vraiment donner les explications nécessaires. Quelques cases plus tôt Captain Un Vulture ou un Batman ?America sautait sur l’intrus en le traitant de Vulture. Là, quand la police arrive sur le toit, Bucky explique « Cap vient d’attraper un des Batmen et il tente de le faire parler ! ». Non seulement les héros n’ont aucune raison de penser que la créature n’est pas le Vulture mais c’est la première fois qu’on évoque les « Batmen » (les hommes-vampires), qui plus est au pluriel. D’un seul coup, sans raison, Cap et Bucky semblent donc savoir que le Vulture est le leader d’une bande d’hommes ailés nommés les Batmen. Rien ne l’indiquait pourtant dans les passages précédents. Cap semblait même convaincu d’avoir capturé le seul et unique Vulture…

De son côté, Captain America tente de faire parler le prisonnier, avec des méthodes plutôt musclées. Non seulement il place son poing de manière équivoque, menaçant clairement l’homme-vampire de le frapper s’il ne parle pas, mais le discours de Cap n’est pas spécialement humaniste : « Parles ou meurt ! » Autrement dit le héros évoque clairement le fait de tuer un prisonnier (ce n’est pas spécialement dans l’esprit de la convention de Genève). Les fans d’un Cap plus humaniste pourront toujours imaginer que le héros joue la comédie et bluffe pour impressionner le captif. Mais on ne le saura pas vraiment puisque Bucky réalise que si l’inconnu ne parle pas c’est peut-être qu’il ne le peut pas. Après vérification, il s’avère effectivement que sa langue a été coupée. Si la créature ne peut pas parler… Elle s’exprimera d’une autre manière : Captain America force l’homme-vampire terrifié (ce qui donne dans la VO « Terrified Batman », on imagine que ça a du faire plaisir au concurrent DC Comics, éditeur du vrai Batman) à le guider vers le repaire de Vulture. Ils s’entassent dans une voiture et prennent la route. Mais bientôt le « Batman » meurt mystérieusement à l’arrière de l’automobile, sans raison apparente.

Vulture dans son repaire...Captain America ordonne alors à un policier de retourner en ville avec la voiture et de s’assurer que le corps soit autopsié. Désormais seuls au milieu de nulle part, Cap et Bucky vont essayer de retrouver la piste du Vulture. Bientôt ils remarquent une maison à l’écart, qui ferait une cachette idéale. Elle a l’air déserte mais alors qu’ils l’inspectent de l’extérieur ils entendent des cris.

Captain America conseille à Bucky d’aller prévenir la police tandis qu’il agit. Il enfonce la porte de la maison et pénètre… dans une sorte de cachot digne d’une histoire d’horreur. Les prisonniers sont enchaînés au mur et le Vulture (une créature verte différente des Batmen) est penché sur un brasier. Il est évident qu’il est en train de pratiquer la torture. Vulture ordonne alors à ses Batmen de se saisir de Cap. Et les « Hommes-Vampires » sont une véritable nuée. Même si le héros commence par résister, la supériorité numérique est contre lui et, bientôt, il est maitrisé. Vulture ricane : « Sois le bienvenu, Captain America ! J’ai une petite surprise pour toi ! ». Un autre Batman entre dans la pièce en portant un Bucky inconscient. Le jeune homme n’a pu aller bien loin et personne n’a donc prévenu la police…

Vulture indique aux deux héros qu’ils ne sont pas en position de le menacer. Mais Captain America tente un coup de bluff. Il affirme que la police sait qu’ils sont là et qu’elle arrivera bientôt. Et ca marche. Vulture ne doute pas de ce qu’on lui dit : « Ah ! Merci ! En me prévenant de l’arrivée de la police, tu as scellé ton propre destin ! Vite ! Qu’on les emmène au nid ! ». Captain America, Bucky et les otages sont alors attachés et emportés en l’air par les Batmen, qui migrent alors vers leur véritable QG… Là encore on ne nous expliquera pas pourquoi, si le Vulture a un QG plus sûr, ce qu’il faisait dans cette maison. Le repaire en question se trouve en haut du mont Eyrie (prononcez « Eerie »), une montagne dont les parois forment une falaise géante. Le « nid » est en fait une caverne située sur cette falaise et on ne peut guère y pénétrer ou en sortir qu’en volant. Autant dire que seuls Vulture et ses Batmen peuvent aller et venir. Vulture ordonne qu’on libère Cap et tente de le rallier à sa cause en lui montrant un trésor qu’il a rassemblé : « Voici les richesses du monde, Captain America ! Tout ce qu’on homme voudrait ! Et ce sera à toi si tu me rejoins […] Mais encore mieux ! Captain, je t’offre de te laisser la vie ! ».

Vulture tente de corrompre Cap.Le héros plaisante alors en expliquant que Vulture veut lui offrir ce qu’il a déjà. Mais l’homme vert se fait plus menaçant : « Même toi, tu ne peux pas t’échapper d’ici… La paroi extérieure n’est qu’une falaise glissante. Toi et les autres, vous êtes à ma merci ! Ha ! Ha ! Eeeee ! ». Captain America fait alors mine de réfléchir à l’offre mais, avant de donner sa réponse, exige que Vulture lui explique comment lui et ses Batmen peuvent voler. C’est le moment d’un petit flashback nous expliquant les origines (au moins partielles) du personnage. Le Vulture explique qu’il a mis au point une drogue si puissante qu’elle donne à un individu la force de vingt hommes. Je précise « origines au moins partielles » car la scène nous montre Vulture découvrant cette drogue alors qu’il déjà la peau verte. Visiblement la force de vingt hommes suffit pour voler de ses propres bras, comme Vulture a pu le découvrir en testant lui-même sa formule. Puis ensuite il l’a injecté à d’autres hommes tout en les gardant en son pouvoir : les Batmen sont tous ses esclaves… Mais là rien n’explique pourquoi L'origine de VultureVulture est vert, avec un physique particulier, tandis que ses Batmen ont gris, avec une autre apparence. Captain America pose encore une question : Si les Batmen sont si forts, comment Vulture peut-il les garder en esclavage ? Vulture explique : « Si le sérum n’est pas renouvelé toutes les douze heures, ils meurent ! C’est pour ça que celui que tu as capturé est mort ! Et maintenant quelle est ta réponse ? ».

La réponse de Captain America prend la forme… d’un violent coup de bouclier dans le visage de Vulture. Autrement dit c’est un non franc et net, comme les lecteurs pouvaient s’y attendre. Furieux, Vulture ordonne qu’on place Cap et Bucky dans une cage particulière, qui est suspendue dans le vide, à l’extérieur de la caverne. Le jeune garçon est alors inquiet : « C’est la plus mauvaise situation que nous ayons connu à ce jour ! Même si nous pouvions nous échapper de cette cage, nous ne pouvons pas voler ! ». Mais Vulture a posté un garde à l’extérieur (un Batman qui vole de façon géostationnaire à hauteur de la cage). Captain America arrive à surprendre le garde alors qu’il tourne le dos. Cap fait mine de l’étrangler en passant son bras sous sa gorge et l’oblige à ouvrir la cage. Ensuite, il neutralise la créature et lui enlève ses ailes. Visiblement il s’agit de prothèses qui ne sont pas causées par la formule du Vulture, de simples gadgets qui facilitent le vol des Batmen. Captain America commande alors à Bucky de monter sur son dos, s’équipe lui-même des ailes et s’élance au dehors : « Nous allons voler, Bucky… Enfin j’espère ! ».

Captain America vole !L’idée, c’est que même si Captain America n’a pas reçu la formule de Vulture, il peut au moins se servir des ailes pour planer. Et de toute manière ce n’est pas comme s’il n’avait pas reçu une autre formule, celle qui a fait de lui un « super-soldat », il peut donc manœuvrer dans une certaine mesure avec les ailes et descend en piqué vers… Vulture, passablement surpris de voir revenir ses deux adversaires. Une nouvelle fois un seul coup de poing de Captain America suffit à assommer quelqu’un. On se souviendra cependant qu’on vient de nous expliquer que le sérum de Vulture donne la force de 20 hommes. Les adversaires de Cap tombent vite, pour des êtres si puissants. Vulture neutralisé, les Batmen sont stupéfaits et n’osent pas intervenir. Bucky a donc largement le temps de libérer les prisonniers. Mais Vulture est revenu est a lui et, ayant visiblement décidé que la force ne suffirait pas à vaincre Cap, le vise avec un revolver. Il tire. Mais Captain America se contente de se protéger derrière son bouclier. La balle ricoche contre l’objet de métal et Captain America se fend d’un « J’imagine que je vais rire le dernier, comme d’habitude ! ». Vulture reçoit un nouveau coup de poing et retombe dans l’inconscience.

Captain America se sert du serum de Vulture...Mais Bucky remarque qu’il porte une petite fiole que l’être vert porte autour de la nuque : « Regardes, Cap ! Ca doit être sa formule pour voler ! ». Captain America décrète alors que cette sorte de substance est trop maléfique et qu’il faut la détruire immédiatement. Néanmoins il se reprend et décide… de la tester ! C’est qu’il leur reste à fuir la caverne. Cap injecte donc le sérum aux notables libérés. Bucky et lui-même en profitent… Et bientôt les héros et leurs alliés peuvent se préparer à redescendre… en volant. Un des hommes que Vulture avait kidnappé s’inquiète cependant : « Mais qu’en est-il des Batmen ? Est-ce qu’ils ne vont pas nous poursuivre ? ». Captain America brise la fiole et explique : « Pas avec le sérum détruit ! Ils sont sans pouvoir sans ça ! Le Vulture et eux seront morts d’ici quelques heures.. Et c’est aussi bien car ils sont trop maléfiques pour vivre ». Le vol de retour se passe donc sans problème et Bucky se paye même le luxe d’une rare référence à la continuité naissante de Marvel : « Whoa ! Comme j’aimerais que Toro puisse me voir ! ». Toro, c’est le jeune assistant du héros incendiaire Human Torch. Mais c’est aussi le co-équipier de Bucky au sein des Young Allies (groupe dans lequel il était courant que ces deux là se disputent le rôle de leader). Captain America le tempère cependant : « Je pense que nous ferions mieux de garder ça pour nous, Bucky ! Personne ne nous croira jamais ! ». Ben voyons, c’est sur. Pourquoi Toro, garçon capable de s’enflammer spontanément et de voler lui-même, croirait que… quelqu’un peut voler ?

Pour autant qu’elle évoque certains concepts intéressants, cette histoire est handicapée par un certain nombre d’erreurs de logique (un peu comme quand Captain America et Bucky devinent sans raison que Vulture est aidé par une armée de Batmen). La plus grosse erreur se situe cependant dans la conclusion. D’abord Captain America décide arbitrairement que Vulture et les Batmen seront morts quelques heures plus tard (et pourtant, qu’est-ce qui empêche Vulture de fabriquer encore plus de sérum ou, mieux, d’en avoir déjà des stocks quelque part dans la caverne ?). Mais surtout il souligne lui-même le problème de la formule : Si on ne reçoit pas une nouvelle dose toutes les douze heures, on meurt. Mais justement. Que fait Captain America pour redescendre de la montagne ? Il injecte le fameux sérum à tous les prisonniers ainsi qu’à Bucky et lui-même. Le sérum qui tue si on n’en reçoit pas une autre dose quelques heures plus tard. Et Captain America détruit pourtant le seul stock restant qu’il connaisse ! Autrement dit, en toute logique, ceci devrait être le dernier épisode de Captain America. Bucky et lui devraient périr quelques heures plus tard. Mais l’idée n’a pas l’air de traverser l’esprit des héros… ou du scénariste. Un auteur au nom inconnu (niveau dessin on reconnait le style de Don Rico) mais qui écrit un Captain America beaucoup plus cynique et sec, qu’il s’agisse de maudire le Sergent Duffy, de menacer de mort le premier Batman capturé ou de se réjouir ouvertement de la mort programmée du Vulture et de toute sa bande.

Ce qui peut capter l’attention du marvelophile moderne, c’est le nom du méchant principal de cette histoire, le Vulture (le Vautour). On sait que quelques adversaires du Golden Age de Marvel se sont « réincarnés » dans l’univers moderne de l’éditeur. Ringmaster, un autre ennemi de Captain America, a ainsi donné lieu à un fils qui, a son tour, est devenu un antagoniste contemporain, assez souvent opposé à Spider-Man, à Hulk ou aux Vengeurs. Partant du principe que Spider-Man affronte régulièrement un autre Vulture, certains pourraient donc partir du principe qu’à l’image de ce qui s’est passé pour le Ringmaster le Vulture de 1943 est d’une certaine manière l’ancêtre de la version moderne (d’autant qu’on verra dans quelques cases que ce Vulture du Golden Age est ailé et porte un costume vert, couleur également utilisée par l’adversaire de Spider-Man). En fait les choses sont à la fois plus simple et plus compliquée. La vérité, c’est que le terme « Vautour » peut-être utilisé de manière assez générique pour désigner un charognard et qu’il est donc logique que plusieurs auteurs, à quelques années d’intervalle, aient utilisé ce nom sans qu’il y ait pour autant une filiation certaine. Pourtant c’est dans l’autre sens qu’il faut considérer les choses. Non pas en cherchant ce qui s’est fait après mais bien ce qui a été publié avant.

Historiquement Captain America a été lancé comme une simple imitation d’un autre héros patriotique, le Shield originel de MLJ Comics. Comme le Shield, Steve Rogers est transformé en super-soldat (et même, dans le premier épisode, en super-agent du FBI, précisément ce qu’était le Shield). La femme aperçue dans les aventures du Shield est une certaine Betty Warren. Celle vue généralement dans les exploits de Cap sera donc Betty Ross. Le Shield a un sidekick nommé Dusty. Captain America aura donc un assistant nommé Bucky. Et le premier bouclier (triangulaire) de Captain America évoque tellement le costume du Shield que Marvel/Timely en sera quitte pour changer en urgence la forme de l’objet (qui deviendra le célèbre bouclier rond) devant la menace de MLJ de porter plainte. A la vue de tous ces points communs on peut même de sire que les gens de MLJ étaient même assez bonne pâte car il y avait largement de quoi faire un procès. D’autant que d’autres « points communs » continueront de faire leur apparition. Par exemple Captain America combattra un éphémère adversaire nazi nomme le Hangman, déclenchant une nouvelle fois le courroux de MLJ qui publiait depuis des mois les aventures d’un héros nommé le Hangman…

Il y avait un autre trait intéressant dans les aventures du Shield : Dans Pep Comics #11 (janvier 1941, deux mois avant la première apparition de Captain America), dans l’épisode qui voit l’apparition de Dusty, le père du jeune homme est tué par les manigances d’un terroriste habillé de vert et nommé… le Vulture. Ce Vulture-là ne vole pas mais restera pendant plusieurs mois un adversaire régulier du Shield et de Dusty. Quelqu’un qui lisait les aventures du Shield à cette époque (et il est évident, vues les autres preuves, que les auteurs de Captain America les lisaient) ne pouvait ignorer l’existence de ce Vulture. D’ailleurs si on regarde bien, Joe Simon et Jack Kirby (les créateurs de Captain America, qui avaient donc copieusement pillé le Shield) sont sans doute passés très près d’importer eux-mêmes le Vulture (ou quelque chose de très proche) dans leurs épisodes de Cap. Mais ils ne restèrent que quelques mois sur la série Captain America, avant de se brouiller avec Marvel et de partir pour DC Comics. Simon et Kirby allaient y utiliser différentes recettes apprises sur Captain America, au point que les premières pages d’un de leur héros DC, Manhunter, font furieusement penser à des pages prévues pour Captain America qui auraient été corrigées pour le nouvel employeur (dans plusieurs cases Manhunter semble presque porter un bouclier invisible). Et qu’est-ce qu’on trouve d’autre dans cet épisode de Manhunter ? Une créature ailée verte, assez semblable au Vulture d’All-Select Comics #1, si ce n’est que dans la version DC on l’a baptisé… le Buzzard. Il y a des raisons de penser que, continuant de copier sur le Shield de MLJ, Simon et Kirby étaient sur le point de lancer leur équivalent du Vulture dans les pages de Captain America au moment de la dispute avec l’éditeur. De fait le personnage est devenu le Buzzard de Manhunter.

Peut-être restait-il dans les couloirs de Marvel quelque chose de ces discussions initiales avec Simon et Kirby. Ou, plus simplement, les auteurs qui les ont remplacés à l’écriture de Captain America ont fait comme eux et se sont mis à lorgner du côté du Shield, à la recherche d’une inspiration. Ce qui est sur c’est que chez Marvel le Vulture de MLJ allait faire des petits: Dès Captain America #14 (mai 1942), le héros de Marvel avait déjà combattu un autre Vulture (sans rapport avec celui rencontré dans All-Select Comics #1). Il en rencontrerait encore un troisième dans Captain America #32. Human Torch lui-même en affronterait un autre la même année. Soit, pour ce seul éditeur, quatre Vulture différents en l’espace de deux ans ! Et ça c’est sans compter un autre Vulture plus tardif, actif dans l’univers Marvel des années 50 (mais qui semble plus éloigné du moule du personnage tel qu’on peut le voir dans All-Select). Comme on l’a vu plus tôt, le nom Vulture, un peu comme le mot Vampire, avait des raisons d’être courant dans les comics. Tous les Vultures ne sont pas forcément liés à celui du Shield ou à celui d’All-Select Comics #1. Mais néanmoins dans le cas d’un adversaire de Captain America, la coïncidence est un peu grosse pour être accidentelle. D’autant qu’on parle ici d’un scénariste non-identifié qui avait assez de « toupet » pour utiliser les termes « Batmen » et « Batman » associés à des ailes noires de chauve-souris. On aura beaucoup de mal à nous prouver qu’il restait en 1943 un auteur de comics qui n’avait jamais entendu parler du Batman de DC Comics et d’une certaine manière l’utilisation de ces mots est même suicidaire. Marvel/Timely, qui avait connu des problèmes pour l’utilisation du nom Hangman, jouait carrément avec le feu alors qu’il aurait suffit de les baptiser Bat-People, Bat-Bandits ou Vampire Men. Il est impossible de penser que ce n’était pas fait en toute connaissance de cause. Quand bien même ces Batmen étaient différents du Batman de DC, on voit donc à quel point l’épisode cultivait la ressemblance des éléments pris ailleurs.

Au niveau de la continuité de Marvel, ce Vulture de 1943 (et, au-delà, la profusion de Vultures différents publiés par Marvel pendant le Golden Age) a trouvé un certain écho dans une saga plus récente, dans les épisodes de Mark Millar et Terry Dodson sur la série Marvel Knights: Spider-Man. Il y est expliqué que depuis le Golden Age un cercle secret d’hommes riches mais véreux a entretenu la population de super-villains de manière à ce que les super-héros soient trop occupés pour venir mettre leur nez dans leurs affaires. Millar va jusqu’à expliquer que ces mécènes du Mal (une extrapolation de ce que David Michelinie et Bob Layton avaient déjà fait avec le personnage de Justin Hammer dans la série Iron Man) avaient même veillé à ce que certaines identités de super-villains changent de main au fil des ans. Tous les Vultures de Marvel (y compris celui d’All-Select Comics #1 mais aussi l’adversaire classique de Spider-Man) pourraient donc être liés par une seule organisation évoquée dans Marvel Knights: Spider-Man #9. Mais tout ça ne nous dit pas comment Captain America et Bucky ont survécu à leur injection de sérum…

[Xavier Fournier]