Fort de son succès aux USA sur la plateforme DC Universe (et diffusée sur Netflix en France), la série TV Titans est de retour pour une seconde saison qui promet de corriger les erreurs de la première. Peut-on juger sur ce nouvel épisode ? Oui et non…

« TITANS ARE BACK, B*****S »

L’épisode final de la saison 1 de Titans avait laissé un goût d’inachevé. La storyline initiale voyait le (plus si) jeune Dick Grayson, alias Robin, quitter son mentor Batman pour trouver sa propre voie. Il croisait le chemin de Rachel, demoiselle aux pouvoirs étranges et dangereux. De là, s’en suivait une quête qui permet d’introduire d’autres héros de l’univers des comics DC comme Starfire, Garfield Logan ou encore Donna Troy. Tout ce petit monde fuyait le père de Rachel, le démon Trigon, mais finissait par se retrouver piéger par ce dernier. L’intrigue reprend quelques minutes après où on l’avait laissée : Dick est sous le contrôle de Trigon. Gar et Rachel sont coincés dans la maison, tandis que Donna, Starfire, Hank et Dawn sont à l’extérieur, coincés par le champ de force. Trigon révèle ses véritables intentions à sa fille et celle-ci va tout faire pour contrecarrer ses plans. Ses amis seront-ils à la hauteur ?

LE DÉBUT DE LA FIN

La saison 1 se terminait par un cliffhanger un peu étrange : les héros en difficultés. Et pour cause, après avoir vu les bons chiffres de la diffusion des premiers épisodes, les responsables de DC Universe avaient décidé de raccourcir d’un épisode le run de 12 épisodes initiaux. Du coup, ce nouvel épisode était le dernier prévu, auquel quelques scènes ont été ajoutées pour lancer les futures intrigues. C’est dommage car pour ceux qui voudraient se lancer dans l’aventure sans avoir vu la première saison, ils auront du mal à accrocher à la résolution de l’intrigue principale : l’émancipation de Rachel et Dick. Les deux tiers de l’épisode est véritablement la conclusion de la première aventure des Titans. Le reste de l’épisode introduit plusieurs personnages majeurs, dont Bruce Wayne et Slade Wilson. Ian Glen incarne un Bruce Wayne sobre et élégant (même si on ne peut s’empêcher de penser à son personnage de Jorah Mormont dans Game of Thrones). Son échange avec Dick permet de conclure un chapitre dans la vie de l’ancien « sidekick ». Quand à Slade Wilson (Esai Morales), alias Deathstroke, on ne le voit que quelques minutes, mais on comprend que son histoire avec les Titans n’est pas fini.

TITANS, TOGETHER!

On comprend à la vision de cet épisode que l’histoire des Titans va être évoqué plusieurs au cours de la saison. Entre les anciens membres, comme Hawk, Dove, Wonder Girl et les nouveaux, Garfield/Beast Boy, Jason Todd/Robin II et Rachel/Raven, les allers-retours entre présent et passé devraient être légion. L’inclusion de Jason Todd dans l’équipe ne fait que renforcer l’envie des spectateurs de voir Dick migrer vers son identité de Nightwing. Mais la série a montré qu’elle aimait faire trainer les choses et on pourrait voir le héros enfiler ses collants noir et bleu qu’à la fin de la saison. Par contre, aucune trace de Superboy et Krypto, les deux personnages aperçus dans la scène post-générique de la saison 1. Dommage, les montrer (ne serait-ce qu’une minute) aurait permis de ne pas les oublier en route…

MON PÈRE, CE DÉMON

Face à Rachel, nous avons le droit à Trigon dans sa forme démoniaque. S’il est très fidèle à sa version des comics, il manque certains éléments (comme la taille légèrement plus imposante du vilain) pour convaincre les fans de la première heure. Niveau effets spéciaux, ce n’est pas trop mal, compte tenu du budget de la série TV, mais on espère que les designers retravailleront un peu le personnage s’il est amené à revenir.

Avec ce choix étrange de conclure l’intrigue principale de la précédente saison au début de la seconde, le public est divisé en deux camps : ceux qui voudraient finir une intrigue sans vouloir continuer et ceux qui sont fidèles et continueront par la suite. Pour les « non initiés », il aurait fallu une chose plus forte que l’introduction d’un potentiel vilain pour capter l’attention. Pour les autres, ils auront très envie de voir Deathstroke prendre sa revanche.

[Pierre Bisson]