[FRENCH] L’origine de Magneto, la plupart des fans des X-Men la connaissent. Pour eux, elle commence avec un jeune mutant dont les pouvoirs seraient apparus pendant la seconde guerre mondiale, alors qu’il se trouvait dans un camp de concentrations. Au pire, si vous ne l’avez pas lu dans les comics, vous l’aurez vu dans l’intro du film de Bryan Singer. S’intéressant à son tour à la genèse du mutant, Greg Pak va beaucoup plus loin et explore ce qui avait amené le garçon dans ce camp.

X-Men: Magneto Testament #2 [Marvel] Scénario: Greg Pak
Dessins: Carmine Di Giandomenico
Sortie aux USA mercredi prochain (8 octobre 2008)

Vous ne verrez pas le casque de métal du mutant Magneto dans ce numéro. Même pas la moindre manifestation d’un superpouvoir… Greg Pak a pris à bras le corps l’histoire du XX° siècle et explique *totalement* l’origine de Magneto. C’est à dire que pour lui elle ne commence pas avec la sortie des camps de la mort mais au contraire dans les années trente, dans une période indissociable du nazisme et de l’antisémitisme. En clair Greg Pak se sert à bon escient de Magneto pour évoquer les conditions qui ont mené à l’holocauste. Là où les X-Men ont depuis des années un discours antiraciste au niveau de la parabole, Greg Pak ramène la chose vers ses racines réelles. De ce fait il produit sans doute l’un des comic-books les plus documentés sur la question qu’ait produit Marvel. Ce n’est pas le nouveau Maus, c’est certain, mais chez les éditeurs conventionnels, on rencontre rarement une telle volonté d’évoquer l’Histoire réelle.

Lors du premier épisode on pouvait penser à une sorte de mise-en-bouche… Un premier épisode thématique avant de rentrer dans la norme des super-héros. A l’évidence, à la lecture de ce deuxième numéro, il n’en est rien. Ajouter un surhomme à ce stade serait même inconvenant… Parti comme il est parti, Greg Pak pourrait tout à fait se retenir de montrer l’apparition des pouvoirs avant les toutes dernières pages de la minisérie. Et ce ne serait pourtant pas hors-sujet. Magneto: Testament raconte avec moins de folklore des thèmes présents dans les séries « mutantes » de Marvel mais de ce fait ce projet montre ce pourquoi elles existent. Espérons qu’aucun reviverement « spectaculaire » ne vienne, dans les épisodes restants, retransformer tout ça en une histoire de capes et de masques.

[Xavier Fournier]