Avant-Première VO : Review X-Infernus #2[FRENCH] On croyait que Belasco, Magik, Darkchilde et les Limbes appartenaient au passé des X-Men et que la page était tournée depuis longtemps. Mais le propre de ces Limbes étant que le temps ne s’y écoule pas de manière cohérente, peut-être ne faut-il pas s’étonner de les revoir faire surface au moment où plus grand monde (mis à part les lecteurs des New X-Men) ne s’attendait à en entendre parler. Du moins et du moins dans cette mini qui « fête » les vingt ans du crossover Inferno.

X-Infernus #2 [Marvel] Scénario de C.B. Cebulski
Dessins de Giuseppe Camuncoli
Sortie américaine le mercredi 14 janvier 2009

X-Infernus #2C’est la fête dans la dimension des Limbes puisque la Darkchilde (alias la sœur de Colossus) a disparu. Ses ennemis (et en particulier Witchfire) peuvent espérer profiter de son absence pour prendre le pouvoir dans cet univers démoniaque. La fille aux pieds fourchus, elle, s’est matérialisée au beau milieu de la salle des dangers des X-Men et compte bien récupérer son âme. Et s’il faut pour ceci trucider quelques élèves de la célèbre école des mutants, y compris des gens qu’elle a très bien connu, elle s’en moque complètement. Et comme en face Pixie est aussi motivée pour récupérer son âme à elle, détenue par Darkchilde, la confrontation est immédiate et sans merci. Encore que celle des deux qui aura gain de cause n’en sera peut-être pas pour autant comblée.

Le problème est que cette histoire est avant tout une continuation d’un arc des New X-Men plus que la suite d’Inferno que le « Infernus » du titre et diverses déclarations de Marvel tendaient à l’indiquer. On se donne beaucoup de mal ces derniers mois pour nous vendre Pixie comme étant subitement devenue une mutante très importante dans l’univers des X-Men mais la chose est trop soudaine, faite de manière un peu trop mécanique, pour que le lecteur se passionne vraiment du jour au lendemain pour elle. Inferno avait de nombreux défauts mais avait aussi pour lui un petit côté « Looney Tunes démoniaque » qui ne demandait qu’à être exploité. Ici on a bien S’Ym, Darkchilde et une masse indistincte de démons mais on n’a pas « l’effet menace globale ». Tout ca reste une affaire entre deux filles se disputant des bijoux qui contiennent leur âme. Avec par dessus un Colossus qui s’exclame « flocon de neige! » à chaque fois qu’il voit sa sœur…

Après une première moitié d’épisode qui utilise plusieurs des New X-Men comme s’ils n’étaient pas dispersés et que les Young X-Men n’existaient pas, le focus passe sur l’équipe vue dans Astonishing et la contre-attaque s’organise. Peut-être que là se pose un problème de logique. Cyclops lui-même souligne le conflit d’intérêt concernant Colossus et Pixie. On voit bien que l’un voudra sauver sa sœur et que l’autre voudra l’achever à la première occasion. Dans ces conditions, mettre sur pied une équipe avec ces deux perspectives opposées, qui plus est pour aller dans un monde inhospitalier, ce n’est plus de la stratégie mais bien du suicide. Cyclops ne ferait-il pas mieux d’y envoyer X-Force ?

Là dessus, il y a des éléments que j’aime bien, comme le rôle joué par Witchfire (qui aurait cru qu’un personnage si mineur, lancé dans le cadre de l’équipe secondaire « Beta Flight » dérivée d’Alpha Flight finirait par apparaître de façon si autonome). Le dessin de Giuseppe Camuncoli est également bien employé (bien que je pense que la colorisation ne lui est guère profitable). En définitive j’ai surtout un problème avec le casting de l’équipe « composite » de X-Men impliquée dans ce titre. Avec la tartine de mutants qui stationnent à San Francisco on aurait aimé sans doute un peu plus de fantaisie dans les personnages plutôt qu’un énième « flocon de neige! ». Ce n’est pas fondamentalement mauvais, je pense juste que l’équipe créative est capable de bien mieux…

[Xavier Fournier]