Avant-Première VO: Review Jupiter's Legacy #3[FRENCH] Après deux épisodes de démarrage, Jupiter’s Legacy passe réellement la vitesse supérieure avec ce troisième numéro, qu’on peut considéré comme « le moment où tout à basculé ». La jeune génération en a marre de l’ancienne, air il est vrai connu depuis Kingdom Come mais que Millar et Quitely jouent avec une variation intéressante, qui doit aussi à Civil War.

Avant-Première VO: Review Jupiter's Legacy #3Jupiter’s Legacy #3 [Image Comics] Scénario de Mark Millar
Dessin de Frank Quitely
Parution aux USA le mercredi 25 septembre 2013

Et si on avait laissé Mark Millar écrire Civil War dans l’univers DC ? C’est un peu l’impression que ça donne avec ces deux héros emblématiques qui s’affrontent, l’un pragmatique et prêt à tout sacrifier, l’autre idéaliste et qui ne voit pas le coup venir. Il y a quelque chose de touchant, un peu la même qualité qu’un Superman du Silver Age (ou qu’un Supreme d’Alan Moore si vous préférez) dans la manière qu’à l’Utopian de vouloir espérer jusqu’au dernier moment, de se méprendre même quand il voit débouler ses co-équipiers, de faire confiance jusqu’au bout… Tout en refusant cette confiance au seul Hutch, avec la situation paradoxale qui en découle, quand le dit Hutch semble devenir le seul qui n’a pas un avis sur la marche à donner au monde. Millar donne ici un de ses meilleurs boulots depuis longtemps, mais sans doute aussi parce que cette fois on est parti pour plus qu’une minisérie en 4 épisodes, sur un récit épique qui va s’étendre plus sur la longueur. Ca donne un rythme totalement différent, bien supérieur à Secret Service ou le décevant Nemesis. Et puis bien sûr on a un Frank Quitely en mode « All-Star Superman » (ce sera peut-être moins évident dans les numéros à venir, vue la position d’Utopian sur cette couverture). Quitely est le choix idéal pour cette histoire, véhiculant à hauteur égale des personnages qui ont la classe et d’autres qui sont totalement décadents, comme si son Superman se télescopait avec sa Emma Frost…

Pour le reste, je parle de Civil War et de Kingdom Come mais à partir de cet épisode les choses pourraient bien partir dans une situation totalement différente, selon le rôle qui sera (ou pas) celui d’Hutch ou de sa dulcinée. La seule petite crainte que j’ai concernant cette série, c’est l’insistance avec laquelle on revient sur les pouvoirs de l’oncle Walter de tisser une réalité virtuelle pour mieux piéger ses adversaires. J’espère qu’on aura pas droit à l’avant-dernier ou au dernier épisode à un cliché « ce n’était qu’un rêve » car ce serait décevant. En tout là, clairement, Jupiter’s Legacy monte d’un bon cran !

[Xavier Fournier]