Avant-Première VO: Review Swamp Thing #8[FRENCH] Désormais pleinement l’avatar du « Green », Swamp Thing s’attaque aux troupes de Sethe en espérant qu’il est encore temps de sauver Abby. C’est le premier épisode de la série où le héros est en mesure de rendre les coups mais… mais la représentation du combat fait que finalement ce numéro, par ailleurs très agréable à regarder, se lit à une vitesse hallucinante…

Swamp Thing #8Swamp Thing #8 [DC Comics] Scénario de Scott Snyder
Dessin de Yanick Paquette
Sortie aux USA le mercredi 4 avril 2012

Alec a fait son choix et se révèle sous l’apparence du nouveau Swamp Thing, avec un look qui fait encore plus « divinité primordiale » que dans les précédentes versions. Evoquant à la fois la végétation et le règne animal (bois de cerf, ailes…) la Créature fait preuve de son pouvoir en tombant sur les fantassins du « Rot ». A partir de là si ce numéro est bluffant c’est surtout et avant tout grâce aux dessins d’un Yanick Paquette canalisant toujours avec brio les cadrages et certains effets de Steve Bisette… Sans rien sacrifier à sa personnalité d’artistes. C’est superbe, à la fois construit et dément. Et heureusement qu’il y a l’image… Car là il faut bien dire que l’histoire, malgré les apparences, marque le pas.

Dans les sept épisodes précédents, Scott Snyder a su raconter l’itinéraire d’Alec Holland essayant de se soustraire à son destin. Pendant sept épisodes, Snyder est arrivé à dresser son histoire en s’appuyant seulement sur l’alter-ego humain du personnage. Un peu comme si un scénariste avait le courage de relancer Superman en nous montrant seulement Clark Kent pendant les sept premiers mois ! C’était gonflé. c’était aussi efficace. Et là, curieusement, alors que Swamp Thing a finalement fait sa mue… le résumé de l’épisode tiendrait sur un timbre poste : Swampy arrive, tape sur les méchants et est confronté au nouvel état d’Abby. Paf. Numéro résumé. De quoi se demander, au premier abord, si quelque chose n’a pas été expédié. Certes, c’est un épisode qui cherche à montrer la créature (à coup de splashes et de double pages) après qu’on nous l’ait cachée pendant des mois. Mais finalement il y a peu de rebondissements sur cette vingtaine de pages. Ce qui fait qu’on se demande vraiment si Snyder a voulu ménager son effet, privilégier le combat (après avoir beaucoup fait parler ses personnages ces derniers temps) ou bien si, de manière plus problématique, c’est ce genre de « super-combat » qui lui pose problème en termes de narrations. Au final on un Swamp Thing #8 assez beau mais qui se lit un peu au même rythme que Justice League #1. Espérons que c’est vraiment un passage pensé pour son côté spectaculaire et que les numéros à venir de cette série généralement très bonne seront plus équilibrés, plus riches en éléments narratifs.

[Xavier Fournier]