Heroes In Crisis change de rythme cette semaine avec un véritable retour en arrière. Qu’était donc Sanctuary ? Comment l’endroit fonctionnait-il ? Qui étaient les héros présents au moment du carnage et surtout qui a tué qui ? En apparence Tom King ouvre les vannes des réponses. En apparence en tout cas.

Heroes In Crisis #3Heroes In Crisis #3 [DC Comics]
Scénario de Tom King
Dessins de Lee Weeks
Parution aux USA le mercredi 28 novembre 2018

On en discutait ici pas plus tard que dans le précédent comic-book chroniqué sur ce site. Trop de projets actuels changent de dessinateurs au gré du vent, selon une logique qui bien souvent ne suit en rien la progression de l’ambiance. Cette semaine, Lee Weeks s’installe donc au siège de dessinateur de Heroes In Crisis mais pour le coup c’est un contre-exemple puisque l’épisode vient s’insérer dans la chronologie de la saga en nous éclairant ni plus ni moins sur ce qui se passait à Sanctuary avant et pendant les meurtres. En clair, Heroes In Crisis #3 pourrait tout aussi bien être une sorte de numéro zéro, racontant tout ce qui s’est passé avant le #1. Et dans ce contexte l’arrivée de Weeks pour mettre en image ce flashback géant fonctionne totalement. Même sans prendre en compte cette notion temporelle, DC Comics a eu l’intelligence de ne pas aller chercher n’importe quel style. Sans se renier, Weeks est cohérent, compatible, avec ce qu’a dessiné Clay Mann

« I knew it! The WHY. Now I get it! »

Tom King semble en révéler beaucoup à travers l’arrivée de Booster Gold à Sanctuary et le regard du personnage sur ce refuge. Certaines choses fonctionnent (on comprend enfin si les personnages portant des masques dorés sont des androïdes ou d’autres invités), d’autres moins (le principe qui consiste à cacher un masque sous un autre, tout en laissant apparaître au niveau des gants et des chaussures des parties très reconnaissables de costume…). Clairement, King apporte beaucoup d’attention à Booster ainsi qu’à Flash (Wally West). D’ailleurs les raisons de ce dernier pour être là sont plus explicites que pour Booster. On a plus d’information sur la nature du séjour puis, d’un seul coup, les révélations s’enchaînent jusqu’à ce qu’on assiste aux meurtres. King en profite aussi pour lister les autres résidents/victimes. Mais on restera prudent sur le contenu de ce numéro. D’abord, il n’est pas exclu que cet épisode ne raconte que ce dont Booster Gold croit se souvenir. Et puis il est question, à un moment, de réalité virtuelle et même de doubles artificiels. Il suffirait qu’une scène qu’on croit, tacitement, réelle ne le soit pas pour que tout soit retourné. Ce qui fait tiquer notre sens d’araignée, entre autres indices, c’est qu’ici Wally et Arsenal sont tués à l’extérieur alors que dans Heroes In Crisis #1, leurs dépouilles étaient à l’intérieur. Même si, en fin de compte, c’était bien l’assassin évident qui était bien confirmé, resterait une question… le pourquoi. Mais on voit mal le scénariste occuper tout le reste de minisérie avec cette seule réponse à donner. Il y a sans doute plus de choses à l’œuvre que cet épisode nous le laisse croire. Pris de façon autonome, le numéro a cependant quelque chose de martial et de désespéré. Quoi que nous réserve la suite de l’histoire, ce troisième chapitre nous fait vivre, en différé, la claque provoquée par ces disparitions.

[Xavier Fournier]