[FRENCH] Alors que l’ère Bendis touche à sa fin sur les titres Avengers réguliers (c’est à dire hors « Age of Ultron »), le scénariste a décidé de jouer sur deux registres différents. Dans Avengers on reconstruit, on ramène. Et dans New Avengers ? C’est le contraire, les personnages tombent comme des mouches. Mais il manque un petit quelque chose…

New Avengers #33 [Marvel Comics]
Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Michael Avon Oeming
Sorti aux USA le mercredi 14 novembre 2012

La fin de Bendis chez les Avengers, c’est aussi, en un sens, la fin des New Avengers tels qu’on les connaissaient jusqu’ici. Et en un sens c’est plutôt bien vu. Tandis que dans l’autre série Bendis réunit les Vengeurs « canal historique » en plein Microverse, mettre en scène un mouvement de balancier et s’attaquer frontalement à l’équipe de Luke Cage donne en un sens un sentiment d’équilibre. L’idée est bonne… mais c’est l’exécution qui est discutable. En effet, si on y regarde bien, les auteurs avaient le matériel pour faire de cette saga un véritable Identity Crisis de Marvel : Les héros frappés en leur sein, des personnages secondaires tués mystérieusement. Si Bendis avait bien mis en scène le contexte, l’univers des Vengeurs serait passablement secoué et on chercherait le coupable. En lieu et place, en nous claironnant dès les couvertures le lien avec Brother Voodoo, le suspens est sabré à la base. Sans être fondamentalement mauvaise, l’histoire perd beaucoup du prestige qu’elle pourrait avoir.

Il y a aussi un souci de « réglage » lié à certains personnages. Par exemple tout le monde semble considérer Daimon Hellstrom comme un allié de l’équipe (le meurtrier n’en doutait pas dans l’épisode précédent et cette fois aussi Doctor Strange n’a pas l’air au courant de la moindre rupture avec Hellstrom). A croire que personne en interne n’a lu the Fearless, dans lequel Hellstrom trahissait copieusement les Vengeurs et ne pouvait guère passer pour un « ami ». A moins d’un retournement d’ici la conclusion, le faux pas plombe un peu l’impact… Aux dessins, Michael Avon Oeming, le compère habituel de Bendis sur Powers, donne une ambiance intéressante mais sans doute que l’arc aurait gagné à être dessiné de bout en bout par un même artiste (et pourquoi pas Oeming). Là pour le coup d’épisode en épisode on a parfois des sautes d’ambiances assez marquées. Pour ces raisons, la déconstruction des New Avengers peine à être aussi intéressante que la réunion des Avengers classiques au même moment…

[Xavier Fournier]