Comic Box Virgin #50 – Buffy Saison 8[FRENCH] J’ASSUME. Oui, j’ai regardé 7 années durant Buffy Contre les Vampires à la télé, même après que l’excuse officielle de retrouver mes propres angoisses de lycéenne dans l’enfer (pas seulement métaphorique) du bahut de Sunnydale n’était plus valable, puisque j’avais passé l’âge.

Oui, j’avais craqué pour Angel et plus encore pour Spike. Ben quoi ?!?! Le vampire de Twilight fait déplacer les foules au Comic-Con… au moins Spike avait le sens de la repartie.

Buffy Saison 8On parle quand même d’une pierre angulaire dans les séries télévisées, truffée de références à la culture pop, utilisant un langage télévisuel moderne pour les années 1990, ayant porté à bout de bras la Warner Bros toute seule pendant des années, candidate à des Emmy et à des Golden… Oh et puis qu’importe, J’ASSUME !

Or, pour la « saison 8 » – le comic book qui reprend exactement là où la série s’était arrêtée- on se vaut pour un arc de 5 numéros des talents de scénariste de Brian K. Vaughan, je dis Y : le dernier homme et Lost, je dis rien… Les couvertures hyper-réalistes sont réalisées par Jo Chen. Le dessinateur est George Jeanty, qui s’était bien défendu sur Deadpool, New X-Men et Gambit. Y a pire comme team créatif…

Joss Whedon, créateur du personnage, écrit plusieurs épisodes et ça se sent, surtout dans les dialogues. Après que le monde est été sauvé par la fermeture de la porte de l’Enfer, le Buffyverse s’en trouve radicalement changé, même si on y retrouve tous les protagonistes-clé. Buffy est maintenant la leader d’une tripotée de tueuses éparpillées dans le monde, les « potentielles » activées par la magie de Willow à la fin de la saison 7. Après avoir examiné le cratère qui était un temps Sunnydale, l’armée des Etats Unis perçoit cette joyeuse équipe comme une méga-cellule terroriste, et les tueuses de vampires auront affaire au général Voll, en plus qu’aux ennemis habituels et d’autres nouveaux en bonus.

Avouez ! Chaque fois que vous voyez Allison Hanigan jouer dans How I met your mother vous exclamez « Willow ». Vous avez essayé de regarder un épisode de Tru Calling et vous avez eu mal pour Eliza Dushku. Là, ce comic book vous offre la possibilité de vous adonner au plaisir coupable de replonger dans une série qui a mal vieilli, de retrouver des persos dont souvent la réplique assassine est « ah » ou « oh » et de mettre à l’épreuve votre mémoire (google sauve-moi, c’était qui Ethan Rayne ?)… Vous pourrez toujours justifier cette lecture par l’intérêt porté à Joss Whedon en tant que scénariste d’Astonishing X-Men, techniquement c’est vrai. ASSUMEZ vous aussi, après ça ira mieux, vous verrez…

[Camilla Patruno]