Avant-Première VO : Review X-Men/Spider-Man #4[FRENCH] Après trois épisodes passés (avec un certain brio) à évoquer non seulement des rencontres précédentes mais aussi des incarnations antérieures des X-Men ou de Spider-Man lui-même, Christos N. Gage range ses jouets dans cet ultime numéro de la minisérie. Malheureusement le scénario de ce dernier chapitre est simpliste et la créature qui est supposé en être le fil directeur n’a pratiquement aucun charisme… Une conclusion finalement assez ordinaire pour un projet qui, globalement, était bien plus sympathique.

X-Men/Spider-Man #4 [Marvel] Scénario de Christos N. Gage
Dessins de Mario Alberti
Sortie américaine le mercredi 04/03/09

X-Men/Spider-Man #4Autour du thème des clones, Christos Gage a trouvé un lien, une thématique commune, qui lui a servit à réunir de façon fort astucieuse les X-Men et Spider-Man à travers les âges. Et bien entendu, dès lors qu’il avait été entendu dans les épisodes précédents que Mister Sinister et le défunt Kraven avaient un certain degré d’amitié… Bref, il ne faisait pas de doute qu’une nouvelle création évoquant au moins en partie Kraven serait au menu de ce dernier numéro. C’est bien le cas mais… ce Mutant Hunter manque singulièrement de relief, que ce soit visuellement ou philosophiquement. C’est qu’on ne repasse pas derrière Kraven’s Last Hunt sans se mettre une certaine pression.
Bizarrement, Gage était arrivé à très bien utiliser cette saga passée dans les numéros précédents. Le voici qui, par contre, nous donne une saga assez académique, un peu trop neutre, que l’on lit en se disant qu’il y a manqué quelques pages. A un moment, le scénariste décide d’arrêter son histoire de façon totalement arbitraire (même les héros ne sont pas au courant que leur quête est terminée !). Ce qui fait qu’à la fin la retombée majeure de la série reste l’injection de ce « chasseur » dans la continuité Marvel mais que dans le même temps on n’est pas plus impatient que çà de le revoir dans un comic-book de Marvel (Cela dit Gage est un scénariste généralement assez bon pour qu’on puisse lui laisser une autre chance s’il nous ressortait sa création dans un épisode d’Initiative ou de je ne sais quoi…).

Le dessinateur Mario Alberti, lui, est égal à lui-même et sert un graphisme aussi intéressant que dans les épisodes précédents. Cette conclusion un ton en dessous du reste de la mini n’arrive cependant pas à saboter l’ensemble et c’est sans doute quelque chose qui se lira assez facilement en TPB. Je reste convaincu qu’avec un ou deux épisodes de plus (pourquoi ne pas avoir poussé la chose plus loin, avec une ou deux époques de plus ? On aurait aimé voir une fin un plus « folle », pourquoi pas dans l’ère de Days of The Future Past ou quelque chose du genre…).

[Xavier Fournier]