Avant-Première VO: Review Magneto #12[FRENCH] Dans les décombres de Genosha, après la bataille contre Red Onslaught, Magneto tombe tour à tour sur des raisons de perdre espoir ou, au contraire, de trouver de nouvelles résolutions. Est-ce un bon ou un mauvais Magneto qui en sortira ? En tout cas un personnage assez poignant.

Magneto #12Magneto #12 [Marvel Comics]
Scénario de Cullen Bunn
Dessin de Roland Boschi
Parution aux USA le mercredi 19 novembre 2014

Magneto a été essentiel pour battre Red Onslaught. Mais la récompense est amère dans le contexte d’Axis, où de nombreux personnages perdent leurs repères. Magneto a toujours été « borderline », sur le fil du rasoir. En un sens il est mieux équipé que les autres pour tenir ce genre de choc. Et pourtant il réalise qu’il n’a rien à attendre de ses « alliés », qu’ils soient bons ou mauvais. De manière très intéressante cet épisode nous décortique un peu la ligne directrice du personnage et de la série. Sous couvert de nous montrer Magneto en solo, on nous montre un personnage qui, en fait, ne veut pas être seul. C’était déjà souligné avec sa gestion des Marauders. Magneto veut être un leader, c’est vrai (encore qu’il hésite devant le poids de la charge) mais il veut être aussi un ami, un père… Et les évènements semblent lui refuser ces rôles. Le voici donc à un carrefour, transpercé de doutes. Doit-il à nouveau redevenir le chef d’une faction de mutants ? Qui pourrait lui porter conseil ? Et en fin de compte Cullen Bunn donne (ironiquement) beaucoup d’humanité au personnage. Si on devait donner à choisir entre le camp d’un Cyclops et celui de ce Magneto, hanté par ses échecs, c’est sans doute ce dernier qui semblerait le plus empathique, soucieux de bien faire…

Axis est un crossover qui, selon les épisodes, n’est pas toujours d’une grande subtilité, les réactions des personnages se modifiant de manière extrème. Dans cet épisode (joliment mis en images par Roland Boschi) c’est autre qu’on nous sert, un débat interne. Un personnage qui cherche la bonne décision à prendre. L’ennui c’est qu’on connaît Magneto depuis des décennies. Le problème, avec lui, n’est pas le but mais bien la manière d’y arriver. Pour lui la fin justifie les moyens. Et même en admettant qu’il fasse le bon choix à la fin de l’épisode (et c’est discutable), on peut sans doute compter sur lui pour agir avec la grâce d’un éléphant dans une boutique de porcelaine. Peut-être un tournant pour la série…

[Xavier Fournier]