Trade Paper Box #102: Best of Marvel: Iron Man – Iron Monger [FRENCH] Retour sur une période marquante de la série Iron Man. Les épisodes #193 à #200 du titre, paru en 1985, qui ont inspirés en partie l’adaptation cinématographique du premier film de Jon Favreau. Un arc de référence paru chez Panini dans la collection « Best of Marvel », dont le scénario est signé Denny O’Neil (Green Lantern/Green Arrow, Daredevil…), accompagné des artistes Luke McDonnell, Rich Buckler ou encore Sal Buscema.

Trade Paper Box #102: Best of Marvel: Iron Man – Iron Monger Tony Stark ou l’ombre de lui-même

Iron Man n’est plus (ou, plus exactement, Tony Stark) n’est plus Iron Man. En effet lorsque débute ce tome, le play-boy a confié sa célèbre armure rouge et or à James Rhodes. Stark a perdu toute confiance en lui, des suites de son alcoolisme, dont il continue d’ailleurs de combattre les effets. L’homme est fragile, psychologiquement affaibli et persiste à associer sa maladie à son statut de super-héros. Il va pourtant devoir se transcender, pour remonter la pente et surtout pour faire face au retour en force d’Obadiah Stane. Son nouvel ennemi a su profiter de sa faiblesse, et le principal rival de Stark dans les affaires a trouvé le moyen de nuire à son concurrent. Le piège de grande envergure se referme très progressivement sur l’entourage du héros (James Rhodes, Bethany Cabe), avant de viser frontalement Iron Man. Stane possède apparemment, grâce à Iron Monger, une puissance de feu suffisante pour l’anéantir. Ce duel explosif vient clore ce volume avec panache.

Vengeurs rassemblement !

Pour reprendre pied, dans sa quête pour triompher de son alcoolisme, Tony Stark peut compter sur d’autres super-héros. Iron Man retrouve au fil des épisodes son véritable alter-ego quand l’homme parvient à dompter ses démons grâce à l’aide de nombreux autres personnages. Au rang desquels, les Avengers de la côte ouest, James Rhodes, Tigra, Hawkeye, Hank Pym ou encore Oiseau Moqueur. Ceux-ci participent plus ou moins consciemment du retour de Tony dans l’armure. Une distribution chorale, qui peut être observée à la fois en ce qui concerne les héros, mais qui caractérise aussi les vilains. En l’espace de sept épisodes, Iron Man croise le fer avec Obadiah Stane, mais aussi Trade Paper Box #102: Best of Marvel: Iron Man – Iron Monger avec le docteur Démonicus, le Shaman, Lame-Eclair, ou encore Madame Masque. Cette observation montre combien le scénariste Denny O’Neil maitrise son sujet. Ces épisodes sont autant les héritiers des comics des années soixante, comportant une menace « abordable » à combattre par épisode, que des épisodes modernes au sens où l’auteur installe progressivement, sur le moyen terme, des menaces d’envergure plus complexes, dévoilées au fur et à mesure et qui font indéniablement le véritable intérêt de ces récits.

« Je suis Iron Man ! »

Des épisodes déterminants à plus d’un titre, puisqu’ils sont de surcroit riches en révélations. C’est dans ces pages que Tony Stark décide finalement de révéler qu’il est à l’origine le porteur de l’armure (ou plutôt qu’il était, au moment où il choisi d’en parler). Des épisodes rythmés, riches en action, dont l’intensité augmente d’ailleurs crescendo, pour culminer dans un combat final convaincant. Des intrigues fluides et une narration qui n’est nullement perturbée par les changements fréquents de dessinateurs. Ceux-ci réussissent avec brio à épouser le style de la série, pour des variations que le lecteur non familiarisé avec cet univers aurait bien du mal à mettre en évidence. Un classique indémodable, à recommander à quiconque intéressé de près ou de loin par le célèbre Vengeur.

[Anne-Sophie Peyret]

Iron Man –Iron Monger, Denny O’Neil (scénario) et Luke McDonnell (dessin), Panini Comics, avril 2013, 208 p.