Avant-Première VO : Wolverine: Origins #34[FRENCH] Conscients du danger que représente Daken, les X-Men s’invitent dans la série ce mois-ci, bien décidés à régler le problème que pose le rejeton de Wolverine. Un épisode plein d’action, où le talent de Doug Braithwaite est manifeste. Au point qu’on puisse pardonner quelques égarements de Daniel Way, un peu trop enclin à nous présenter Daken comme un opposant implacable…  Et le scénariste finit par sous-estimer un tantinet les célèbres mutants…

Wolverine: Origins #34 [Marvel] Scénario de Daniel Way
Dessin de Doug Braithwaite
Sortie aux USA le mercredi 18 mars 2009

Wolverine: Origins #34Convaincus que Daken représente une menace non seulement pour Wolverine mais aussi pour la race mutante, les X-Men ont pris la route pour New York. Ils veulent régler le problème et pensent visiblement que Logan n’est pas fiable en raison du conflit d’intérêt que représenterait l’élimination possible de son fils. Au contraire, Wolvie a bien compris que l’idée de Daken a toujours été d’attirer Cyclops et les X-Men dans ses filets. Ils sont en effet en possession de la seule arme capable de tuer Wolverine. Le jeune mutant joue donc les cibles à découvert, sachant que ses adversaires viendront avec l’arme qu’il convoite. Tout ça est au demeurant très sympathique, à fortiori puisque le dessin de Doug Braithwaite métamorphose l’ambiance de la série. Braithwaite et Wolverine vont visiblement bien ensemble et l’artiste sait bien régler le combat Daken/Wolverine qui occupe la plus grosse partie de l’épisode.

L’histoire de Way pêche cependant en un ou deux endroits. D’abord, comment et pourquoi Daken sait-il que les X-Men vont s’attaquer à lui ce soir précisément plutôt que… disons la matinée précédente ou la semaine suivante ? Ensuite cette histoire de super-héros un tantinet « naïfs » manipulés par un personnage plus cynique m’évoque certaines confrontations passées, en particulier quand le Punisher de Garth Ennis s’est frotté à des personnages comme Daredevil ou Spider-Man. Dans ce genre de combat, les scénaristes ont toujours une certaine tendance à pencher pour le cynique, par opposition à des héros benêts, aux couleurs vives. Là le casting ne m’a pas l’air totalement convainquant, je veux bien que Daken soit un fin stratège et qu’on voit souvent Cyclops comme étant une sorte de boy-scout guindé mais il n’en demeure pas moins que Scott Summers est l’un des principaux leaders naturels de l’univers Marvel. Ce n’est sans doute pas Captain America mais Cyclops est loin d’être un idiot tombé de la dernière pluie. Qui plus est, même dans la logique interne de la série, Wolverine a remis la lame à Cyclops parce qu’il pensait que le chef des X-Men était celui qui saurait le mieux l’utiliser si besoin était. Wolverine respecte Cyclops, ce qui implique que le mutant au regard laser a quand même quelques qualités reconnues même par cette machine à tuer. Aussi j’ai un peu de mal à « croire » le déroulement du combat, où on régulièrement l’impression que c’est Daken qui donne les règles. Peut importe qui gagne à la fin : j’aurais vu les X-Men représenter un danger un peu plus corsé que ce qu’on nous montre.

Je ne suis pas non plus très fan de la manière dont Way écrit certains des X-Men secondaires, comme Armor qui, sous prétexte qu’elle est d’origine asiatique, fait des courbettes démesurées et caricaturales… Malgré ce manque de finesse, l’épisode reste agréable à lire, en particulier avec ce parfum d’action.

[Xavier Fournier]