Paris Comic Con dévoile son volet comics[FRENCH] Après avoir gardé le silence pendant des mois, le Paris Comic Con vient de lever le voile sur une première partie de son volet comics. Au menu, on trouvera donc des gens comme Jimmy Palmiotti ou Amanda Conner. Premières annonces bienvenues pour démontrer que la BD américaine sera finalement bien représentée, avant d’autres noms à venir.

Paris Comic Con dévoile son volet comics

En octobre dernier, nous n’avions pas caché, à l’occasion de la première réunion de présentation du Paris Comic Con que nous étions assez circonspects devant l’absence totale du côté « comic-book » parmi les premiers points dégagés par les organisateurs. Un « Comic Con », comme cela se pratique en Amérique, ce n’est certes pas un événement réservé aux seuls comics, contrairement à ce que le nom pourrait laisser croire. Des pans entiers sont réservés au cinéma, séries TV et jeux vidéos. De là à en rester à un vague « pour les comics, on verra », il y avait une marge qui nous avait étonnés. Et un autre rendez-vous en début d’année, en dehors d’annoncer quelques « régionaux de l’étape » (tels que les dessinateurs Joann Sfar, Valentin Sécher et Niko Henrichon ou le réalisateur David Sarrio) n’avait pas répondu à notre question d’octobre, c’est-à-dire « Où sont les comics ? ».

Paris Comic Con dévoile son volet comics

Ce mercredi soir, cependant, Reed est réellement entré dans le vif du sujet en annonçant les premiers noms réellement estampillés « comics » : Jimmy Palmiotti (encreur et/ou scénariste sur des séries comme Painkiller Jane, Monolith, Power Girl, Jonah Hex…) et Amanda Conner (artiste sur Power Girl, Before Watchmen: Silk Spectre, co-scénariste d’Harley Quinn avec Palmiotti). Ce qui est à noter aussi, c’est que bien souvent les conventions de comics privilégient les artistes (en pensant en particulier aux fans de dédicaces) mais que la présence de plusieurs scénaristes est moins courante. Même cela pourrait permettre de songer à des panels d’une nature différente, moins axée (ou en tout cas pas exclusivement) sur la démonstration de dessin et peut-être plus sur l’écriture, les organisateurs nous ont expliqué cependant que Jimmy et Amanda préféraient – à priori – privilégier l’aspect dédicace.

Sans que ces deux annonces représentent en elles-mêmes une « masse » par rapport à d’autres événements du genre, les auteurs concernés sont incontestablement d’une rareté certaine à Paris et en France. Il convient de leur ajouter un troisième nom, associé à Marvel, qui devrait être annoncé dans les 72 heures. Ceci ne clôture sans doute pas par ailleurs les annonces d’auteurs présents, avec une possibilité d’artist alley d’un côté et certains éditeurs et acteurs du milieu préparant leur venue. Si on ne peut donc estimer à ce jour l’intégralité du « plateau comics » de la manifestation mais elle vient de faire un effort manifeste pour bien avancer sur ce qui, jusqu’ici, ressemblait à une carence.

[Xavier Fournier]