Avant-Première VO : Review The Marvels Project #4[FRENCH] Un personnage meurt, quittant la série alors qu’un protagoniste appelé à prendre de l’importance fait lui sentir sa présence. Un indice ? Regardez la couverture ! Oui, l’ombre de Captain America plane sur ce numéro. Ça ne veut pas dire pour autant qu’il absorbe l’histoire. Elle gravite autour de lui et certains points de repères liés à d’autres héros persistent…

Marvels Project #4 [Marvel] Scénario de Ed Brubaker
Dessins de Steve Epting
Sortie aux USA le mercredi 2 décembre 2009

The Marvels Project #4Et ainsi donc nous voici arrivés au quatrième numéro d’une série où le narrateur reste un personnage méconnu de Marvel ces dernières décennies. Le fil rouge reste le Angel originel mais The Marvels Project va d’un coup sembler diablement plus familier aux lecteurs de Marvel avec l’arrivée d’un poids lourd de la continuité. Pour une bonne partie ce numéro repose en effet sur Steve Rogers et les préparatifs qui vont mener à la création de Captain America. Ces éléments existaient déjà dans les épisodes précédents mais voici qu’ils prennent le premier rang. Est-ce à dire que d’un seul coup l’aventure se concentrait sur un « Cap » des années 40 et qu’on oublierait les « seconds couteaux » qui donnent tout le sel à l’ensemble ?

Non, rassurez-vous non seulement Angel et son enquête sont toujours dans l’histoire mais cette dernière est même relancée avec un nouveau meurtre (ce qui n’est pas un scoop pour ceux d’entre vous qui auront vu les previews du numéro). Un autre personnage du Golden Age y passe et pourtant ça n’a pas le goût d’un gâchis comme on a pu le voir dans d’autres séries du genre. Ces morts participent à un ensemble et du coup réinscrivent l’existence des personnages concernés dans un même contexte. Surprise aussi de revoir poindre l’énigmatique John Steele. Ed Brubaker n’en a visiblement pas terminé avec ce prototype de super-soldat. Quand à dire où tout ceci nous mène, je dois avouer qu’arrivés à la moitié de la mini-série je serais bien en peine de le deviner. Qu’importe à ce stade à quoi ressemblera la tapisserie finale, le travail de Brubaker et d’Epting nous propose pour l’instant une belle balade dans une époque révolue de Marvel…

[Xavier Fournier]