[FRENCH] Venom et Scarlet Spider se sont lancés à la poursuite du serial-killer Carnage, réfugié dans le Microverse, un univers microscopique. D’où le titre du crossover, Minimum Carnage. Seulement voilà, alors que les deux héros sont piégés dans ce monde étranger Carnage a déjà fait le voyage dans le sens inverse…

Minimum Carnage Omega #1 [Marvel Comics] Scénario de Chris Yost et Cullen Bunn
Dessins de Lan Medina
Paru aux USA le mercredi 21 novembre 2012

Ce crossover est sans doute parti d’un jeu de mot, d’une allusion par l’absurde aux années 90, quand nous avions droit à des évènements comme « Maximum Carnage » ou « Maximum Clonage ». A partir de là les auteurs se sont plutôt bien débrouillés pour justifier le titre en expédiant Venom, Scarlet Spider et Carnage dans un mini-monde, avec la valeur ajoutée de retrouver les ex-Micronauts, rebaptisés Enigma Force depuis quelques temps. Oui mais voilà, cet arc souffre de la comparaison avec ce qui se termine cette même semaine dans les pages d’Avengers. Même si Brian Michael Bendis n’a pas forcément exploré en profondeur le Microverse, il a quand même donné un sens épique à l’endroit et injecté un centaure qui peut jouer les Baron Karza de substitution. C’est bref mais efficace. Dans Minimun Carnage, cependant, on a un peu l’impression que l’Enigma Force joue un peu les touristes dans son propre univers tandis que les choses se passent. Yost et Bunn auront tout juste ajouté deux nouveaux membres à l’équipe, Quark et Flare mais sorti de là je doute que quelqu’un qui découvre ces concepts ou cet environnement s’y retrouve réellement, vues les références obliques à des personnages comme le Redeemer.

Le clou est d’ailleurs enfoncé dès le début dans ce dernier épisode de la saga, avec le Microverse qui sort de l’histoire dès la huitième page et les héros qui retrouvent leurs préoccupations en oubliant assez vite ce qu’ils viennent de traverser. En fin de compte Venom et Scarlet Spider auraient aussi bien pu s’égarer sur une autre planète sans que l’histoire ait été vraiment impactée. Il manque un peu de piquant, un peu d’exotisme à cette odyssée, même si sur la fin on appréciera que les deux scénaristes insistent à nouveau sur les différences philosophiques entre Kaine et Flash Thompson… L’idée de départ était sympa mais on sent quand même que ce crossover aurait pu être bien mieux mené…

[Xavier Fournier]