[FRENCH] Un numéro très attendu que ce nouvel épisode de Wolverine Origins ! En effet, la conclusion de l’arc « Original Sin » donne à Daniel Way l’occasion de boucler la boucle ouverte voici un peu plus de deux ans, au démarrage de la série. La tension est maintenant à son comble, tandis que Logan se retrouve face à son fils Daken, alors que Charles Xavier se débat une fois de plus parmi les ombres de son passé et que Miss Sinister est déjà tombée sous les coups du fils de Wolverine. Ouf ! Ça a l’air un peu complexe écrit comme ça, mais, dans les faits, Way et Deodato se tirent de ce final avec les honneurs !

Wolverine Origins #30 [Marvel] Scénario de Daniel Way
Dessin de Mike Deodato
Sortie américaine le mercredi 26/11/08

En effet, il n’est pas toujours simple de démêler ce genre de climax. Daniel Way parvient cependant à dérouler habilement les différents éléments de son story-arc, prenant même la peine de lui agréger tout ce qu’il a posé depuis le début de la série. Et nous donne une vue d’ensemble de l’édifice qu’il a construit. Concrètement, il parvient à régler le sort de tous les personnages embarqués dans Original Sin. Et, finalement, ce dernier numéro traite davantage de la relation entre Xavier et Logan qu’entre Daken et Logan. Même si les deux sont évidemment renvoyées dos à dos, autour des idées de vengeance et de pardon. Le découpage de Mike Deodato est très inspiré. Pour son numéro d’adieu, le dessinateur brésilien a mis les petits plats dans les grands. Il prend habilement le relais du scénariste sur les scènes entre le père et son fils, logiquement plus « visuelles ». Bref, un épisode qui ne fera regretter ses 3 dollars à personne !

Sur le fond, puisque Daniel Way nous invite à contempler l’ensemble de la série jusqu’ici, je reste de ceux qui pensent que la série a un peu trop pris son temps pour en arriver là. Néanmoins, à l’arrivée, force est de constater que le tout dégage une certaine harmonie. Le seul bémol éventuel concernerait l’implication de Xavier dans le dernier story-arc. L’idée de base et son utilisation sont loin d’être mauvaises. Mais, après Onslaught, les Protocoles, Deadly Genesis et autres joyeusetés du même genre, on finit par se demander quel traumatisme du Marvelverse n’a pas été causé par le Prof X. À quand la mini-série qui nous révèlera que Galactus, en 66, c’était lui également… ?

Pour en revenir à Wolverine Origins, les pièces ont été (patiemment) mises en places et l’échiquier final est intéressant, surtout parce qu’il promet de prochains coups assez palpitants. Car Daniel Way ne compte pas s’arrêter là, et repart pour un tour avec Yanick Paquette au dessin dès le mois prochain. Alors que j’ai longtemps été dubitatif sur l’intérêt de cette série parallèle, cette fois, il me comptera parmi ceux qui l’attendent avec impatience.

[Antoine Maurel]