Avant-Première VO: Review Wolverine And The X-Men #37[FRENCH] Cinq factions de mutants dans une seule intrigue (Battle of the Atom, pour ceux qui ne suivent pas) et le dessinateur est clairement à la peine (ceci dit c’est compréhensible dans une certaine mesure). Sur les cinq groupes, l’un n’était pas ce qu’il parait et les autres doivent absolument l’arrêter avant que le continuum soit définitivement détruit…

Wolverine And The X-Men #37Wolverine And The X-Men #37 [Marvel Comics] Scénario de Jason Aaron
Dessin de Giuseppe Camuncoli
Parution aux USA le mercredi 23 octobre 2013

Wolverine et Cyclops ont convenu de mettre leurs différences en sourdine le temps de résoudre cette affaire. Les X-Men du futur leur rendent une petite visite pour les aider. Tout évoluerait donc vers le calme et une solution si… d’autres mutants du futur n’avaient pas décidé de faire disparaître les cinq X-Men originaux pour réécrire l’Histoire. Et puisqu’à l’évidence ils ne peuvent plus les renvoyer dans le passé, se pose alors la question de savoir si le Plan B n’est pas de les éliminer pour de bon ! Si le premier lot de mutants venus du futur avait le culte du secret dans les premiers chapitres de ce crossover, le deuxième est autrement plus relaxé et la prise de contact avec les X-Men « habituels » s’en trouve facilitée, avec quelques confrontations (est-ce que le monde est réellement prêt pour DEUX Quentin Quire ?). On a donc moins la sensation d’une course poursuite (encore que le procédé revient sur la fin de l’épisode) mais on prend la peine de définir ou tout au moins d’identifier un peu plus certains personnages. On aurait cependant sans doute pu faire sans un « cliché » tel que Xavier se retrouvant paralysé (dans le genre « téléphoné »…). Mais globalement le récit avance. Et bien.

Pour autant il est vrai que cette saga dégouline de personnages (mais c’est aussi un plaisir coupable) et on sent qu’aux dessins Camuncoli n’est pas à la fête. En tout on n’a pas l’impression de voir là son niveau normal. Mais il faut dire que la colorisation, assez mastoc, n’aide pas beaucoup les traits et qu’en plus il faut quand même que l’artiste dessine des dizaines de personnages dont une bonne partie, en prime, a été créée spécialement pour cette histoire (autrement dit le dessinateur ne risque pas d’être habitué à eux et doit sans doute sans cesse se livrer à un travail de recherches de références assez balaise). On sent bien que dans la « scène astrale » où il n’y a que deux personnages Camuncoli est bien plus à l’aise. Il est clair que les designs originaux ne viennent pas de lui, qu’un Chris Bachalo est plus à son aise. Et puis cette histoire de colo n’arrange rien à l’affaire. Reste qu’on approche de la fin et qu’il reste à voir quelles retombées durables surgiront de Battle of the Atom…

[Xavier Fournier]