[FRENCH] La nouvelle vient de tomber: Michael Turner, le créateur de Fathom et la firme Aspen Comics est mort il y a quelques heures, des suites de sa longue bataille contre le cancer. Il avait 37 ans. Les pros des comics comme les fans étaient très au courant de ses différentes rechutes, qui avaient maintes fois eut des retombées sur sa carrière. Michael Turner avait ses fans puis il avait aussi les autres, ceux qui étaient moins fans. Mais pour tous Turner, « dans la vraie vie, était l’exemple d’un homme qui avait confiance en la vie, qui luttait avec optimisme« , nous explique Thierry Mornet, chargé chez Delcourt de l’édition en France des comics d’Aspen.

Michael Turner est né le 21 avril 1971 et a percé  sur la scène comics dans le milieu des années 90, chez Top Cow en particulier en devenant le dessinateur et co-créateur de l’héroïne Witchblade. En 1998, Turner lance, toujours chez Top Cow, une création plus personnelle, Fathom. Ces deux personnages tailleront à l’artiste une réputation de « good girl artist ». Fan de sports aquatiques (mais aussi d’arts martiaux), Turner avait mis beaucoup de son univers et de ses centres d’intérêt dans Fathom. Lors d’un accident, en 2000, ses médecins découvrent qu’il a le cancer. S’en suivent de nombreuses opérations, des périodes de traitements lourds mais aussi des rechutes à répétition.

En 2002, Turner quitte Top Cow pour fonder sa propre société, Aspen. Une dispute éclate alors entre Top Cow et Turner, ce dernier importe en effet dans Aspen des concepts (Soulfire, Ekos…), qu’il avait d’abord ébauché du temps où il était salarié de Top Cow. La possibilité d’un procès est alors évoqué et les choses s’engagent plutôt mal pour Aspen. Ce seront les pairs de Turner, les autres professionnels des comics, qui lui mettront le pied à l’étrier. Avec le parainnage de Jeph Loeb, Turner peut ainsi travailler pour DC en tant que prestataire (c’est lui, par exemple, qui illustre l’arc de Superman/Batman ramenant Supergirl dans l’univers DC). Cette bouffée d’air permet à Aspen de passer l’épreuve. Finalement les différents avec Top Cow peuvent alors s’arranger.

Michael Turner, c’est un peu l’ami de toutes les maisons d’édition. Marvel, suivant l’exemple de DC, signe alors avec lui un contrat en vue de lui faire dessiner un Ultimate Wolverine qu’il n’aura jamais l’occasion d’illustrer, ses problèmes de santé devenant ominprésents. L’artiste est mort dans la nuit, alors qu’il était hospitalisé. Joint par nos soins, Thierry Mornet était bien sûr attéré par la nouvelle ce samedi matin: « Je le connaissais bien depuis des années, ayant géré la traduction de ses séries dès Semic et aujourd’hui chez Delcourt. Je pensais d’ailleurs le voir d’ici trois semaines, en marge des conventions américaines. on a beau avoir été au courant de ses soucis de santé, ca n’en reste pas moins que c’est terrible et que le reste est dérisoire. C’est une sale nouvelle qui vient s’ajouter aux disparitions de ces derniers temps« . Ce n’est pas un mystère que l’équipe de Comic Box connaissait Turner (qui avait plusieurs fois illustré des couvertures pour nous) et ses collaborateurs les plus proches. Comic Box #54 reviendra plus en détail sur cette triste nouvelle…

Les fans qui désirent envoyer leurs codoléances peuvent le faire à l’adresse suivante:

Aspen MLT, Inc.
C/O Michael Turner
5855 Green Valley Circle, Suite 111
Culver City, CA, 90230