[FRENCH] Cinquième épisode de la saison mais les héros en sont toujours à chercher… Sophia. D’un côté on peut avoir l’impression que la situation piétine, de l’autre c’est justement la volonté de Rick de ne pas renoncer qui l’amène à s’opposer à certaines autres personnes du groupe. Mais celui qui va beaucoup donner de lui-même cette fois c’est Hawkeye… euh… pardonnez, Daryl…

Walking Dead, le feuilleton, continue de jouer sur certains mécanismes propres à la génération des séries « post-Lost » en insistant non seulement sur certains éléments qui sont présents dans le comic-book d’origine (le jeu d’alliances et mésalliances entre survivants) mais aussi quelques artifices comme le flashback montrant ce que les héros faisaient avant le début du show. Et cette semaine vient s’ajouter à la liste une autre ficelle lostienne : l’apparition, la « vision », quelque part dans la forêt, d’un être cher pourtant porté disparu. Le « leader » un peu malgré lui tout en refusant de plier. La belle fille qui fait le contraire de ce qu’on lui dit. Franchement par moments on se dit que les mêmes scènes avec la musique de Michael Giacchino en fond sonore, ce serait sans doute la touche finale. Et puis dans d’autres passages au contraire on vire vers quelque chose qui tient plus d’une sorte de cinéma-vérité, minimaliste, où il ne s’agit que de sentiments très humains et pas du tout apocalyptique…

Mais, forcément, si on regarde « Walking Dead » plus que « Sous le Soleil », c’est aussi pour retrouver ces moments de tension qui permettent aux personnages d’aller au bout d’eux-même. Premier dans la liste, le pré-générique est cette fois autrement plus spectaculaire qu’un type en train de se raser la tête. Après… les choses se tassent un peu alors qu’on remet sur le tapis la quête après Sophia et que la chose semble traîner en longueur. Non pas qu’on soit forcément du côté de ceux qui voudraient laisser tomber et faire une croix sur l’enfant. Là dessus Rick a bien raison de ne pas renoncer à l’espoir. Mais dans le même temps voilà plusieurs jours que le principal « traqueur » du groupe tente de la retrouver en prenant des risques constants… Sans retrouver la moindre trace. De quoi se demander s’il ne vaudrait pas simplement laisser les choses se faire. Et justement, au moment où on atteint la saturation de ce côté là, Daryl se retrouve dans une situation qui relance l’intérêt et procure « l’instant gore » de l’épisode. Et là, clairement, dans ce show les zombies n’en finissent pas d’en prendre plein la gueule de façons diverses et variées. Ils ne sont pourtant pas les seuls et on s’étonnera un peu de voir une flèche ressortie si facilement, surtout dans le sens utilisé dans la scène concernée.

En dehors des habituels Rick, Shane, Carl et Lori, les membres du groupe commençent à s’étoffer. D’ailleurs certains personnages liés au collectif de la ferme ont, je crois, tout simplement leur première ligne de dialogue depuis leur injection dans la série. Mais ce sont encore Glenn et Maggie qui continuent de prendre du grade, sur fond de conflits d’influence au sein de la ferme. Hershell admet de moins en moins que Rick et les siens prennent autant d’initiative sans rien lui demander. Même un simple repas devient motif de vexerie, dans un univers rural qu’on croirait sorti des années trente. Il faut dire qu’Hershell a ce secret que les fans de la BD connaissent bien, secret qui semble promis à prendre une importance notoire dans la série. Si les producteurs continuent de bien mener leur barque, la pause de mi-saison pourrait être apocalyptique (plus que le tout venant de la série, vous l’aurez compris). Et si quelque part en cours de route on pouvait retrouver Sophia et donc arrêter de nous resservir la question chaque semaine, ce serait un plus !

[Xavier Fournier]