[FRENCH] DC Animation nous propose un nouveau long-métrage animé, basé sur l’œuvre de Judd Winick, Batman: Under The Hood. Le ton du film est loin d’être léger, à tel point qu’il a été interdit au moins de 13 ans aux USA. Au programme, action, baston et émotion… Bref, du Batman comme on les aime ! Pour s’assurer que son récit ne soit pas trahi, Judd Winick a décidé d’écrire le scénario de ce dessin animé. Il réussit à l’adapter… malgré une petite fausse note.

Fous ta cagoule !

Un nouveau visage est apparu dans le monde criminel de Gotham : le Red Hood. Bien décidé à prendre le contrôle de la pègre, il s’est lancé dans la destruction de l’empire du caïd de la ville, Black Mask. Mais qui peut bien être ce nouvel « justicier » ? Batman va s’empresser de le découvrir. Avec l’aide de Nightwing, ex-Robin, le Chevalier Noir va déterrer des secrets de son passé, qui risque de remettre en question pas mal de choses…

Baf ! Pow ! Boom !

Pas de doute, on ne s’ennuie pas durant ces 1h10 d’animation. Des explosions, des combats à mains nues, des gadgets à gogo, des poursuites en voitures… ça bouge ! L’introduction ne sera pas sans rappeler des souvenirs aux aficionados de Batman. Cette introduction est pour moi le plus gros « défaut » de Under the Red Hood. En effet, elle gâche tout le mystère du Red Hood. Il ne faut pas être un génie pour additionner 1+1 et en déduire l’identité de l’anti-héros. Dommage… Le comic-book d’origine avait réussi à nous distiller plusieurs indices avant de nous révéler le visage du Red Hood.

Côté design

Le design et l’animation sont très réussis. L’influence des graphismes est un mélange de Bruce Timm et de Jeff Matsuda. J’aurais aimé voir le style de Doug Mahnke porté à l’écran. Tant pis, pour une prochaine fois peut-être… Seul bémol dans l’animation, c’est l’effet 3D pour les véhicules en mouvement. Je sais, c’est ma marotte et certains ne partageront pas mon avis.

Des bonus et encore des bonus…

Les divers reportages et making-of ne déçoivent pas. L’histoire des Robins est racontée par divers scénaristes marquants dans le monde de Batman. Ces derniers reviennent aussi sur la controverse de la mort de Jason Todd… mais nous n’en dirons pas plus sur ce sujet ! Enfin, un court-métrage sur Jonah Hex nous plonge dans une ambiance western-fantastique. Pour ma part, je le trouve bien moins réussi que le premier court-métrage de DC Animation basé sur le Spectre.

Pour conclure, Batman: Under the Red Hood n’a pas à rougir de ses prédécesseurs, bien au contraire. Proche du célèbre long-métrage animé Batman: Mask of the Phantasm (Batman et le Fantôme Masqué en VF), il est indispensable à toute bonne vidéothèque, que l’on soit fan ou non !

[Pierre Bisson]