Début du crossover de l’été pour Flash. Les deux Flash, Barry et Wally, se voient confronter à deux problèmes de taille : les troubles de mémoire de Wally et les ramifications de la mort du Reverse-Flash pour Barry. Toute la « Team Flash » est concernée et les tensions commencent à se créer.

The Flash #47 [DC Comics]
Scénario de Joshua Williamson
Dessins de Howard Porter
Parution aux USA le mercredi 23 mai 2018

Tout commence par une scène dans un futur proche. Les deux Flash s’affrontent sur la manière de procéder pour « les » sauver. Qui sont « les » ? Une question qui reste en suspens mais qui à la fin de cet épisode s’oriente vers plusieurs pistes. Un petit retour en arrière nous ramène à Central City, en compagnie d’Iris West et de son neveu Wally, version New 52. L’autre Wally n’est pas loin et débarque avec Barry. Mais les problèmes commencent quand Wally est bombardé de souvenirs provenant de son passé effacé. Au notera au passage un clin d’oeil du dessinateur Howard Porter à la série qui l’a fait connaître, le Justice League de Grant Morrison. Pour compliquer les choses, une bande de voyageurs temporels s’invite pour qu’Iris réponde de ses actes. Des personnages datant eux-aussi de l’ère pré-Flashpoint..

« I will make sure you never run again! »

Même si la saga « Flash War » débute doucement, cet épisode n’en est néanmoins pas riche d’informations. Le scénariste lance enfin des pistes restées en suspens depuis « Rebirth » et « The Button » : qu’en est-il de l’ancienne vie de Wally West/Flash ? Ici, on comprend que tout ce que les lecteurs ont lu durant les années 1990 et 2000 n’ont pas totalement disparu. Wally se souvient bien de quelques moments de son passé mais ses souvenirs sont corrompus. Ainsi, comme on a pu le voir dans Titans notamment, il se souvient de son passé avec Linda mais il n’a pas connaissance de leur vie de parents. L’enjeux est donc de savoir ce que Wally sera prêt à faire pour récupérer son ancienne vie. Ce qui fait de lui le personnage principal de cet affrontement. On n’a du mal à croire que Barry subira une grosse évolution d’ici l’épisode #51 (épilogue annoncé). Comme il l’a montré dans l’épisode précédent, Williamson s’appuie beaucoup sur les éléments mis en place par Geoff Johns durant tout son run sur Flash, pré-New 52. À tel point qu’on se demande si Johns n’est pas caché dans les coulisses pour aiguiller Williamson. Après tout, Johns a mis beaucoup de choses en place dans le one-shot « Rebirth ». Pour une fois, on aurait aimé que « Flash War » se répercute dans les autres titres DC. Aurons-nous simplement le droit à un nouveau « Superman Reborn » où la vie de Superman a été corrigée dans le comic-book éponyme et par ricochet dans le DCU ?

Côté dessin, Howard Porter succède à Scott Kolins. Et encore une fois, on ne peut s’empêcher de penser à l’ère de Geoff Johns sur Flash. Dessinateur emblématique de Flash il y a dix ans, il était normal qu’il assure les illustrations de la saga… surtout quand on voit le personnage qui débarque dans la dernière page.

[Pierre Bisson]