Avant-Première VO: Review X-Men Legacy #300[FRENCH] 300 épisodes de la série X-Men Legacy (ex « X-Men vol.2 ») depuis que cette série a battu les records de vente sous la houlette de Jim Lee. Le jeu des renumérotations n’aura pas empêché Marvel de fêter la chose, mettant un point au run de Simon Spurrier et profitant de l’occasion pour ramener aussi Mike Carey et Christos Gage la boucle…

X-Men Legacy #300X-Men Legacy #300 [Marvel Comics] Scénario de Simon Spurrier, Mike Carrey, Christos Gage
Dessin de Tang Eng Huat, Steve Kurth, Rafa Sandoval
Parution aux USA le mercredi 12 mars 2014

Quelle trace laisse derrière eux les X-Men ? La couverture est trompeuse : s’il y a bien des hordes de X-Men sur l’image, à l’intérieur l’histoire est centrée sur le plus discret des membres de l’équipe. Si bien que personne ne se souvient qu’il existe ! Les trois scénaristes de cet épisode nous ressortent en effet pour l’occasion une sorte de mutant inconnu qui doit poser la question : est-ce que les X-Men comptent, qu’on se souvienne ou pas d’eux. A partir de là les trois auteurs se sont répartis l’histoire en scènes différentes, soit autant de récits racontés par ce héros venant de nulle part.

L’effort est louable mais il pêche largement par endroits. D’abord le récit biographique de ce héros que personne ne connait a quelque chose qui évoque un peu les histoires justement très oubliables de l’antique X-Men Unlimited. Ensuite les différents récits sont très inégaux. Seul Christos Gage me parait réellement tirer son épingle du jeu en arrivant à écrire l’épilogue de son propre run et en utilisant deux personnages aussi mineurs (pas réellement ceux qu’on évoque en premier quand on parle de X-Men). A partir de là, la question du héros principal pourrait s’étendre à eux aussi. Pour qui a apprécié le run de Gage, c’est une véritable rallonge, là où, par exemple, on retrouve moins l’esprit de Mike Carey dans ces pages (ou plutôt disons qu’il choisi de faire référence à un arc qui ne fait partie de ses plus fameux). L’exercice est louable, comme je l’écrivais à l’instant, mais ce n’est pas précisément ce qu’on attend d’un anniversaire consacré à cette série et à deux décennies de parution. Ce numéro reste donc assez dispensable…

[Xavier Fournier]