Booster Gold et Harley Quinn sont sur un bateau. Ou plus exactement les deux personnages semblent impliqués dans un combat sans merci, sans explication. Dans le même temps, les plus grands héros de DC Comics inspectent les abords de ce qu’ils pensaient être un sanctuaire, un refuge pour héros en détresse. Et c’est d’emblée l’hécatombe, avec quelques fan-favorites massacrés hors-champs, au détour d’une case.

Heroes In Crisis #1Heroes In Crisis #1 [DC Comics]
Scénario de Tom King
Dessins de Clay Mann
Parution aux USA le mercredi 26 sep 2018

Le Sanctuaire, c’est là où les super-héros sont « mis de côté » quand leurs pouvoirs ou leur moral les abandonne. Une maison au cœur de l’Amérique… qui n’est pas aussi à l’abri qu’ils le pensaient. Tom King est sans pitié avec quelques héros (leurs lecteurs). Il ne faut que quelques pages pour voir la liste des noms des victimes s’allonger, avec parfois quelques surprises tant les noms sont obscurs (y compris un ou deux visages qui n’étaient plus supposés exister depuis les New52)… Et inversement d’autres qui correspondent à des personnages bien plus en vogue, encore tout dernièrement impliqués dans des intrigues. Il est prévisible qu’Heroes In Crisis va faire grincer des dents, surtout que certains protagonistes semblaient à peine revenus. Tom King semble parti sur un registre à la Identity Crisis, avec un crime (cette fois un crime de masse) perpétré peut-être par un autre héros (en tout cas les indices pointent vers lui). Si vous aimez vos héros façon Silver Age, comme autant de « chevaliers blancs, l’histoire de King semble partir dans une direction totalement différente. Mais, dans le même temps, il est quand même difficile de croire que certaines apparences sont effectives. Ou bien alors quelqu’un chez DC Comics est devenu fou et a décidé d’effacer la portée symbolique de Rebirth, qui a pourtant sauvé la mise de l’éditeur il y a deux ans. Il y a forcément un twist (tout comme les premiers épisodes d’Identity Crisis ou celui de Watchmen ne contenaient les signes apparents de leur conclusion), mais reste à savoir lequel. C’est, au bas mot, un parti pris gonflé de la part de Tom King et reste à voir si le résultat sera à la hauteur de l’ambition affichée. En attendant, le lectorat va sans doute être très divisé sur l’identité des morts et du (ou de la) coupable possible.

« Y’know, there’s something Freud wrote. »

Pour Heroes In Crisis, Tom King retrouve son compère Clay Mann, reformant un tandem créatif déjà croisé dans les pages de Batman. Et là pour le coup Mann monte encore d’un cran, s’imposant comme l’un des dessinateurs les plus efficaces du moment, à l’aise aussi bien avec une simple scène dans un restaurant ou quand il faut représenter les dépouilles des disparus. Mann représente avec une même élégance des scènes de la vie courante mais aussi des surhommes dans le ciel, surveillant de loin les décombres, les dégâts de leurs pairs. Mann dessine un premier numéro éclatant, perturbant (d’autant plus pour les fans des héros éliminés). Reste que dans le contexte général des comics on a quand même beaucoup de mal à croire que certains « départs » seront permanents ou tout au moins définitif. C’est la limite de l’exercice : quand on tue des héros qui sont déjà morts deux ou trois fois, l’incrédulité est au moins aussi forte que le choc.

[Xavier Fournier]