[FRENCH] 145ème épisode des Thunderbolts mais, en réalité, deuxième numéro de l’ère Heroic Age, qui sonne pratiquement comme une nouvelle série malgré la présence de quelques membres historiques. On continue d’en apprendre plus sur la philosophie du nouveau régime… Et Luke Cage ressemble de moins en moins à Luke Cage…

Thunderbolts #145 [Marvel Comics] Écrit par Jeff Parker
Dessins de Kev Walker
Sortie aux USA le mercredi 23 juin 2010

Savez-vous ce qu’est un coup de théâtre émoussé ? Quelque chose qu’on avait vu venir à l’avance, depuis le mois précédent pour être exact. Et si le début de l’épisode est occupé par un combat contre Zemo après la mort de Luke Cage, personne ne pouvait décemment marcher dans la combine. Ben voyons. Après que Bendis ait passé sept ou huit ans (plus encore si on compte Alias) à reconstruire la crédibilité du personnage, il allait le laisser « zapper » dans une série à la fois tierce et secondaire ? Pas possible. Plus préoccupant : J’avais vu venir le rôle réel de Zemo à des kilomètres et de ce côté-là ce qu’on voudrait me faire prendre pour une surprise me passe à côté. Globalement la scène n’a pour but que de définir les relations de la hiérarchie avec les prisonniers et j’avoue comprendre de moins en moins ce que Luke Cage vient faire dans cette galère (sans compte qu’entre temps on a pu voir dans New Avengers qu’il avait d’autres couleuvres à avaler). Chance de rédemption des personnages ? Pratiquement égales à zéro, pour ne pas dire qu’elles se chiffrent en négatif. A partir de là Cage n’est guère qu’une sorte de super-surveillant et je suis pratiquement obligé de me pincer une case sur deux pour me souvenir que, oui, c’est bien Luke Cage et pas le Gauntlet de l’ex-Initiative.

A côté de cela, dans la catégorie « éléments plus heureux », l’excellent Kev Walker me semble plus en forme que la dernière fois et j’ai l’impression qu’il maîtrise de plus en plus les personnages. Si, scénaristiquement, la surprise liée à Zemo n’a pas fonctionné pour moi, celle liée à l’identité du directeur de la prison a par contre bien joué son rôle. Je ne m’attendais pas spécialement à revoir ce personnage ici et les relations qu’il entretient avec son ex-tortionnaire semblent prometteuses. J’ai quand même l’impression que Jeff Parker fait une erreur de stratégie en faisant tout reposer sur les personnages (parfois à contre-emploi, comme dans l’exemple de Cage) plutôt que sur une intrigue. Là où, inversement, sur Thunderbolts c’est souvent l’intrigue qui a fait évoluer les personnages et non le contraire. Un mieux certain pour les dessins de Walker mais il va falloir un peu plus de scénario pour me convaincre. Peut-être d’ici la fin de l’arc ? On l’espère !

[Xavier Fournier]