Avant-Première VO: Review Thanos vs. Hulk #1

Avant-Première VO: Review Thanos vs. Hulk #1[FRENCH] Jim Starlin retrouve son Titan chéri (c’est-à-dire Thanos) mais le confronte cette fois à un autre titan, vert celui-là. Deux colosses, chacun borné dans son genre. Mais que vient faire l’alter ego de Bruce Banner dans cette galère (cosmique) ? Facile à expliquer: tout commence par un troll

Thanos vs. Hulk #1Thanos vs. Hulk #1 [Marvel Comics] Scénario de Jim Starlin
Dessin de Jim Starlin
Parution aux USA le mercredi 3 Décembre 2014

Encore un projet cosmique signé Starlin qui implique Thanos. Ce n’est pas le premier et ce ne sera sans doute pas le dernier. Avec la nature introspective que l’auteur donne à ses deux personnages principaux (Thanos et Adam Warlock), on pourrait vite avoir l’impression que l’on a fait le tour de ces personnages qui parlent d’eux-mêmes sur un fond étoilé. Mais cette fois-ci le scénariste/dessinateur a dans sa manche un atout qui relance l’intérêt. Et contre toute attente il ne s’agit pas d’Hulk, lequel subit relativement les événements dans ce premier épisode. Non, celui qui sème le chaos dans la structure du récit, c’est Pip le Troll, ancien membre de l’Infinity Watch (et par ailleurs création de Starlin dans les années 70). Ce gnome téléporteur donne ici toute sa dimension de trickster et, pour sauver une amie de longue date, démarre un cycle de tromperies et de manipulations dans lequel Thanos et Hulk sont deux des pions. Pip, avec sa gouaille et son cigare, est un « autre animal », dénote du ton récent (un peu guindé) des histoires de Starlin. Avec cette touche d’humour, on y gagne. Tout cela nous place à un autre niveau que le récent Thanos Annual et il est à espérer que l’auteur lui réserve encore une large place dans les épisodes à venir.

Thanos vs. Hulk est visiblement un projet qui date un peu (certains indices et personnages secondaires permettent de penser que tout se passe avant Infinity) mais qui a la pêche. Surtout, Starlin est moins « propriétaire » sur les autres personnages que Thanos. Ici, il ne prend pas du temps pour essayer d’effacer les épisodes que d’autres que lui auraient écrits sur Pip ou les autres membres de l’Infinity Watch. Par exemple, le passage de Pip dans les rangs d’X-Factor est dûment référencé. Et cela nous donne un Starlin bien plus joyeux, plus partageur, moins occupé à couper des trucs dans le passif de son héros. Surtout, Pip en ressort comme un perso capable de faire tourner en bourrique même Thanos et ce n’est pas rien (de quoi donner envie que l’on nous exporte Pip à l’écran un de ces quatre, en second rôle dans un film à venir). Le point faible, par contre, est qu’il faut connaître un peu le Starlinverse. Si vous ne savez pas qui est Heather, par exemple, ne comptez pas sur le script pour vous l’expliquer. Cela ne rend pas l’histoire incompréhensible mais les fans de longue date de Thanos et Warlock seront clairement plus à l’aise.

[Xavier Fournier]

Comments: 4

Laisser un commentaire

  1. C’est méconnaître Starlin, qui est assez grande gueule pour envoyer paître Marvel ou DC quand les projets ne ressemblent pas à ce qu’il veut. On peut lui faire le crédit d’aimer ce qu’il fait et de faire ce qu’il aime. Après, oui, tous les goûts sont dans la nature et ça ne plait pas tout le temps à tout le monde. Comme je disais, moi, l’Annual m’a laissé de marbre.

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!