Avant-Première VO : Review R.E.B.E.L.S. #9[FRENCH] Tout le cosmos DC n’est pas forcément occupé par Blackest Night. Les membres de R.E.B.E.L.S., eux, sont aux prises avec l’empire de Starro et ont besoin de toute l’aide possible, qu’elle provienne des Omega Men, d’Adam Strange ou encore du Captain Comet.

R.E.B.E.L.S. #9 [DC Comics] Scénario de Tony Bedard
Dessin de Claude St. Aubin
Parution aux USA le mercredi 14 Septembre 2009

Avant-Première VO : Review R.E.B.E.L.S. #9Depuis quelques années, il faut reconnaître à Marvel et à DC la volonté de réinstaurer leurs personnages cosmiques. Avec ceci de particulier chez DC que la licence Green Lantern a redémarré entretemps au point d’en faire un des principaux personnages de la firme et que le crossover massif du moment, Blackest Night, en est un dérivé. Pas facile pour les R.E.B.E.L.S et les quelques autres personnages mineurs d’exister dans l’ombre de cette police verte intersidérale mais Tony Bedard s’y efforce en taillant sur mesure une menace rénovée en la personne de Starro. L’effort est louable mais dans le même temps je ne me m’empêcher de trouver la chose redondante, surtout avec l’injection des guest-stars de ce numéro. Depuis quelques années Adam Strange et Captain Comet ont été de toutes les mini « cosmiques » et autant j’aime bien l’effort pour maintenir sur le devant de la scène ces persos, autant je pense qu’il serait temps de donner leur chance à d’autres héros neufs ou moins connus. D’autant que si on fait abstraction de son nom le « nouveau » Starro n’est jamais, en termes de structure, qu’une redite de la menace que Lady Styx représentait quelques mois en arrière. Au lieu que la dame en question transforme les gens en morts-vivants téléguidés, Starro téléguide par le biais de ses étoiles mais on est dans le même registre de la perte massive d’identité. On voudrait quelque chose d’un peu plus charismatique…

D’autant que Vril Dox est quand même potentiellement l’un des meilleurs personnages qu’on puisse imaginer. Une sorte de Michael Scofield de l’espace qui a toujours une longueur d’avance sur ses ouailles comme sur ses adversaires. Mais les situations sont cycliques et je goûte peu la tendance de cette série à réinjecter de nouveaux chasseurs de prime à la poursuite des héros dès qu’une baisse de tension se fait sentir. On a donc une alternance « plan de Vril Dox »+ »arrivée de mercenaires » qui semble répétitive. Surtout quand entre les deux on n’a guère que des personnages plus timorés et coincés dans leurs états d’âmes. Que tel ou tel alien change le tatouage sur sa tête peut difficilement passer pour un coin d’orgue dans une série qui cherche encore à s’imposer. Voilà pourquoi je pense que Tony Bedard (dont j’ai gardé un excellent souvenir sur Exiles) aurait tout à gagner en injectant quelques personnages moins convenus, qui mèneraient à une série plus nerveuse. Scénaristiquement on a l’impression d’un « peu mieux faire ». Niveau dessin, Claude Saint Aubin est un point fort et livre par contre un travail très sympa, qui me fait penser par endroits à certains effets de Matthew Clark ou à Pascual Ferry. D’ailleurs la série globalement est « sympa » mais il faudra plus que la présence d’Adam Strange ou de Captain Comet (d’ailleurs pas aussi omniprésents que la couverture voudrait le faire croire) pour convaincre totalement…

[Xavier Fournier]