Avant-Première VO : Review Punisher: Frank Castle #67[FRENCH] Qu’est-ce qui est plus dangereux qu’un fauve ? Un fauve blessé ! Et Frank Castle, alias le Punisher, entre tout à fait dans cette dernière catégorie après que quelques mafieux aient cru bon de l’empoisonner en lui laissant le choix: mourir ou leur servir d’homme de main. Sauf que Mister Castle n’aime pas pas parlementer avec la mafia et encore moins le chantage. Du coup il compte bien passer ses six dernières heures à nettoyer la pègre locale.

Punisher: Frank Castle #67 [Marvel/Max] Scénario de DUANE SWIERCZYNSKI
Dessins de MICHEL LACOMBE
Sortie aux USA le 18 février 2009

Punisher: Frank Castle #67Un de mes films préférés est « Dead On Arrival » (bon ok, ça a un peu vieilli mais ce n’est pas le sujet du jour). Si bien que, régulièrement, quand un auteur de comic-books nous refait le même coup (Peter David, entre autres, l’avait fait sur Incredible Hulk mais il me semble aussi que des sagas similaires sont déjà parues avec Wolverine et même le Punisher), j’ai en général de la sympathiue. Le coup du héros condamné qui se demande comment passer les dernières heures de sa vie, c’est un gimmick qui en général fait mouche. Et Duane Swierczynski (qui part ailleur fait un travail remarquable, entre choses sur Immortal Iron Fist) ne manque pas à la règle. A peine injecté (ca c’était le mois dernier), le Punisher réagit de la seule manière qu’il connait, c’est à dire qu’il part à la chasse. Et il abat… du boulot.

On voit avec ironie comment Swierczynski lie toutes ces mini-missions à la continuité de son run (« ton nom me disait bien quelque chose ») et comment aussi il s’arrange pour que chaque homme à tuer ait une personnalité ou un environnement propre. Et sa viré dans Philadelphie n’est pas sans entraîner des réactions. L’ironie, elle est aussi quand ceux qui ont commandité l’exécution du Punisher se rendent compte avec angoisse que malgré leurs précautions, ils ont laissé une trace. D’ici à ce que Castle remonte la source… Allons, voyons, il ne ferait jamais ça, il n’est pas comme ça le Franky 😉

En définitive personne ne peut croire une minute que Marvel aurait un seul instant la tentation de tuer un de ses personnages les plus connus. D’ailleurs on n’en fera pas le reproche au scénariste. Il y aura donc forcément une pirouette quelque part mais d’ici là l’auto-veillée funèbre du Punisher est croustillante. La prestation de Michel Lacombe est aussi assez bonne (son style me fait penser à quelqu’un mais impossible de mettre un nom sur cette impresssion) et même en admettant que vous ayez manqué l’épisode du mois dernier, vous pouvez prendre les choses en route sans trop de mal. Il suffit de savoir que le Punisher est déjà empoisonné (ce qu’on vous dit pratiquement depuis le début de toute façon) et on peut entrer dans cet arc assez facilement et se concentrer sur FranK Castle dans son meilleur état : enragé !
 
[Xavier Fournier]