Comic Box Virgin #33 – Blanche  - L'île de solitude[FRENCH] Quelques grammes de douceur… Après le rebondissant Queen&Country puis L’Escadron Perdu, Blanche vient apaiser la lectrice néophyte que je suis… Pas de comics cette fois… Un auteur français qui nous plonge dans un 18eme siècle puritain. Les amateurs de dessins sophistiqués et tape-à-l’oeil vont pouvoir découvrir du nouveau. Un texte doré aux mots fins, une intelligence du scénario. L’histoire est un vrai coup de coeur et efface les dizaines de comics sans fond ingérés ces dernières semaines. Blanche est une vraie bulle d’oxygène qui m’a transportée l’espace d’une heure au siècle des lumières qui avaient encore pas mal de zone d’ombre…

Blanche  - L'île de solitudeBlanche de Saint-Ange sort tout frais moulue de son couvent pour prendre un mari. Une jolie oie blanche qui ne connait pas grand chose de la vie mais qui a une vision du monde particulière. Une tare, comme diraient ses parents, puisque Blanche ne voit pas les couleurs. Un univers en noir et blanc qui ne la fait pourtant pas passer à côté des subtilités. Dans une société puritaine, régie par la religion catholique, Blanche, aux idées éclairées, fait tâche. Ses positions féministes et humaniste dérangent. Enfouie au milieu d’un panier de crabes, elle trouvera son âme soeur en la compagnie d’un esclave noir. A eux deux, ils incarnent les valeurs de liberté, de fraternité et d’égalité que les philosophes de l’époque se sont ingéniés à insuffler à une France encore ancrée dans l’Ancien Régime.

Les liaisons dangereuses…
La dernière fois où j’ai pris un plaisir monstrueux en lisant une BD c’était pour Filles perdues… Blanche est dans un tout autre style mais la finesse du texte n’est pas étranger à mon exaltation du moment. Thierry Chavant distille avec talent des idées subtiles qui s’inscrivent dans le siècle des lumières, et qui font écho à notre 21eme siècle. Blanche ne distingue peut-être pas les couleurs mais c’est pourtant elle qui a la vision du monde la plus colorée. Ses problèmes de perception viennent gommer les différences qui existent entre son statut et les conditions de son esclave. Esprit éclairé (pas si blanche que ça finalement), imprégnée de lectures qui pervertissent l’âme des femmes, enfin si elles en ont bien une, comme le fait remarquer le père André, saint représentant de l’Eglise catholique et tuteur de Blanche, qui apprécie tellement les petits enfants, elle mêle sa solitude à celle de Toumaï, son esclave, pour recréer un monde libre. La BD efffrite les faux semblant avec la subtilité des cases qui alternent noir et blanc et couleurs, comme un tranfert de point de vue entre Blanche et son entourage. L’histoire de Toumaï, l’esclave importé d’Afrique, est tracée au crayon comme un destin laissé en pointillés… Sa rencontre avec Blanche met de la couleur dans leur existence où l’ennui s’accorde avec la soumission de leur condition. Une passion interdite qui les mettra à contre-courant de leur société. Ce premier volume est une vraie réussite, un petit bijou de bande dessinée à savourer comme un kinder surprise. On s’accroche aux personnages, en se laissant porter au fil des images par leur romance en attendant avec impatience le second volet de l’histoire…

[Ange-Lise]

Blanche
Tome 1 L’île de solitude
Dessin et scénario: Thierry Chavant
Editions Delcourt, mai 2009