Avant-Première VO : Review Planet Skaar Prologue #1[FRENCH] C’était couru d’avance. Skaar finirait bien par croiser son père. De là à imaginer que Skaar viendrait sur Terre semer le désordre tout comme son paternel l’avait fait pour Planet Hulk, il n’y avait qu’un pas… qui est maintenant effectif. Skaar est sur Terre et les héros de l’univers Marvel risquent de regretter assez vite l’époque où ils ne connaissaient qu’un seul Hulk vert. Parce que celui là a le tempérament d’un Conan traité aux rayons gamma…

Planet Skaar Prologue #1 [Marvel] Scénario de Greg Pak
Dessin de Dan Panosian
Sortie américaine le mercredi 20 mai 2008.

Planet Skaar Prologue #1Le soir où Skaar arrive sur Terre, divers individus liés aux rayons gamma ressentent comme une sorte de sensation, de présage, qui les pousse à se rendre vers le point d’atterrissage. Mais ils ne sont pas les seuls à sentir les premiers signes de la venue de ce « Hulk junior ». Les Fantastic Four eux aussi sont sur sa piste… Si le côté « pigeon voyageur » de Hulk (cette sorte de sixième sens qui lui permet de s’orienter où qu’il soit dans le monde ou même ailleurs) était déjà établi, on n’a aucun problème à accepter que d’autres héros liés au rayonnement Gamma en profitent aussi (même si deviner à distance le sexe de l’enfant fait plus rebouteux qu’autre chose). Que la chose soit aussi vraie pour des personnages liés au pouvoir de la mère de Skaar, on peut l’accepter également, et même relativement facilement. Que, par contre, le même soir, on découvre que quelqu’un avait compris qu’il y avait une vague chance que Hulk ait un fils, là, par contre, ça commence à faire assez tiré par les cheveux.

On a en effet connu Greg Pak plus inspiré que dans ce spécial qui sent le cliché en plusieurs endroits. Skaar est sur Terre mais bon, on reste assez sur notre faim, dans l’attente d’une déflagration qui pour l’instant reste assez académique et pas très différente des millions de fois où des personnages Marvel se croisent et, dans le doute, s’affrontent. Ce n’est pas fondamentalement mauvais, juste assez téléphoné… Du côté du graphisme, Dan Panosian lorgne par moment sur des effets à la Leonardi, avec un encrage qui a quelques traits en commun avec ces choses qu’on a pu voir. Mais l’énergie n’y est pas. Ou peut-être que l’ensemble souffre simplement de la comparaison avec Planet Hulk qui était servi, lui, par John Romita Jr. Au final on apprécie surtout de revoir certains habitants de Gammaworld qu’on a peu vus ces derniers mois mais ce prologue se prend un peu au premier degré et manque d’un peu de recul comique (chose que la mini-série Savage She-Hulk a su, elle, gérer, à travers le bracelet parlant de l’héroïne). Peut-être que Skaar n’aurait pas du venir tout seul de son monde d’origine… Là du coup il est plein de monologues alors qu’on aimerait vraiment le voir passer en mode « ravage ». Ce prologue est donc relativement dispensable et je ne suis même pas sûr que les lecteurs de la série mensuelle de Skaar en auront besoin puisque visiblement les moments les plus intéressants de son passage sur Terre vont se dérouler dans la série régulière…

[Xavier Fournier]