Avant-Première VO : Review Haunt #2[FRENCH] C’est bien beau d’avoir des pouvoirs surnaturels mais une fois qu’on les a, qu’en faire ? Le nouveau héros de Kirkman et McFarlane, né de la fusion entre deux frères aux philosophies pas franchement similaires, doit se poser bien des questions sur sa nature et sur sa fonction… Mais il doit d’abord éliminer ceux qui voudraient tuer le frère survivant… Et si possible faire le ménage de la baraque avant l’aube !

Haunt #2 [Image Comics] Scénario de Robert Kirkman
Dessins de Ryan Ottley & Todd McFarlane
Sortie aux USA le mercredi 4 novembre 2009.

Haunt #2On avait terminé le numéro précédent sur la « transformation », on passe une bonne partie de celui-ci sur ce qu’on pourrait qualifier de « démonstration », à savoir quelles sont les aptitudes exactes de la fusion fantomatique des deux frères Kilgore. Et là, forcément, l’équipe graphique du titre s’en donne à cœur joue avec une silhouette trapue prenant des poses impossibles pour s’élancer du haut des immeubles tout en projetant du fluide ectoplasmique. Sans doute que beaucoup auront tôt fait de renvoyer tout ça à une sorte de Spider-Man spectral mais la série ne se résume pas à ces poses (et quand bien même il serait bon de se souvenir que ce sont finalement des poses à la McFarlane et que c’est lui qui les avait réinjecté dans la série du Tisseur-de-Toile dans les années 80, c’est donc plutôt une constante de style). Mais de toute façon peu importe. Pour moi, ce qui fait le show, c’est largement le ton qu’instaure Robert Kirkman dans Haunt. La scène du « nettoyage » (tout en étant plus caricaturale que certains travaux de Kirkman comme Walking Dead) est à cet égard assez drôle, bien que peu subtile. Dans le même genre on aussi les gardiens de la cache de Kurt Kilgore sont eux aussi bien croustillants dans leur catégorie. Si les postures du personnage principal pourraient faire penser à un titre traditionnel de super-héros, Kirkman dresse tout autour du (des ?) héros tout un contexte qui fait que le principal n’est pas le pouvoir mais bien ce qui l’entoure.

Si le héros est composée de la fusion de deux frangins, le dessin, lui, cumule les crayonnés de Ryan Ottley et l’encrage de Todd McFarlane. De ce côté-là, le résultat me parait bien plus homogène que lors du numéro précédent (et j’imagine que ça prépare graduellement à un moment où McFarlane sera passé à autre chose). En tout cas j’ai eu l’impression d’une progression. Bref, ce numéro 2 consolide l’impression du premier, qui avait déjà été une bonne surprise. Dans l’état, si vous avez aimé le premier, le second ne devrait pas vous laisser sur la touche… Si Kirkman sait garder le cap, Haunt pourrait devenir une série incontournable d’Image. Il va falloir laisser le temps au temps mais ça parait (pour l’instant) bien parti. Soulignons quand même que ça fait tout drôle de lire un numéro #2 VO alors que le #1 vient de sortir en VF chez Delcourt. Rarement l’écart dans la traduction aura été si réduit et c’est là aussi une caractéristique de Haunt à saluer.

[Xavier Fournier]