Avant-Première VO: Review Dark Knight III – The Master Race #7

Batman n’est plus, tombé sur le champ de bataille. Il ne reste plus que ses alliés, séparés, dispersés, qui s’en vont dans des directions différentes. Mais peu importe, non ? Les Kryptoniens ont été battus, écrasés. Ils ne représentent plus une grande menace ? Pas vrai ? Faux : bien moins amoindris qu’on pouvait le croire, ils se préparent à une riposte sans pitié… Alors que plus personne ne semble conscient du danger…

Dark Knight III – The Master Race #7 [DC Comics]
Scénario de Frank Miller & Brian Azzarello
Dessins d’Andy Kubert & Frank Miller
Parution aux USA le mercredi 28 décembre 2016

La bataille aura coûté la vie à Batman. Du coup, ce dernier est inerte dans cet épisode. Quand on y réfléchit, avec le début de Dark Knight III où c’était sa jeune assistante qui se faisait passer pour lui, Bruce Wayne sera resté relativement en retrait dans cette série. On pourrait dire que Dark Knight III est une affaire de détermination. Avec la question posée qui est de savoir si la détermination de Batman peut survivre au-delà de lui, sans lui, à travers ses alliés. Pour ceux qui suivent ce projet surtout pour voir un Batman vieillissant en mode badass, l’épisode sera sans doute frustrant. Mais au-delà du premier degré, la détermination est bien le maître-mot de ce numéro. Si Batman est, par la force des choses, retiré du jeu, les autres personnages sont résolus. Carrie Kelley pense déjà à la relève. Superman ne se résigne pas à l’état des choses. Quar veut faire payer ses adversaires. Lara, plus dure à décrypter, est tendue comme une flèche. Et Wonder Woman ? L’amazone, guerrière et mère avant tout, dans cet univers, n’est pas moins prête à frapper. Même le voyageur qui marche, au sol, regardant passer les héros dans le ciel, est déterminé à aller au bout d’un voyage. Sans que les personnages aient forcément la gouaille de Wayne, ils évoquent le côté martial, les tambours avant la bataille, cette survivance de l’esprit de Wayne, et donc de Miller. Un peu comme si c’était un méta-message, avec Miller ayant passé le bâton au moins en partie à Azzarello et Kubert mais les grandes lignes demeurant. Et dans le même temps, on comprend bien, à la lecture, qu’il ne s’agit pas que Miller ou son avatar abandonnent leurs sièges respectifs.

« More powerful than a locomotive… isn’t strong enough. »

Le minicomic qui accompagne cet épisode commence d’une manière assez différente avec des versions apathiques de Hawkman et Hawkgirl, qui semblent se complaire dans le rôle d’observateurs… On comprendra finalement qu’il s’agit de laisser de la marge à cet autre personnage qu’ils surveillent, qui est de facto la vraie vedette du récit. Après que Miller et Azzarello se soient joués de lui de manière assez désinvolte dans un numéro antérieur, ils procèdent ici à la reconstruction de ce personnage secondaire dans la série, lui rendant son aura. Et c’est finalement l’autre thème de Dark Knight III – The Master Race #7 : celui de la seconde chance. Ici, ce personnage y accède en retrouvant une certaine forme de volonté de vivre. Dans l’histoire principale, la volonté de vivre se manifeste encore d’une autre manière. Même si Batman n’est pas aux manettes pour jouer au gros dur, ce numéro redistribue les pions en prévision du combat à venir.

[Xavier Fournier]

FB Comments

FB comments

Comments: 0

Laisser un commentaire