Avant-Première VO: Review Uncanny X-Men #29[FRENCH] L’interminable face à face entre Cyclops et un mutant surpuissant est bousculé par l’intervention de Magneto, qui a lui aussi son mot à dire dans l’histoire. Mais alors que l’arc semble partir bien loin du « testament de Charles Xavier », les dernières scènes apportent un angle surprenant, tout en rebondissant sur les annuals récents. Cela promet des retombées complexes… mais intrigantes !

Uncanny X-Men #29Uncanny X-Men #29 [Marvel Comics]
Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Chris Bachalo
Parution aux USA le mercredi 24 Décembre 2014

Les dernières volontés de Charles Xavier. C’est ainsi que Bendis avait lancé la suite actuelle d’épisodes. La couverture, avec She-Hulk procédant à la lecture des actes, semble là pour nous le rappeler. Mais le problème est qu’on a passé les derniers numéros à voir Cyclops tentant de convaincre un mutant tout-puissant… mais avec le charisme d’une huître (j’ai presque l’impression de revivre certains tie-in du néfaste Secret Wars II). Ce sont les à-côtés qui sont plus intéressants, dès la scène d’ouverture où Magik court chercher de l’aide à une époque. Uncanny X-Men est quand même meilleur quand on se souvient qu’en dehors de Cyclops il y a des personnalités complexes et puissantes dans le groupe. Magik en est une, mais elle n’est pas là seule.

Vous l’aurez compris, le coup du mutant aussi puissant que le Beyonder ne m’intéresse pas beaucoup, d’autant qu’il vient court-circuiter l’idée d’un testament de Charles Xavier plein de secrets. Plutôt que voir le pourquoi du comment de son mariage secret, on est parti totalement ailleurs (d’ailleurs c’est manifeste : les mutants restés à l’école attendent que cela se passe). Mais les interventions semblent promettent un retournement proche. Je ne les ai pas chroniqué mais les annuals récents d’Uncanny X-Men et All-New X-Men ne m’avaient guère intéressés, en dehors d’un passage en 2099 où on comprenait tout ce qu’Eva Bell avait pu sacrifier (encore que c’était un peu redite de la problématique d’Havok et Wasp dans le Planet X d’Uncanny Avengers). Là, d’un seul coup, ces annuals ne sont plus si superflus qu’il semblait, dans le sens où ils servent de préparation à un choix. Avec tout ce que Bendis a fait subir au continuum ces dernières années (ne serait-ce qu’avec les All-New X-Men ou Battle of the Atom), certains trouveront peut-être que les deux dernières pages font un peu beaucoup. Je trouve qu’elles ouvrent des portes et qu’elles ont du potentiel. A charge à Bendis de ne pas se prendre les pieds dans le tapis dans le numéro suivant !

[Xavier Fournier]