[FRENCH] Après un long séjour dans le futur et du « coté » de la science, il est temps de passer du côté plus sombre des arts occultes de la continuité DC Comics en commençant par un des connaisseurs les moins connus. House of Secrets est un des plus récents titres d’anthologie de DC Comics consacré à des histoires one-shot sur les thèmes du mystère, de l’horreur (légère) et du fantastique (avec un peu de science-fiction) comme ses ainés que son Tales of Unexpected et House of Mystery, Son sommaire sera par contre plus stable en se consacrant quasiment exclusivement au fantastique. Toutefois House of Secrets #23 (août 1959) voit l’arrivé de Mark Merlin, le premier personnage récurrent du titre.

L’oncle de Mark est un prestidigitateur connu sous le nom de The Mighty Merlin. Il est également spécialisé dans la découverte des charlatans. Malheureusement cette activité n’était pas du goût de tout le monde et un groupe de charlatans réussit à le tuer. Mark hérita des biens de son oncle et notamment d’un manoir nommé Mystery Hill qui contient une énorme collection consacrée aux objets et écrits ressortant du surnaturel.

Décidé à venger le meurtre de son oncle, Mark réussira à trouver les meurtriers de son oncle et à prouver leur culpabilité. Mais, les assassins moururent eux-mêmes d’une manière inexpliquée. Après cette première aventure, il va avec sa fiancée, Elsa Magnusson tenter d’expliquer à chacun des épisodes un phénomène surnaturel, un peu comme Roy Raymond (cf. French Collection #52) doit révéler une supercherie. Il affrontera cependant des ennemis récurrent comme le maléfique Doctor-7.

Bien que navigant dans le monde du surnaturel Mark Merlin ne possède aucun super-pouvoir. Cependant avec le retour en grâce du style super-héroïque il est de bon ton que chaque revue de DC Comics possède son super-héros.

C’est ainsi que House of Secrets #60 (juin 1963) Mark Merlin trouve une chatte noire dans la tombe d’un pharaon nommé Memakata. Il donne à sa chatte le même nom et se rend compte qu’il est capable de transférer son esprit dans le corps de la féline au moyen d’une amulette à tête de chat, un peu comme Congo Bill avec le gorille doré (cf. French Collection #64).

Mais l’accueil du public est plutôt réservé et c’est pourquoi le personnage disparaît dans House of Secrets #73 (août 1965). Il est exilé par un adversaire du nom de Gargoyle dans le monde de Ra au moyen d’un artéfact magique nommée La lampe d’Imothep. Dans cette dimension, Mark Merlin acquière des pouvoirs mentaux grâce à la gemme à six faces qui est une représentation du soleil de cette dimension et qui procure l’immortalité à ses habitants. Malheureusement, il ne peut revenir sur Terre sous sa forme. Kranak, le dirigeant du monde de Ra lui procure alors une potion qui a pour effet de lui permettre de se réincarner sur Terre dans le corps du Prince Ra-Man. Il expliquera à Elsa que Mark est mort mais qu’il poursuit son œuvre.

Ce nouveau personnage n’aura guère plus de succès même si nous le verrons affronter Eclipso, l’un des premiers anti-héros de DC Comics et dont les aventures sont également publiées dans House of Secrets (sur lequel nous reviendrons longuement dans un futur French Collection car il est à notamment l’origine de la naissance du titre Eclipso chez Arédit), faisant ainsi du titre un magazine 100 % super-héroïque. Prince Ra-Man possède le pouvoir de contrôler la matière non-vivante, de la modeler à son désir et également de la faire léviter. C’est ainsi qu’il est capable de créer une sorte de « tapis volant » à partir d’objet divers.


Nous apprendrons dans DC Comics Presents #32 que Prince Ra-Man n’a pas révélé l’entière vérité à Elsa sur son lien avec Mark Merlin. En réalité la conscience du Prince Ra-Man avait été emprisonnée dans le corps de Memakata lors d’un combat entre Mark Merlin et Doctor-7, ce qui explique la capacité intermédiaire de Mark Merlin a échangé de corps avec sa chatte.

Prince Ra-Man sera entraperçu une dernière fois dans Crisis on Infinite Earths ou il trouvera la mort en combattant les ombres de l’Anti-Monitor. Le Prince Ra-Man, Elsa Magnusson, Memakata ainsi que Mark Merlin lui-même ont été revus à différentes occasions dans la continuité DC Comics mais de manière très annexes et / ou peu conformes à leur statut antérieur qui nous amène à ne pas les développer.

Mark Merlin est indissociable de Mort Meskin, l’artiste qui le créa et qui dessinera quasiment la totalité des épisodes le mettant en scène, à l’exception de quelques-uns uns vers la fin de la série. Son style si caractéristique est facilement reconnaissable que l’on retrouve dans ceux publiés majoritairement dans Big Boy / Big Boss 1ère série.

[Jean-Michel Ferragatti]