Avant-Première VO: Review Terminator Salvation: The Final Battle #1[FRENCH] J.M. Straczynski s’intéresse à l’univers du Terminator. Les éléments du folklore sont au rendez-vous: T-800 transportés dans le temps, soldat humain envoyé lui aussi pour s’intéresser à quelqu’un vivant à notre époque (en 2003 en tout cas)… Mais les cartes semblent brouillées. Sommes-nous certain de savoir qui a été envoyé pour la bonne mission ?

Terminator Salvation: The Final Battle #1Terminator Salvation: The Final Battle #1 [Dark Horse Comics] Scénario de J.M. Straczynski
Dessin de Pete Woods
Parution aux USA le mercredi 4 décembre 2013

Ne vous laissez pas tromper par le titre « Terminator Salvation » qui est avant tout une affaire de licence. J.M. Straczynski dresse ici le début d’une maxi-série qui s’intéresse à tous les fondements de la mythologie des Terminators (à part que, pour une raison de droit sans doute, aucun des T-800 n’a le look du fameux Arnold) et pas seulement à un film en particulier. Ainsi son John Connor du futur ressemble plus à celui qu’on voyait dans Terminator 2, même si on aperçoit son épouse, Kate (allusion à T3). Le scénariste s’intéresse à la trame de fond et donne son explication du pourquoi/comment Skynet continue d’envoyer des robots dans le passé (si l’ordinateur sait que les premiers ont échoué alors pourquoi les envoyer ? JMS s’est visiblement un peu penché sur la question).

Ce qui semble changer dans cette série, pour le peu qu’on voit dans ce premier épisode, c’est qu’il n’y a pas forcément un bon côté humain et le camp adverse des machines. D’abord le soldat a l’air à la recherche d’un personnage qui n’est certainement pas recommandable. Quoi qu’il lui veuille, on n’est clairement pas dans le registre « sauvons la serveuse de bar qui doit enfanter le sauveur de l’humanité ». Et inversement le côté des machines se fait plus complexe avec l’introduction d’une scientifique qui est peut-être une collabo, une traîtresse pour l’humanité… a moins qu’elle poursuive un but plus personnel. Notons aussi que le dessinateur Pete Woods est très efficace sur cette histoire, avec parfois certains traits, certains détails, qui lorgnent sur du Steve Skroce. On ne sait pas encore vraiment où nous emmène Terminator Salvation: The Final Battle mais ça commence plutôt bien.

[Xavier Fournier]