[FRENCH] Exodus est revenu et constate que la race mutante est divisée. Une hérésie pour lui. Après être entré en contact avec le camp de Wolverine, Exodus déduit que tout est de la faute de Cyclops et qu’il suffit de l’éliminer pour que les choses rentrent dans l’ordre. Le voici en route pour Utopia tandis que les mutants de la Jean Grey Academy le poursuivent pour essayer de le stopper. Mais de l’aide serait en chemin, parait-il…

X-Men: Legacy #262 [Marvel Comics] Scénario de Christos Gage
Dessin de David Baldeon
Sorti aux USA le mercredi 22 février 2012

Christos Gage continue d’écrire le chapitre « post-Carey » de X-Men: Legacy et la première chose qui saute aux yeux est que, pour inscrire Legacy dans le sillage de Wolverine & The X-Men, Rogue passe au deuxième rang derrière le mutant griffu. Sans doute qu’il s’agit d’aider en un sens la série, qui ne fait pas partie des meilleures ventes X-Men. Mais l’effet produit banalise un peu le titre, qui devient « juste une autre équipe de X-Men » là où Carey avait emmené la discussion sur un jeu de mutants cherchant la rédemption. Bien sûr il ne s’agit pas de transformer Gage en Carey mais je me dis qu’il y a quelques mois encore Exodus aurait fini par intégrer l’équipe et poser le débat. Là, les choses sont plus manichéennes et Exodus est réduit au rang de mécanisme. Il est tellement générique, y compris visuellement, que dans certains passages on pourrait facilement faire croire aux lecteurs qu’il s’agit de Vulcan…

Puis il y a la question de la logique interne du personnage, qui a travaillé aussi bien pour des Magneto que des Apocalypse et qui jusqu’ici n’avait pas semblé spécialement gêné par le fait que plusieurs factions s’affrontent (en particulier à partir du moment où il dirigeait une des factions). Là, d’un seul coup, il ne faudrait plus qu’un seul camp et tuer toute alternative ? La chose n’est pas vraiment dans la philosophie du personnage… Encore que de nombreux scénaristes ont écrit tellement de choses contradictoires sur Exodus que j’imagine qu’on peut laisser à Gage le bénéfice du doute, d’autant que l’arc n’est pas terminé. Aux dessins, si David Baldeon livre un travail régulier mais peu typé, j’ai apprécié la guerre psychique que se livrent Rachel et Exodus (y compris le soin de Baldeon d’essayer d’évoquer les différentes époques). Un épisode qui n’est pas mauvais mais qui manque un peu de sel. Mais peut-être aussi tout simplement que Gage est en train de prendre ses marques sur la série…

[Xavier Fournier]