[FRENCH] Jusqu’ici la version Ultimate d’Hawkeye a existé dans la mouvance des Ultimates, des New Ultimates ou des Ultimate Avengers. Cette semaine Jonathan Hickman et Rafa Sandoval permettent à l’archer préféré de Nick Fury de voler de ses propres ailes. Mais est-ce qu’un « simple » archer peut se permettre de semer le chaos autour de lui ?

Ultimate Comics Hawkeye #1 [Marvel Comics] Scénario de Jonathan Hickman
Dessin de Rafa Sandoval
Parution aux USA le mercredi 31 août 2011

Ca ne saute pas aux yeux quand on parle de l’univers Ultimate et les Ultimates en particulier mais si on pense souvent que aux « Big Three » que sont Captain America, Iron Man et Thor le personnage qu’on croise le plus souvent dans les diverses incarnations de l’équipe est Hawkeye. Pourtant ce n’est ni le plus populaire ni le plus commercial (dans la mesure où l’un pourrait exister sans l’autre). Du coup on ne l’a jamais vraiment vu à l’oeuvre sans la protection de personnages plus puissants. Et bien cette fois, c’est l’occasion. Clint Barton est envoyé en mission par Nick Fury en Asie, où se trâme une sombre histoire de virus pouvant faire disparaître tous les mutants… Alors qu’à l’inverse les responsables de ce plan ont un sérum qui rend surpuissant. Dans les faits, celà reviendrait à faire basculer les rapports entre les nations dans la course aux superpouvoirs. Et à changer la géolpolitique du monde !

Sans doute qu’envoyer des surhommes dans ce contexte serait un peu criard, alors Nick Fury fait appel à son fidèle Hawkeye pour régler l’affaire. Cette fois l’archer est tout seul, sans assistance, face à des adversaires qui sont de véritables Supermen. Première constatation : Hickman reste fidèle à ses habitudes et préfère une narration anachronique (un peu à la Bendis) avant d’entrer dans le vif du sujet. On est donc immédiatement dans le bain au moins jusqu’au cou, avec les explications qui viennent seulement ensuite. En même temps les dessins de Rafa Sandoval (Incredible Hercules) s’efforcent de coller avec l’ambiance des Ultimates et cette histoire de super-terroristes fabriqués en Asie m’évoque fortement l’arc initial d’Authority (non pas que les deux séries soient identiques, bien sûr, mais il y a une certaine communauté d’ambiance). A ce stade c’est un peu tôt pour voir où tout ça nous emmène. Pour l’instant ce n’est pas désagréable (ce démarrage est même intéressant) mais je suis curieux de voir si l’approche d’Hickman sur le personnage va tenir sur la longueur, sans devenir répétitive.

[Xavier Fournier]