[FRENCH] Dans l’après Avengers vs. X-Men, l’ère Marvel Now démarre officiellement avec ce titre, qui voit Captain America assembler une équipe mixte d’Avengers, plus largement ouverte aux mutants. Mais avant que l’escouade puisse voir le jour, il faut dire au revoir au martyr de la série, se démarquer du tueur. Un épisode dont le contenu a déjà été beaucoup « éventé » dans des previews et des interviews. Mais une mise en place nécessaire.

Uncanny Avengers #1 [Marvel Comics] Scénario de Rick Remender
Dessins de John Cassaday
Sorti aux USA le mercredi 10 Octobre 2012

Prenant directement la suite d’AvX, Uncanny Avengers s’ouvre avec les obsèques du mutant tombé pendant le crossover. Si le premier choc est visuel (la présence du dessinateur John Cassaday nous ramenant d’emblée dans des ambiances façon Astonishing X-Men), le second ne tarde pas à se faire sentir au niveau scénaristique. Rick Remender place le bon accent dans les dialogues. Que ce soit Havok rendant visite à son frère ou Wolverine utilisant à nouveau le nom Chuck plus que celui de Charles Xavier, l’auteur d’Uncanny X-Force est dès le départ très à l’aise sur le côté mutant. Au sens large d’ailleurs, puisque sa version de Scarlet Witch en mutante qui en a marre de s’excuser d’exister est assez bien sentie également. Sur Captain America et Thor, par contre, en dehors d’un gag sur le goût du café, on est encore un peu en retrait et c’est sur ces personnages que le scénariste devra progresser.

Marvel l’avait déjà dit de longue date. Voici dont la branche mutante des Avengers (ou la branche « Avengers » des X-Men). Et les interviews avaient déjà annoncé que le Red Skull et ses « S-Men » seraient de la partie. Pour peu qu’on s’intéresse en périphérie à Marvel, une bonne partie du contenu de ce numéro nous a donc déjà été évoqué par avance, d’où assez peu de surprise à ce stade. Encore que le cliffhanger est une bonne (ou horrible, selon la perspective dans laquelle on se place) manière de capitaliser sur les évènements récents. Peut-être que la seule petite faute de goût de Remender est d’oublier qu’Alex Summers lui-même n’a pas forcément un CV à toute épreuve (il a été, par exemple, le leader du groupe terroriste Brotherhood) et n’est pas un modèle de stabilité (mais il est vrai que Wolverine ou Rogue non plus n’ont pas été des modèles toute leur vie). C’est quelque chose qu’il aurait été bon de ressortir dans la conversation, qu’il s’agisse de celle qu’il tient avec Cyclops ou de sa rencontre avec les Avengers. Mais c’est peut-être quelque chose que le scénariste s’est gardé pour plus tard. C’est en tout un début intéressant. Avec des réactions commme celle de Rogue on voit que tout ce beau monde ne sera pas forcément ami-ami et Remender ne devrait pas tarder à pimenter tout ça.

[Xavier Fournier]