Zombies Tales #8[FRENCH] Comme d’habitude, l’anthologie que Boom! consacre aux histoires de zombies est remplie d’angles différents qui abordent le sujet sans faire double emploi d’une histoire à une autre. Mais la découverte du numéro c’est assurément le dessinateur Matt Cossin. Un style inspiré, mis au service d’un scénario lui-même intéressant. Un « combo » qui fait qu’on en regrette même que la « vignette » ne mène pas à une ongoing. Nous en aurions bien repris un ou deux morceaux!

Zombie Tales #8 [Boom!] Scénario : Michael Alan Nelson, Eric Calderon, Todd Lepre
Dessins : Matt Cossin, Ming Doyle, Drew Rausch
Sortie américaine le mercredi 17/12/2008.

Zombie Tales #8Des zombies et des gens à croquer. La formule est connue mais mois après mois, sans relâche, les auteurs qui se succèdent sur Zombie Tales savent faire preuve d’une belle capacité de renouvellement. Et en même temps ce mois-ci c’est peut-être l’histoire la plus conventionnelle du lot qui tient le haut du pavé. Dans le premier segment (écrit par Michael Alan Nelson), le lecteur a en effet droit à la classique bande de survivants qui se terrent dans des tunnels en essayant d’éviter les morts qui marchent. A ceci près que les zombies ne sont que la toile de fond de cette histoire, que Nelson oriente vers un triangle amoureux diabolique, avec une fin ouverte à souhait. Invariablement, avec une conclusion si captivante, nous en voudrions plus. Mais là où l’histoire monte d’un cran c’est qu’elle est carrément illustrée avec génie par Matt Cossin (que je ne crois pas avoir remarqué jusqu’ici sur les titres que nous avons lu de Boom). Cossin trace ses personnages avec simplicité. Les filles sont mignonnes et même sexy sans avoir la vulgarité de certains sex-symbols assez courants dans les comics. Le dessin de Cossin participe totalement au récit et l’aide à assumer son caractère humain (finalement universel) avec, très lointainement, des zombies. Je ne sais pas ce que Boom! a prévu par la suite pour Matt Cossin mais ils ont intérêt à ne pas le lâcher, c’est une trouvaille…

Du coup le second segment souffre un peu de la comparaison, même si à la base le postulat est tout autre. Dans Zombie Tales jusqu’ici on avait vu pratiquement de tout. Des zombies samouraïs, des zombies post-apocalyptiques, des zombies en train de faire leurs courses… Mais nous n’avions pas eu droit à la confrontation super-héros/zombies. Maintenant, c’est fait: Eric Calderon et Ming Doyle nous décrivent le dernier super-héros de la Terre dans un monde peuplé de zombies. Cela dit n’est pas Marvel Zombies qui veut et de toute façon les auteurs n’ont qu’une poignée de pages pour raconter leur histoire. La conclusion, pour le coup, amène finalement peu de suspens. Peut-être que si le récit avait été découpé en plusieurs chapitres, étalés sur différents numéros de Tales. Là, dans l’état, ce n’est pas déshonorant mais c’est juste l’histoire qui a le moins d’éclat dans le numéro du mois.

En final Todd Lepre et Drew Rausch se posent la question presque poétique de savoir à quoi serviront les boutiques de tatoueurs une fois que les zombies seront là. Lepre a bien souvent une approche intéressante des sujets horrifiques et cette fois encore il le prouve, avec cette vision d’apocalypse racontée par un simple tatoueur. L’histoire est simple mais efficace, elle aussi empreinte d’un certain sentiment d’humanité. Pour autant rien n’y fait: mon préféré reste le segment d’ouverture et si l’équipe créative pouvait se réunir vite sous un nouveau projet plus massif, ce serait parfait!

[Xavier Fournier]