French Collection #272[FRENCH] Cette semaine, nous allons étudier non pas un, ni même quatre mais bien XXX personnages qui en fait ne sont que les différentes incarnations d’un même pouvoir. Robby Reed est un jeune génie qui est élevé à Littleville par Gramps Reed son grand-père et qui adore faire des expériences scientifiques. Il n’est pas complètement ostracisé puisqu’il a deux amis avec qui joue régulièrement avec leurs « caisses à savons », sorte de petites voitures artisanales avec lesquelles ils descendent les pentes.

French Collection #272

Mais alors qu’ils se rendent sur leur « piste de course », ils découvrent que les laboratoires en contrebas sont attaqués par un engin de The Thunderbolt Gang (La Foudre en français). La machine destructrice attaque les enfants et Robby tombe dans un gouffre souterrain. Au fond, il découvre un objet qui ressemble à un cadran de téléphone de l’époque comportant des écritures mystérieuses. De retour chez lui, il parvient à trouver les concordances pour les lettres O, H, E, R. Lorsqu’il forme le mot HERO sur le cadran, il se transforme en un personnage avec des super-pouvoirs ! Sa première incarnation sera Giantboy ! A ce moment, la radio annonce un avion en perdition au-dessus de Littleville.

Giantboy est également capable de voler et s’élance pour sauver l’avion. Il va ensuite affronter la machine de guerre du Thunderbolt Gang qu’il réussit à détruire à sa grande surprise. Il rentre ensuite chez lui et reprend son apparence normale en composant le mot HERO à l’envers sur son cadran. Lorsque The Thunderbolt Gang frappe de nouveau, Robby utilise une nouvelle fois son cadran mais se transforme cette fois en Cometeer. Il a entretemps découvert qu’un laps de temps doit s’écouler entre chaque changement. Le principe de la série est donc qu’à chaque nouvelle attaque du Thunderbolt Gang qui est dirigé par Mr. Thunder [Erick Bolton], Robby se transforme en un nouveau super-héros. Rien que dans le premier épisode, il prendra encore l’apparence de The Mole qui est capable de creuser des tunnels.

French Collection #272

Bart & Joey, les deux amis de Robby sont en admiration devant les super-héros qui ont bien sûr fait la une des journaux de Littleville qui n’avait jamais vu un super-héros de son histoire sans savoir qu’il s’agit de leur ami. Au fil des épisodes, Robby va se transformer en The Human Bullet, Super Charge, Radar-Sonar Man (deux fois), Mr Echo, Future Man, Castor & Pollux (deux héros pour une seule transformation), King Coil (une sorte de ressort en acier !), Zip Tide (une vague d’eau vivante !), Super-Nova, Robby the Robot (jeux de mots avec le nom de notre héros mais aussi hommage au célèbre robot homonyme de Forbidden Planet), Yankee Doodle Kid, Chief Mighty Arrow (un ancêtre de notre Mustang national dont les aventures continuent d’être publié par Hexagon Comics de Jean-Marc Lofficier), Balloon Boy, Muscle Man, Velocity Kid, Astro, Baron Buzz-Saw, Don Juan (un escrimeur d’exception qui possède une rapière magique qui vole), Sphinx-Man, King Viking, Robby Go-Go (le super danseur de discothèque, sic) & Whirl-i-Gig ( un tourniquet vivant avec des membres tranchants et qui crache des flammes).

Mais The Thunderbolt Gang ne sera pas le seul adversaire de Robby. Dès le troisième épisode, il va affronter Daffy Dagan, une sorte de bandit un peu fou. Suite à une fausse manœuvre de Robby transformé en Quakemaster, il va s’emparer du cadran et composer VILAIN pour se transformer en Daffy the Great (petit clin d’œil sans doute à un canard de dessin animé bien connu). Heureusement, Robby récupère le cadran et réussit à retransformer Daffy en se transformant en The Squid. D’autres adversaires viendront lui donner du fil à retordre comme The Clay Clan qui dispose de pouvoirs d’élongation et dont il triomphera en devenant Human Starfish, Hypno Man & Mighty Moppet (un super-bébé qui utilise des biberons comme armes !) ou Joe Beket, le descendant d’un sorcier égyptien qui tire ses pouvoirs des pièces de monnaies de son ancêtre et que Robby vaincra en devenant Magneto, Hornet-Man & Shadow-Man.

French Collection #272

Dans le quatrième épisode de la série, Robby se transformera une nouvelle fois en Giantboy mais également en King Kandy (sic) et de manière plus surprenante en Plastic Man (cf. French Collection #155) pour combattre The Wizard of Light. Nous ferons également connaissance de Ned, le cousin de Robby, et de sa voisine Suzy qui ne laisse pas notre héros indifférent. Nous y découvrons également que le passe-temps favori des jeunes de Littleville semble être de collectionner les portraits des transformations de Robby. Toutes les incarnations de Robby ne seront pas exceptionnelles mais les scénaristes auront suffisamment de distance avec leur travail pour en jouer. C’est ainsi que dans un épisode Robby se transforme en Whoozis (Kekcekça en français) une sorte de super-balle rebondissant, Whatsis (Kekcekcé en français, une occasion de rendre hommage à ces anonymes traducteurs dont les trouvailles étaient parfois savoureuses et pleines d’astuces) une sorte de boomerang & Howzis qui ressemble à une machine à sous. Robby est furieux de ces transformations étranges, mais à la fin de l’aventure Gramps lui apprend que tous les appareils électroniques ont été perturbés par un orage magnétique venant de l’espace.

La chose se répètera d’une certaine manière une deuxième fois. Robby se transformera cette fois-ci en Pendulum (un balancier d’horloge), Chief Mighty Arrow pour la deuxième fois (nous apprenons à cette occasion que son cheval ailé s’appelle Wingy de manière peu inspirée) & Human Solar Mirror. Un ressort déplacé dans le cadran causait en plus la transformation en monstre de son ami Jim qui a la particularité d’être né le même jour que Robby. Il est à noter que la série donnera lieu à un concours dans le courrier des lecteurs. Ces derniers étaient invités à envoyer leur idée de personnage. Si elles étaient retenues par les Editors, le personnage apparaissait dans la série et le lecteur recevait une planche de l’épisode avec son héros.

French Collection #272

Robby arrêtera Mr. Thunder [Erick Bolton] mais ce dernier reviendra sous l’identité de Moon Man [Erick Bolton] pour se venger. A cette occasion, Robby se transformera en Hoopster (le roi du cerceau !) mais également en Mole-Cometeer, la fusion de deux des héros qui avaient affrontés pour la première fois The Thunderbolt Gang. Robby ne se transformera qu’en héros masculin tout au long des épisodes (une apologie du transgenre n’étant sans doute pas dans les intentions des scénaristes) mais Suzy découvrira son secret et se transformera en Gem Girl en composant HEROINE avant de perdre opportunément la mémoire à la fin de l’épisode.

Enfin, dans le dernier épisode de la série les vibrations de ses adversaires les Speed Boys affecteront la personnalité Gill Man & Human Icicle pour en faire des super-voleurs. Mais heureusement, Robby résoudra le problème sous son identité de Strata Man. Le concept de Dial H for Hero (le nom original de la série) reviendra cependant plus tard comme nous le verrons dans un prochain French Collection.

French Collection #272

Série jugée un peu désuète ou enfantine (tout au long de la série, Robby s’exclamera Sockamagge pour clamer son étonnement), Dial H for Hero possède cependant une forte communauté de fans (dont je suis) qui ont un fort attachement au titre, notamment grâce aux dessins exceptionnels du grand (mais souvent mésestimé) Jim Mooney qui nous a quitté récemment. Bien que considéré comme anecdotique, la série donnera lieu à des suites chez DC Comics mais également à des concepts s’en inspirant fortement comme par exemple la série animée pour enfant Ben 10.

French Collection #272

L’intégralité de la série a été publié quasiment en France dans l’ordre par l’éditeur nordiste Artima – Arédit dans Aventures Fiction 2ème série n° 27 à 29 puis dans le magazine Green Lantern lors de son passage en Petit Format. Seuls les 4e et 5e épisodes seront publiés plus tardivement en français. Je demande pardon par avance de ne pas avoir pu mettre la totalité des visuels des super-héros, frustrant ainsi j’en suis sur certains lecteurs de voir celui qui a sans doute marqué leur enfance mais j’espère que cette chronique leur aura apporter un peu de cette saveur de madeleine que Proust décrivait si bien.

[Jean-Michel Ferragatti]