Review : Black Panther : Wakanda Forever

Review : Black Panther : Wakanda Forever

8 novembre 2022 0 Par Pierre Bisson

Aucun autre film Marvel Studios n’aura été si riche en émotion. Black Panther : Wakanda Forever sort quatre ans après un premier volet, mettant en scène T’Challa alias Black Panther. Malheureusement, la maladie a emporté son acteur principal, Chadwick Boseman. Ryan Coogler revient au scénario et à la réalisation pour rendre hommage à son ami et livrer une histoire poignante et spectaculaire.

Dès les premiers minutes, l’émotion est palpable. On apprend la disparition du Roi du Wakanda et personne, pas même sa soeur Shuri (Letitia Wright) ne peut le sauver. Sa mère, la Reine Ramonda (Angela Bassett), Okoye (Dana Gurira) sa garde personnel et même son ancien ennemi M’Baku (Winston Duke) le pleurent et se demandent comment le Wakanda va résister au monde extérieur. Toutes les nations sont intéressées par le précieux vibranium, métal aux propriétés uniques. Alors quand une source inédite du précieux métal appariât au fond de l’océan, tout est remis en cause. Mais c’est sans compter sur Namor (Tenoch Huerta Mejía) le protecteur du monde sous-marin, prêt à tout pour protéger son peuple.

LE ROI EST MORT… 

Dire que la mise en place de ce chapitre du MCU a été compliqué est un euphémisme. En effet, fort du succès critique et au box-office de Black Panther en 2018, Marvel Studios annonce une suite avec la même équipe. Entre temps, T’Challa est l’une des vedettes du diptyque Avengers des frères Russo. Mais la réalité rattrape la fiction et Chadwick Boseman disparaît en août 2020, emporté par un cancer du colon. Kevin Feige et Ryan Coogler décident de repenser la suite et décide d’honorer la légende de Black Panther et de faire endosser à un autre personnage le costume de la Panthère Noire. Pour eux, il est impensable de confier le rôle de T’Challa à un autre acteur. Du coup, que faire ? L’idée de se concentrer sur le Wakanda et sur ses habitants majeurs devient vitre une évidence. Ce côté « chorale » est omniprésent dans le film : on navigue entre les différents protagonistes, chacun ayant une manière différente de gérer leur souffrance et les problèmes rencontrés par la découverte de la nation de Talokan. Évidemment, Shuri et Ramonda sont les principaux visages de son long-métrage. La première ayant du mal à gérer son incapacité à sauver son frère. La seconde a le poids du Wakanda sur les épaules, après avoir perdu son mari et son fils. On retrouve avec plaisir tous les visages qui ont fait le succès du premier volet mais aussi les petits nouveaux : Namor et Riri Williams (Dominque Thorne).

… VIVE LE ROI !

Namor est apparu dans Marvel Comics #1 sous la plume de Bill Everett. Le personnage souffle le chaud et le froid dans les comics, devenant selon la situation un allié ou une ennemi des héros Marvel. Souvent associé aux Quatre Fantastiques, il est le souverain de la nation d’Atlantis. Dans Wakanda Forever, Namor est le chef du royaume de Talocan, culturellement en lien avec la civilisation aztèque. Pourquoi ce choix ? Probablement pour le démarquer de son « rival » Aquaman chez DC. La comparaison est malgré tout inévitable, notamment quand Namor fait visiter son royaume aux Wakandais. Visuellement, Namor est très proche de sa version papier : boxer vert, petits ailes sur les chevilles et cheveux noir ébène. Tout est là. Ses origines bien que modifiées, il reste le premier « mutant » du MCU. Une manière pour Kevin Feige d’éparpiller au sein de son univers cinématographique des mutants çà et là. Coogler expliquait il y a peu que Namor a toujours été l’antagoniste prévu pour cette suite. Et ça se sent, tant le personnage et sa culture sont pensés et exposés tout au long du film. Comme beaucoup d’ennemis du MCU, il est ambivalent. Pas totalement mauvais, il a une « bonne raison » d’agir ainsi. Même s’il n’est pas compris par tout le monde et a des méthodes extrêmes. En ce sens, il rejoint Erik Killmonger (Michael B. Jordan), vilain de Black Panther. 

GAMES OF THRONE

Les enjeux géopolitiques sont survolés avec des nations (dés)unies très avides de pouvoir (et les Français en prennent pour leur grade). Après tout, sans souverain, le Wakanda semble sans pouvoir. C’est là que des personnages comme Ramonda ou Okoye brillent dans des scènes poignantes. Angela Bassett vous « fout les poils » dans chacun de ses monologues. Malgré tout, la résolution de l’attribution du pouvoir Wakandais est l’une des surprises du film. L’autre succession dont le public attend beaucoup est l’identité du Black Panther. Si les extraits ne laissent pas grande ambiguïté, ce n’est pas pour autant que le personnage soit amené à perdurer dans le MCU. Le réalisateur se laisse même une porte de sortie, comme verra venir de loin, mais qui offre bien des pistes pour l’avenir. 

GIRL POWER

Les deux stars de ce film sont Letitia Wright et Dominique Thorne. La première reprend le rôle de Shuri, qui est bien différente de la dernière fois où nous l’avons vu. Le poids du deuil rend l’héroïne bien plus sérieuse. En quelques minutes, le personnage murit et sa progression tout au long de l’histoire coule de source. À voir où ces changements la conduiront. La seconde est un visage inédit au sein du MCU. Dans les comics, le personnage de Riri Williams est « le successeur » de Tony Stark durant un temps sous l’identité d’Ironheart. On effleure ici ses origines et on sait déjà qu’elle reviendra dans sa propre série sur Disney +. Sa fraîcheur contraste avec la gravité pesant sur Shuri. Les rôles sont inversés et Shuri devient un mentor pour la jeune femme. Dominique Thorne arrive à conquérir en un éclair le public et on a envie de la revoir très vite. Le fantôme de Tony Stark semblait avoir disparu depuis Spider-Man: No Way Home. Entendre le bruit d’un répulseur nous fait replonger dans un passé pas si lointain et touche aussi la corde sensible…

Wakanda Forever n’est pas sans défaut. 2h40 reste une durée un peu trop longue et on voit rapidement les minutes qui auraient pu être coupées au montage. Néanmoins, le long-métrage est l’équilibre parfait entre hommage et grand spectacle. Personne ne pourra rester de marbre (on doit l’avouer nous avons eu souvent les larmes aux yeux) face au jeu des acteurs devant la perte de Chadwick Boseman. L’intrigue bien que « basique » permet d’introduire tout un pan de l’univers Marvel qu’on souhaite redécouvrir. Les décors toujours aussi sublimes ou encore la musique de Ludwig Göransson nous replonge immédiatement dans un monde qu’on n’a plus envie de quitter.

Black Panther : Wakanda Forever – Réalisé par Ryan Coogler avec Letitia Wright, Angela Bassett, Lupita Nyong’O, Danai Gurira, Winston Duke, Tenoch Huerta Mejia, Martin Freeman et Dominique Thorne – Marvel Studios/Walt Dinsey Picture – En salles le mercredi 8 novembre 022

[Pierre Bisson]