[FRENCH] Dans le précédent numéro de Supreme, Erik Larsen a totalement changé la donne de la série. Au lieu d’un titre qui vivrait sur les acquis d’Alan Moore en les singeant (Before Watchmen), le scénariste a renversé le tableau en poussant la série vers une direction qui tient aussi compte de l’avant-Moore que de la période Moore pour mieux confronter les deux héritages et les emporter vers une troisième direction. Et dans ce Supreme #65 il est temps d’en voir plus sur cette direction…

Supreme #65 [Image Comics] Scénario de Erik Larsen
Dessins de Cory Hamscher
Sorti aux USA le mercredi 27 juin 2012

Je me souviens avoir vu Erik Larsen fustiger le Before Watchmen tout en disant que son utilisation de Supreme n’avait rien à voir. Et sur le coup je m’étais dit, quand même, que la pirouette était un peu facile. Mais sur ces trois derniers épisodes Larsen a magistralement prouvé ses dires : Le Supreme initial (celui d’avant Alan Moore) est de retour. Et sur le principe on pourrait croire à une horreur. Les fans pourraient hurler que Larsen a défait, ignoré les apports de Moore. Mais non, ce n’est pas ça. Les évènements se sont bien produits, tout le passage de Moore est bien arrivé. Mais Larsen leur donne une vibration totalement différente avec le vrai Supreme furieux d’avoir été emprisonné tout ce temps et qui demande des comptes à ses alliés de longue date, eux-mêmes un peu surpris de ce retournement. Supreme #64 avait pu faire craindre une tabula rasa et la disparition totale de certains membres de la Supremacy mais ce numéro permet au contraire de voir qu’ils vont continuer de faire partie de la vie du titre, bien que dans une position totalement différente.

Avec rapidité et efficacité Larsen et Hamscher réorganise la place de Supreme dans l’univers Extreme/Image et c’est assez bien pensé car le résultat est imprévisible. D’un côté on a un Supreme surpuissant qui frappe avec la patience d’un chien dans un jeu de quilles. De l’autre on a ces anciens héros qui deviennent par la force des choses la supporting cast de la série. Mais une supporting cast assez haute en couleurs. Il y a aussi une sorte de discussion sous-jacente sur la réaction d’un personnage conscient d’avoir été retconné et qui le prend pas bien du tout. Mine de rien s’il y a un brin d’héritage d’Alan Moore, s’il y a aussi l’énergie qu’on connait à Larsen, il y a aussi des idées du même tonneau que l’Animal Man de Morrison. Et je ne dis pas ça dans un sens pompage mais le cocktail est diablement intéressant et on est curieux de voir où tout ça peut nous entraîner dans les prochains mois. Supreme s’impose comme un rendez-vous qui vaut le coup !

[Xavier Fournier]